Totémique
Forum familial et accessible
* Nouveautés *
2015 ★ Ouverture du Forum
02.05.17 ★ Charity est Admin !
14.01.18 ★ Nouveau design ~
18.01.18 ★ Adriàs est Admin !


★Aujourd'hui ★
Votre arrivée, Youpi !
Bienvenue à toi,

    Une photo, une colloc', sacrée journée ! (Mélion bisounours !)

    Partagez
    avatar
    Citoyen Modèle
    Citoyen Modèle
    Messages : 65
    Date d'inscription : 17/01/2018
    Age : 27
    Localisation : Une tente d'un camping

    Roxanne s’était rendue au “Thor”, le bar/restaurant où elle travaillait. Elle portait sa tenue imposée : un chemisier blanc ample, dont les manches courtes laissaient apparaître un de ses taouages tribal et une jupe en cuir marron. Son chignon ample ayant été fait au camping, elle avait pu être rapidement prête à travailler. Finalement, elle avait été pratiquement à l’heure. Elle ne se fit donc pas mal accueillir par sa collègue, Oriane. Son patron n’était pas encore arrivé et serait là pour onze heures, comme d’habitude. C’était lui qui cuisinait. La serveuse se mit au travail et aidait de son mieux sa collègue. Celle-ci était une belle brune, grande, souriante.

    Tout se passa assez bien, jusqu’à ce que sa collègue lui glisse :

    -Tu sais, pour le client que tu as frappé la dernière fois ? Hé bien le patron voudra te parler tout à l’heure. Je te le dis pour que tu puisses te préparer psychologiquement.


    Il ne manquait plus que cela ! Quelques jours auparavant, un sale pervers l’avait regardé dans le décolleté, ce qui lui avait déplu. Et le bougre s’était permis de lui mettre une main aux fesses. Qu’avait-elle fait, tout naturellement ? Elle lui avait envoyé son poing en pleine figure. Petite mais pas victime. Elle avait cru que cette histoire passerait aux oubliettes puisque ni sa collègue ni son patron n’avaient été là. Mais visiblement des clients en avaient parlé. La jeune femme sentait encore la fatigue et se disait qu’elle ne ferait pas bon ménage avec une discussion rythmée sur ce qu’il s’était passé. Il fallait qu’elle reste calme : il n’allait pas la virer pour ça, si ?

    « Ok… Mais j’espère qu’il ne compte pas que je m’excuse car ce connard le méritait et je le referai. »


    Oriane explosa de rire.

    -Essaie de ne pas le dire comme ça au patron si tu veux rester… Même si je te soutiens à 100% là-dessus.


    Les deux jeunes femmes s’occupèrent bien des clients, veillant à ce que la vaisselle soit faite régulièrement, que tout le monde paie, jusqu’à ce que le patron arrive. Roxanne le vit entrer, l’air sévère et c’est avec tout autant d’amabilité qu’il la convoqua dans la cuisine. La rockeuse resta imperturbable et attendit les bras croisés que le verdict tombe. Après une bonne dizaine de minutes de discussions tendues, Roxanne ressortit un rien contrariée. Sa collègue avait monté le son d’ambiance pour éviter que les clients n’entendent trop leur discussion.

    Roxanne n’affichait pas de sourire. Oriane la fixa l’air de demander si ça s’était bien passé, la jeune femme souffla et dit froidement :

    « Je prends ma pause midi sur la table. »


    Elle ne lui demanda ni son avis et ne comptait pas non plus lui expliquer ce qu’il s’était dit. Elles étaient collègues, pas amies. Et puis, l’énervement était bien trop présent dans son petit coeur. La jeune femme avait emporté un plat du jour et le mangeait sur une table isolée. C’est alors qu’elle se rendit compte que Mélion ne devrait pas tarder à venir. Il fallait qu’elle se calme et vite… Plus facile à dire qu’à faire.
    avatar
    Citoyen Modèle
    Citoyen Modèle
    Messages : 69
    Date d'inscription : 23/06/2017

    He know ♪




    Mélion batailla avec l’assurance avec tout le calme du monde, usant d’une certaine rhétorique pour arriver à ses fins, on aurait aisément cru qu’il avait fait du droit des assurances… La vérité en était pourtant tout autre. Il finit cette tâche en signant les documents nécessaires ; et visiblement, ce n’était même pas son véhicule mais celui de sa boite. Puis ils entrèrent dans le taxi.

    La spécialité du restaurant ?… Ca mange quoi un viking à part de la poisse-caille ? En tout cas, elle était arrangeante. Il avait beau balancer des horaires à la volée, tout lui allait. Mais ce qu’il aimait le plus avec les personnes arrangeantes, c’est remarquer à quel point elle le son. A quel point ont peut faire tout et n’importe quoi avant qu’enfin, elles disent « non, stop, c’est mort là ». Simple curiosité, il souhaitait savoir sa limite, ça lui donnerait une image de tout ce qu’il pourrait retirer d’elle.

    Le taxi déposa la jeune femme en premier près de son lieu de travail ; une tape sur l’épaule, sérieusement ? Genre, SERIEUSEMENT ? Il lui fit presque de gros yeux, étonné au possible. Froissé même. Peut-être n’éprouvait-elle envers lui aucune affection ?

    Peu après, Mélion fut amené à son travail, récupérant les infos de la production de la veille ainsi que les actions effectuées, les problèmes rencontrés, puis assista au comité de direction avant de dispatcher les actions à effectuer. Mélion avait correctement formé ses subalternes au fil du temps : être concis et précis.
    « J’arrive » l’informât-il avant de décoller.

    Une douche, une armure de cuir, un pantalon en tissu moulant au possible, des bottes, sa cape en fourrure ; c’est un vrai Viking qui se pointa au restaurant. Midi cinq, Mélion gara son véhicule, un SUV, puis pénétra dans l’enceinte du restaurant.
    « Ah, Roxanne ! » clama-t’il haut et fort en la remarquant -chose aisé vue la couleur de ses cheveux- , avant de froncer les sourcils, circonspect face à sa mine renfrogné.
    Il s’installa en face d’elle, demandant « Quelque chose ne va pas ? » Avec un regard foncièrement inquisiteur. Soudainement, il s’en voulait d’avoir laissé ses armes dans le véhicule, tout est plus facile une épée en main.
    Un sourire s’étira sur ses lèvres, amusé mais complice, il tenta d’amasser les pièces du puzzle. Elle allait parfaitement bien ce matin, donc soit cela s’était passé au travail, soit on l’avait contacté pour un problème personnel. L’autre serveuse semblait elle aussi un peu crisper, mais il ne la connaissait pas alors il ne pouvait en déduire si elle était ainsi ou si s’était effectivement dû aux circonstances ayant rendu roxanne ainsi.
    « Tu veux bien t’assoir avec moi dehors ? Je meurs de chaud j’ai couru partout ce matin, juste pour me rafraichir après on re-rentre. »

    Il se leva, attendit qu’elle fasse de même, puis les dirigea vers une des tables extérieures qui étaient toutes vides –normal au vue des températures actuelles-. Sans attendre ni une ni deux une fois que la porte se referma, il la questionna :
    - Qu’est-ce qui ne va pas ? Dit-il avec un calme certain et un sérieux à n’en pas douter, elle n’en réchappera pas.
    avatar
    Citoyen Modèle
    Citoyen Modèle
    Messages : 65
    Date d'inscription : 17/01/2018
    Age : 27
    Localisation : Une tente d'un camping

    Mélion débarqua dans le bar/restaurant habillé comme un véritable viking. Il était incroyable de voir qu’il ne faisait pas les choses à moitié quand il se lançait dans quelque chose. Avait-il ce déguisement de côté chez lui ? L’avait-il loué à un magasin de costume ? Elle ne chercha pas vraiment plus longtemps, se sentant encore trop en colère pour se détendre et lui adresser un sourire digne de ce nom. Sa crispation devait se sentir car Mélion lui demanda si quelque chose n’allait pas. La rockeuse n’avait pas spécialement envie d’en parler, pas parce que c’était mal vu mais juste car ça allait la mettre hors d’elle. Or, jusqu’ici, Mélion l’avait toujours connue assez calme. Elle ne voulait pas le faire flipper ou lui envoyer de la colère dont il n’était pas responsable.

    Le blond proposa alors qu’ils prennent l’air un instant. Roxanne haussa les épaules et le suivit. De toute façon, son repas pouvait attendre. La jeune femme lui emboita donc le pas et s’assit à une des tables vides. Son futur colocataire lui demanda ce qui n’allait pas, bien conscient qu’elle n’était pas dans son assiette. La rockeuse poussa un soupire et parla sans retenue, il voulait savoir ? Tant pis s’il n’aimait pas ce que cela donnerait. Elle pesta :

    « Apparemment, j’ai nui à l’image de l’établissement parce que j’ai foutu un poing à un pervers. S’il m’avait laissé plus de temps, et si je n’avait pas été raisonnable, il ne s’en serait pas sorti qu’avec un cocard. Mais voilà, ça ne se fait pas. Quand on est serveuse, on doit sourire aux espèces de gros porcs, même s’ils nous mettent la main aux fesses et les guider aimablement vers la sortie en leur disant que ce n’est pas très très gentil de faire ça. Ouais mais bien sûr ! Soyons courtois ! Et puis quoi, je vais le remercier aussi et lui faire la bise ?! »

    Roxanne était excédée et tapa du poing sur la table.

    « Qu’ils aillent au diable ! Je suis pas du genre à me laisser faire. Alors me prendre un avertissement à cause d’un pervers je trouve ça lamentable. Lui, si je le croise je le castre,je l’assomme et je l’attache à un arbre dans les bois en le couvrant de nourriture pour que les animaux sauvages le dévorent. »


    Et ce serait bien mérité. Quoi ? Elle était extrême ? Ouais, sans doute. N’empêche qu’elle trouvait écoeurant de se prendre des conséquences d’un acte qu’elle trouvait justifié. Ce qu’elle pouvait être énervée. Son regard fusillait la pauvre table qui n’avait rien demandée. Heureusement que le mobilier, ce n’est pas susceptible.

    « Soyons lucides : c’est à cause de réactions gentilles vis-à-vis de gestes déplacés que des cons comme lui continuent ! Tout le monde suivrait mon exemple, ça les calmerait. »

    Elle croisa les bras, poussa un long soupire avant de croiser le regard de son bisounours. Elle lui dit alors un peu plus calmement.

    « Désolée… Je m’emporte mais je... »

    Elle poussa un grognement avant de reprendre un respiration plus calme.

    « Ca me met hors de moi. J’ai l’impression que d’une certaine façon c’est moi la fautive alors que c’est ce gros pervers. Il se serait tenu tranquille, je n’aurai rien fait. Enfin bref, façon si un jour on me vire pour ça, tant pis. Je trouverai autre chose. »

    Roxanne reprit son calme et regarda le blond avant de lui demander malicieusement :

    « Au final, je ne suis pas virée car mon boss est “compréhensif”. Mais je suis censée me tenir à carreau. T’en penses quoi, monsieur le viking ? »

    N’empêche, ça lui allait drôlement bien. Elle l’aurait bien vu partir à la guerre avec une hache et un bouclier.
    avatar
    (je préfère mes titres de topic par contre!) > le Mar 13 Fév - 11:45:45
    Citoyen Modèle
    Citoyen Modèle
    Messages : 69
    Date d'inscription : 23/06/2017

    Voilà, voilà ce qu’il voulait : du vivant, du brut 24 carat. Enfin, enfin il pouvait se repaitre d’une certaine violence, même si elle ne ciblait physiquement personne. C’est avec un calme olympien qu’il l’écoutait, hochant parfois un « oui » de la tête pour lui faire comprendre qu’il suivait son monologue. Bien qu’elle n’avait rien à faire de sa compréhension, trop embourbée dans sa furie.

    Il n’avait pas vraiment de quoi répondre, il pouvait donner son avis, mais le jeune homme était avant tout une oreille attentive. Déjà, ça lui permettra d’évacuer sa frustration, et sa rancœur, tout ce qu’elle avait sur la patate en fait. Pour ça, il était toujours très bon, il y’a toujours un Mélion attentif quand il s’agit de récolter des informations sur vous.

    Le blondinet se racla la gorge, hochant une ultime fois la tête avant de répondre

    - Ce que j’en penses ? Et bien, déjà, sur le principe, ton employeur à raison – malheureusement-. Mais je te l’admets, ce n’est moralement pas top, surtout en ce moment avec toute la vague féministe de notre génération !

    Il lève le doigt vers le haut, comme si il avait une idée de génie, puis rajoute
    - Par contre ! Tu peux aussi lui dire que c’est une action marketing, et que depuis, plus de clientèle féminine viens ou est potentiellement susceptible de venir, car elles estiment que le droit de la femme est mieux représenté ici.

    Mélion lui offre un clin d’œil et se pose sa main sur le poing crispé encore fiché contre la table, lui caressant du pouce pour la calmer, il réplique sur un ton plus sérieux.

    - Par contre, si il t’as déjà blâmé, ne l’oublie pas car dans le droit français, il est interdit de traité un litige deux fois. Donc si il t’as déjà dit « c’est pas bien » il pourra plus jamais te dire quelque chose à ce sujet là. Te virer, ou autre. Ca c’est jackpot aux prud’hommes.
    Après si tu veux je peux demander à droite à gauche les bons tuyaux si tu veux.


    Il ne s’empêche cependant pas de rire, reprenant sur un ton amusé

    - En tout cas t’es violente ! castré, en pature aux loups… J’espère que j’aurais pas le même traitement ! Allez, tu viens on rentre ? Tu vas attraper froid.
    Lui, toujours dans sa cape en fourrure suffisamment épaisse pour dormir dehors, une bonne cape moyenâgeuse.
    avatar
    Citoyen Modèle
    Citoyen Modèle
    Messages : 65
    Date d'inscription : 17/01/2018
    Age : 27
    Localisation : Une tente d'un camping

    Entendre que son employeur avait raison ne fit pas vraiment plaisir à Roxanne, bien qu’elle le sache au fond d’elle. Ce monde avait vraiment des lois à la noix qui mettaient des êtres abjectes dans des situations confortables. Heureusement, Mélion précisa que ce n’était pas moralement top avant d’exprimer une idée tout à fait intéressante. Proposer cette action comme du marketing pour la clientèle féminine ? Super idée ! Il faudrait absolument qu’elle en parle. Ce n’était pas partout que ce genre de choses était mis en avant, ça aurait pu faire une différence supplémentaire. Ainsi le “Thor” n’aurait pas été qu’un restaurant au thème atypique mais aussi aux convictions humaines. Oua, c’était beau.

    La rockeuse était encore un peu tendue par l’évènement mais voyait une sortie : ce qui n’était pas rien. Elle sourit en le voyant lui adresser un clin d’oeil et ne dit rien quand à sa main qui caressait son poing encore fermé. Il était vraiment sympa : elle se sentait de plus en plus détendue.

    Le blond avait encore des informations en tête. Il lui expliqua alors un peu le droit qui serait de son côté et lui proposa même de se renseigner pour elle. Roxanne ne put s’empêcher de penser qu’elle avait de la chance d’être tombée sur lui par hasard. Il l’aidait énormément et cela faisait vraiment plaisir.

    Il se mit à rire en lui disant qu’elle était violente et espérait qu’il n’aurait pas le même traitement. La jeune femme à la chevelure bleutée lui répondit en riant doucement :

    « Non, t’inquiètes. Tant que tu balades pas tes mains sur des zones inappropriées, tu es hors de danger. »

    Dit-elle avant de lui adresser un clin d’oeil. Chose extrêmement rare pour être précisé, la jeune femme le retint un instant par le bras pour lui déposer un bisou sur la joue droite. Ouais, si c’était banal pour quelqu’un comme Mélion, ça ne l’était pas du tout pour la rockeuse. Il pouvait s’estimer très chanceux. D’autant qu’elle ne s’en contenta pas et le complimenta :

    « Merci pour tous tes conseils. C’est génial Mélion, j’y vois plus clair. T’es le meilleur ! »

    Elle comptait bien parler à son boss après et lui exposer l’idée du marketing. Cela ne faisait aucun doute qu’il accepterait. En plus, elle passerait de la mauvaise élève à celle qui fait avancer le bar/restaurant. Si ce n’était pas beau !

    Ils rentrèrent tous deux au chaud, où le plat attendait toujours la jeune femme. Mais, tant qu’elle était de bonne humeur, Roxanne entraîna son viking jusqu’au fameux drakkar. Derrière celui-ci se trouvait un fond permettant de faire une photo sympathique. La jeune femme était en tenue pour la photo, logique puisqu’elle était de l’établissement. Mélion aurait également pu se faire passer pour un membre du personnel tant son costume était bluffant. La rockeuse sortit une pêche à selfie, mise à disposition et la lui donna.

    « Tiens, tu commences avec ton téléphone, mais je prendrai aussi des photos. Je compte bien garder un souvenir ! »


    Ce n’était pas tous les jours qu’elle pourrait poser avec un Mélion qui avait troqué son costume cravate pour une tenue de viking. N’empêche, il avait trop la classe ! Roxanne avait proposé à Mélion des armes et accessoires décoratifs mis à disposition pour la photo. C’était assez drôle. Elle prit des poses parfois sérieuses et d’autres plus loufoques. Elle riait de bon coeur en voyant le résultat des photos. C’était vraiment sympa !

    Sa collègue lui adressa un clin d’oeil évocateur. Elle s’approcha du duo et leur dit :

    -Je t’ai réchauffé ton plat et si monsieur veut également manger, il le dira.


    « Oui je le laisse choisir mais c’est moi qui paie. »

    Insista-t-elle. Il faisait déjà beaucoup : elle lui devait bien ça.
    avatar
    Citoyen Modèle
    Citoyen Modèle
    Messages : 69
    Date d'inscription : 23/06/2017

    Sa moue avait changée ; entendre qu’elle faisait un préjudice au commerce ne semblait pas la plaire, mais Mélion s’étonna qu’elle ne s’offusque pas. Visiblement, c’était grâce à son idée. Peut-être ne s’était-elle pas encore rendu compte que l’idée était caduque, ou peut-être se fourvoyait-il quant à la non-avenue d’une telle idée.3

    - Allons, j’aime vivre dangereusement ! Je vis pour ça. J’accélère même quand il y’a des sangliers qui essaye de traverser la route par exemple.


    Il se stoppa tandis qu’elle l’agrippait, qu’allait-elle faire ? le gifler maintenant pour ne pas avoir à le faire plus tard, histoire qu’il bénéficie d’un crédit pour balades inappropriées ? Malheureusement pas. Cependant, elle lui extirpa tout de même un rictus en appuyant ses lèvres contre la chair de sa joue ; alors comme ça elle l’embrassait ?

    Fier de son avancé, il ne pouvait cependant pas accepter de tels éloges, non, il n’était pas encore le meilleur et alors il ne pouvait prétendre à cela. Qu’il soit doué, vif, bon, malin, pragmatique, aurait été suffisant, et beaucoup mieux accepter.

    - C’est 3 fois rien, des bribes par-ci par-là pour te donner des pistes si tu veux creuser plus, rien d’affolant. Mais de rien.

    Mélion pénétra finalement dans le commerce la naine à ses côtés, avant de se faire tirer jusqu’à un… Tableau ? Ou était-ce un poster ? Lui qui s’attendait à un bar dont les tables seraient dans des drakkar miniaturisé, il semblait presque déçu ; mais cela ne dura pas longtemps. Rapidement, son sourire albâtre rayonna une fois de plus, sans manquer le petit « Sérieusement ?.. » amusé lorsqu’elle sortit sa perche à selfie.
    Au bout d’une dizaine de minutes, Mélion avait oublié de compter le nombre de clichés qu’ils avaient pris et semblait presque s’amuser. D’autant plus lorsqu’il prenait un malin plaisir, à user de sa proximité pour passer son bras autour de son cou ou de sa taille.

    Après leur petit shooting écourté, Mélion se laissa amadouer par la proposition culinaire, et jeta un bref coup d’œil à la carte affiché avant d’assurer :

    Je vais évidement manger ici, je prendrais même une bouteille de rouge, du Bordeaux ou Bourgogne. Et non, il est évident qu’elle ne paiera pas pour moi, quelqu’un le fait déjà.

    Le jeune homme gardait son sourire, ineffaçable, et attendait patiemment qu’elle le guide dans ce restaurant, pour la suite de leurs activités.
    avatar
    Citoyen Modèle
    Citoyen Modèle
    Messages : 65
    Date d'inscription : 17/01/2018
    Age : 27
    Localisation : Une tente d'un camping

    Il aimait vivre dangereusement, hein ? Etait-ce un message pour lui dire qu’il comptait tenter le diable quitte à se prendre une gifle ou pire ? Peut-être que Mélion aimait provoquer les gens ou être à l’origine de disputes. Elle ne le connaissait pas encore assez pour le savoir. En tout cas, il affirma accélérer lorsque des sangliers traversaient la route. Cela lui rappela ce qu’il avait dit la veille : ça ne l’aurait pas dérangé de mourir. Il faudrait absolument lui montrer que c’était bien d’avoir de l’adrénaline, mais que foncer vers une mort certaine n’était pas la meilleure idée du monde .

    Tous deux rentrèrent et prirent leur photo sur le drakkar sculpté avec le fond de paysage sur toile imprimé. Il faut dire qu’ils n’avaient pas la place de consacré un plus grand espace pour le décor. Le patron avait proposé des améliorations si le bar /restaurant continuait de fonctionner, mais ce serait pour plus tard. Ca rendait bien sur les photos : c'était déjà ça de pris.

    Si Mélion sembla un rien tatillon sur les photos et la manière de les prendre, il se plia au jeu et s’amusa ou ne s’ennuya pas trop. Roxanne ne manqua pas de noter qu’il passait son bras autour de son cou et de sa taille. Cela ne la choqua pas : pour les photos cela aurait forcément un meilleur rendu. Et puis, sa main n’avait pas dérivé sur ses fesses. Elle le gardait à l’oeil, puisqu’il semblait prêt à vivre dangereusement. Alala… Il fallait que son premier ami soit provocateur. Remarque, étant donné qu’elle l’était facilement, cela n’avait rien de surprenant. Elle n'était pas encore assez liée à lui, mais sentait qu'à l'avenir ils ne manqueraient pas de se provoquer.

    Tous deux passèrent à table alors que le blond affirma que quelqu’un payait déjà pour lui. La jeune femme guida son bisounours jusqu’à une table au calme. Puis, une fois en tête à tête sur la table en bois, la rockeuse lui adressa un air faussement contrarié.

    « T’es pas possible. Tu ne me laisses jamais rien payer pour toi. Un de ces quatre, j’arriverai à le faire. Quand même, c’est la première fois que j’essaie de faire des cadeaux à quelqu’un et qu’on les refuse. C’est ta façon de me provoquer pour que je m’énerve et te frappe ? »

    Elle se mit à rire et plongea ses yeux dans les siens.

    « Je suis sûre que c’est ça. T’es un peu maso sur les bords et tu veux que je m’énerve sur toi. »


    Elle croisa les bras et lui dit d’un air malicieux :

    « Pas de chance, je suis on ne peut plus calme. Le pire qui puisse t’arriver, c’est de me faire rire et que je postillonne mon repas sur ton superbe costume. »


    Ce n’était pas vrai, s’il la provoquait vraiment elle aurait été capable de répliquer convenablement. Mais elle préférait dire le contraire, juste pour voir s’il aurait un air frustré ou non. Avait-elle visé juste ? En tout cas, elle n’hésita pas à ajouter :

    « D’ailleurs, il te va très bien. Je dois avouer que je te trouve bien plus charismatique comme ça qu’en costard cravate. »

    Il allait sans doute se dire qu’elle avait de drôles de goûts mais elle assumait. Ce n’était pas sa faute : elle ne supportait pas les types bon chic bon genre et porter le costard faisait un peu partie du code de ces gens-là. Etant atypique, elle aimait bien ceux qui osaient se différencier. Mélion avait réussi, sur ce coup-là, à faire son petit effet.
    avatar
    Bang Bang > le Sam 17 Fév - 19:38:11
    Citoyen Modèle
    Citoyen Modèle
    Messages : 69
    Date d'inscription : 23/06/2017

    *Mélion s’étonna de la table où Roxanne le traina, s’installant en face d’elle à une table quelque peu exigüe pour ses grandes jambes. Enfin, c’était des tables pour deux, deux nains oui !
    Il prit possession de la carte, puis commença à lire le menu avant qu’elle ne le gronde. Le nez caché par la carte, il leva les yeux pour se perdre dans les siens, le menu cachant son sourire machiavélique lors du sermon qu’il recevait.

    - Ah ? Ça t’énerve de pas payer ? Pourquoi, tu te sens redevable ? Allons… Alors d’une : j’ai rien payé pour toi pourtant. Bon, hormis UN verre en boite. Le reste, c’est pas moi qui payait, on dira que j’ai une bonne boite. Deuxièmement, j’ai bien assez d’argent t’en fais pas. Alors si tu veux me faire un cadeau… hormis quand j’oublie ma carte pro’… Après, si tu veux faire du corps à corps…


    Mélion pouffa de rire après un clin d’œil presque salace suite à ses dernier mots, ayant rabattu la carte pour dévoiler sa blanche dentition mise en valeur par son rictus malsain.

    - Non, non je ne suis pas encore assez proche de toi pour REELEMENT vouloir que tu t’énerve et me frappe. Mais j’admets… l’idée est alléchante. Par contre si tu postille volontairement sur mon repas, crois-moi tu t’en mordras les doigts… J’ai pas de respect pour ma vie, ne crois pas que je vais en avoir pour la nourriture ! Même si on n’est clairement pas assez proche pour que je sois moi. Pour l’instant en tout cas.

    Le blondinet se mit à rire, offrant un sourire plus tendre à sa partenaire qui complimentait alors sa tenue de Viking. Si seulement elle avait vu ses autres tenues ! Certes moins charismatique, mais dans un sens beaucoup plus agréable à regarder.

    - T’en fais pas, miss pseudo punk, jme doutais que t’aimerais pas les costar-cravate. Mais c’est une question d’état d’esprit ça. C’est presque une philosophie, quand on le met vraiment. C’est fou comme un simple vêtement te permet de chier sur les gens.

    Il plie finalement la carte, attendant la serveuse ou le déluge, puis prends 5 secondes afin de constater le décor et de rajouter :
    - En tout cas, c’est un peu chouette ici. Bon, le décor fait un peu cheap mais c’est sympa. Enfin, je trouve quand même qu’il manque un petit truc… un je ne sais quoi… Mais je l’ai peut-être pas vue tu me diras. Tu illumine beaucoup trop, on ne voit que toi c’est pour ça.

    Ca propre blague un peu démodé le fit pouffer de rire, et c’est pour rien au monde qu’il fit semblant de ne pas savoir que c’était contre le genoux de la jeune fille qu’il posait le sien. Après tout… la table est siiiii exiguë !

    - J’espère qu’on mange bien ici. Il se pourrait que j’organise un truc ici tiens, ma liste de restaurant potentiel est vide dans cette putain de ville de merde.
    avatar
    Citoyen Modèle
    Citoyen Modèle
    Messages : 65
    Date d'inscription : 17/01/2018
    Age : 27
    Localisation : Une tente d'un camping

    Le viking improvisé lui expliqua ne lui avoir payé qu’un verre et que le reste avait été offert par sa société. Vraiment ? Même le petit déjeuner ? Cela lui paraissait bizarre mais s’il le disait, elle lui laissait le bénéfice du doute. Tout de même, il faisait preuve de générosité. Cela le gênait de l’admettre ? Ne l’était-il pas habituellement ? Sans doute. Il ajouta avoir assez d’argent pour l’être. N’empêche qu’il aurait pu faire autre chose de ses économies. Enfin, ils auraient pu débattre toute la journée. La conclusion de ceci fut aussi brutale qu’innatendue. Roxanne éclata de rire avant de lui lancer un regard consterné tout en secouant la tête. Il lui proposait un corps à corps comme ça, sans gêne. Heureusement qu’il avait ri, prouvant que c’était une blague et avait ajouté ce clin d’oeil. Sacré Mélion !

    « T’aimerais ça, hein ? »

    Elle rit de nouveau et dit d’une voix malicieuse.

    « Trouve-toi quelqu’un d’autre. Mon cadeau c’est de te faire réaliser que tu ne le veux pas. »


    Elle lui fit un clin d’oeil à son tour. Si elle parlait sur un ton amusé, il y avait un fond de vérité. Ouais, il devait ne pas avoir fait le rapprochement mais le corps à corps, elle n’en avait jamais fait. Alors, il aurait mieux fait d’aller en faire avec celles qui étaient expertes sur le sujet. Déjà embrasser elle ne l’avait jamais fait alors le reste… Il n’imaginait pas à quel point il était loin mais terriblement loin d’un plan envisageable, ou il aurait fallu qu’elle ait extrêmement bu. Quoique même comme cela, pas sûr que cela se produise.

    Il poursuivit en lui disant ne pas être assez proche pour réellement vouloir qu’elle s’énerve et le frappe, même si l’idée lui plaisait. La jeune femme rit de bon coeur. Voilà qu’il la menaçait : elle ne devait pas postillonner sur son repas car il n’avait pas de respect pour la nourriture. Quoi ? Il comptait lui balancer son plat à la figure ? Ca aurait été drôle si ça n’avait pas été sur son lieu de travail. Rappelons que c’est elle qui allait devoir nettoyer tout cela et puis elle aurait dû se changer et tout le tralala. Mieux valait éviter.

    Une partie de ses propos l'interpella : il lui dit qu’ils n’étaient pas assez proches pour qu’il soit lui-même pour l’instant. Il l’intriguait. Que se cachait-il derrière le Mélion qu’elle connaissait ? Elle aurait aimé le savoir.

    Roxanne resta silencieuse à la remarque sur le costume. Il avait raison : ça permettait de chier sur les gens. Est-ce que ça lui plaisait ? Aimait-il faire son gros méchant ? Elle posa les coudes sur la table et posa son propre visage sur ses mains en fixant Mélion… Jusqu’à ce qu’il sortit sa réplique de beau parleur. Elle rit de bon coeur, sentant son genou contre le sien. Mais quoi, ce n’était qu’un genou : il ne lui faisait pas du pied. Et puis, il était grand, ça ne devait pas être volontaire, quoique son bisounours était visiblement friand de contact.

    « Je sais, je sais. Pourquoi crois-tu qu’ils m’aient embauchée ? Ils voulaient que je détourne l’attention des clients pour qu’ils voient moins les défauts du restau’. »


    Elle sourit et ajouta :

    « Et puis ça fidélise. La preuve : tu te vois déjà revenir. Mais, plus sérieusement, oui, on mange bien ici. »

    Roxanne baissa les yeux en direction de la table et dit alors :

    « Faudrait que le patron prenne des tables dignes de ce nom, pour les viking comme toi. Tu vas bientôt t’assoir sur moi. »

    Blagua-t-elle alors que sa collègue vint prendre la commande de Mélion. Une fois qu’il lui dit ce qu’il avait choisi, elle s’en alla en précisant qu’elle rapporterait le plat de Roxanne en même temps.
    avatar
    Citoyen Modèle
    Citoyen Modèle
    Messages : 69
    Date d'inscription : 23/06/2017

    Snap back to reality, oh there goes gravity. Oups, he goes grab it in.

    Son sourire radieux s’était éteint, et les traits joviale de son visage s’étaient effacé. Il blaguait, vraiment ? En tout cas, la réponse ne lui plus pas, clairement pas. En tout cas, c’était bien un cadeau de merde à ses yeux. C’était bien la première fois de sa vie qu’on lui faisait une offrande aussi pourri, pensait-il. Peut-être aurait-elle dû user d’un peu plus de diplomatie. Evidement qu’il aimerait-ça, qui n’aimerait pas ? Mais il ne fit pas de commentaire relatif à son imagination évidement débordante. Pour ça, il était fort, presque le meilleur. A sa façon en tout cas.

    - Wow, c’est la première fois qu’on me dit «Le cadeau que je t’offre c’est de te faire comprendre que tu n’en veux pas. ». Ca a déjà marché ? Je pense que le jour où je fais ça à un anniversaire jme fais tirer dessus."

    Il rit doucement. A dire vrai, c’était déjà fait. Et il en revoulait. Ce souvenir le fit soudainement désirer remettre cela, et il se maudit d’être bloqué ici. Tant de chose à faire, d’expérience à vivre, il lui était bloqué ici, à devoir travailler.

    Le genou de Mélion se mit à bouger tandis que la collègue de Roxanne revenait les mains chargées, la secouant sans aucune raison, par reflexe surement.

    - C’est vrai que les tables peuvent porter préjudice, surtout ici ou le prix au m² vaut rien. Mais pour les petits couples c’est pas le plus dérangeant.[/color]"
    Tout chez lui était devenu neutre et flegmatique, et le viking entama son repas, et profita de cela pour rester silencieux. S’étonnant lui-même que la jeune fille ait un tel impact. Non, il ne venait pas particulièrement ici par fidélité, la fidélité est un principe qui lui était étranger.

    Je dois repartir pour les 13h, 13h15 à tout péter."" Dit-il après avoir jeter un bref coup d’œil à sa montre hors de prix. C’était à son tour d’être cassant.






      Hidden Lands