Totémique
Forum familial et accessible
* Nouveautés *
2015 ★ Ouverture du Forum
02.05.17 ★ Charity est Admin !
31.05.17 ★ 2 Nouveaux totems
03.12.17 ★ Résultat des éléctions
14.01.18 ★ Nouveau design ~
Aujourd'hui ★ Votre arrivée, Youpi !
Bienvenue à toi,

    Aucun nuage, mais le vent, lui, est tenace. (PV Housman)

    Partagez
    avatar
    Aucun nuage, mais le vent, lui, est tenace. (PV Housman) > le Jeu 14 Déc - 14:33:20
    Totem du Saumon
    Totem du Saumon
    Messages : 105
    Date d'inscription : 11/06/2017

    Elle n'a pas oublié de se rendre en mer, malgré le froid. Mais celle-ci eut semblé en colère. En colère qu'elle ait accepté son invitation. Le vent avait été incroyablement tenace.
    N'oublie pas que tu m'appartiens Je sais, avait tenté de répondre Soizic en renforçant le cordage. Son bateau en bois avait mugi sous les assauts, alors que le ciel était sans nuage, la bourrasque ne s'était pas tue.
    Tu n'as pas le droit de m'abandonner pour lui
    Ce n'est qu'une journée au cinéma, je t'en prie, arrête de jouer ta tatillonne ! L'embarcation avait failli chavirer et rendre à la mer les filets vides. Tremblante de froid et éreintée, Soizic avait réussi à rentrer à bon port. Pas de pêche pour aujourd'hui. Aélig l'avait regardée amarrer.

    Maintenant, elle lance la lourde corde que Aelig attrape. Il tire, et à eux deux ils arrivent à tenir le petit voilier agité par la houle infernale. Soizic soupire, dégage les mèches de ses cheveux lui brouillant la vue. Elle n'en veut pas à la mer, elle ne lui en voudra jamais.

    "Soizic, tu es folle !" hâle Aelig à travers le souffle du vent. Elle grimpe sur le pont, après qu'il lui ait au préalable tendue une main plus que secourable.

    "Tu n'as pas regardé la météo aujourd'hui ?! Aller en mer par cette tempête, il s'est passé quoi dans ta tête!" Aelig était un amoureux de la mer, comme Soizic, mais il ne pêchait pas. A vrai dire, peu de gens faisaient de la pêche leur principal métier.. plus maintenant que les cargots aux ventres lourds vomissaient des litres de chair blanche, comme autant de démons dégueulant leurs tripes vers les bouches d'humains avides.
    Elle lui offre un sourire désolé, frissonnante. Son regard se porte sur le côté. Elle semble tracassée par quelque chose de plus préoccupant que la tempête. Ses habits de travail sont trempés.
    Le courant l'avait faite dévier, au point qu'elle ne puisse pas rentrer à temps... Elle avait eu dans l'optique de rentrer chez elle, puis de se rendre au cinéma juste après. Mais là, pour le coup, c'est plutôt raté.
    Remerciant Aelig pour son aide, elle va chercher ses affaires dans un casier en fer bleu, à l'intérieur d'un entrepot où ceux qui y étaient habilités pouvaient se rendre avant d'aller naviguer. Elle récupère son téléphone et écrit un message, les sourcils froncés.

    "Je suis au port. Tu crois que tu peux venir me chercher ? J'ai peur d'arriver en retard."

    Ca lui fait bizarre d'écrire ça. Elle n'a l'habitude d'organiser ses rendez-vous, encore moins ses rencards. En temps normal, elle décidait sur un coup de tête d'aller quelque part. Puis, elle voyait, le moment venu. Mais lui... il avait semblé différent, en un sens. Sans qu'elle sache très bien pourquoi.
    Un peu piteuse et honteuse, elle se rend dans les douches à cabine unique. Après s'être débarrassée du sel, elle met les vêtements propres qu'elle avait emportés avec elle.  S'observant dans le miroir de la salle d'eau, elle frotte ses yeux et attache ses cheveux mouillés. Puis elle penche la tête sur le côté, histoire de savoir si ça irait. Elle porte un long pull au tissu gris et un leggins noir. Les manches sont un peu longues, mais ça rend bien, dans l'ensemble... elle suppose. Est-ce qu'elle aurait dû porter des bijoux ?
    En temps normal, elle n'en mettait jamais...

    Cela faisait plusieurs semaines qu'ils ne s'étaient plus vus. Le froid avait ramené la chaleur des décorations urbaines : des lumières, des vitres décorées d'or et de rouge. Elle avait été trop occupée pour lui donner une date, puis elle avait cru, avec le temps, qu'il l'aurait oubliée. Sauf qu'il n'avait pas oublié...
    Ce "Housman" lui semblait bien différent d'elle, comme s'il appartenait, en un sens, à une classe de la société plus uppée. Mais en comparaison de Soizic, ce n'était pas très difficile, n'importe qui semblait plus huppé qu'elle.
    Elle soupire et s'assoit sur le banc à côté des casiers, tenant son visage dans la fraîcheur bienvenue de ses paumes. Elle n'aurait peut être pas dû accepter, au final...
    avatar
    Re: Aucun nuage, mais le vent, lui, est tenace. (PV Housman) > le Jeu 14 Déc - 23:55:19
    Totem du Serpent
    Totem du Serpent
    Messages : 106
    Date d'inscription : 11/09/2017

    Housman était chez lui, devant son placard remplit de fringue, on aurait dit une vrai fille, il ne savait officiellement pas quoi se mettre. Rien n'était adapter à une sortie au ciné et encore moins avec une femme... Enfin si, beaucoup d’habit était adapter en faite, c'était lui qui ne l'était pas. Pourquoi ce rendez-vous le mettait dans un état pareil... Il avait pourtant l'habitude des femmes, il les collectionnait même à la pelle. Mais là il le savait c'était différent... Pourquoi elle? La dernière foi qu'il avait été dans cette état c'était avec Johanne... Un belle éthiopienne venue en Espagne pour étudier. Ils étaient tomber amoureux au premier regard, mais le travail de Valrioss l'avait arracher à lui d'une mort violente. Deux balles, une dans la poitrine et l'autre dans la tête... Bien-sur le jeune homme avait vengé cette mort, mais la blessure était encore présente et douloureuse, surtout les veille d'orage. En effet lui aussi c'était pris une balle se jour là, dans le bas ventre. Il avait faillit y rester, mais forte heureusement les médecins avait fait un super travail. Mais à son réveille, Johanne n'était plus de ce monde. Il avait traquet ces assassins durant presque une année complète, et quant il eue finit par les retrouver il les tua, froidement. Valrioss avait dut prendre le dessus sur Houssman pour mené à terme ce "projet". La traque terminé, le jeune homme avait passer des semaines en Ethiopie, sur la tombe de sa bien aimée avant de reprendre temps bien que mal sa vie.

    Alors ce rendez-vous lui faisait peur, lui qui vivait sans attache avait ressentit quelques chose pour cette jeune femme. Sans le vouloir. Comme pour Johanne... C'était soudain, intense, presque violent.

    Il finit par enfiler un jean's noir, agrémenter de chaines à sa ceinture, une ceinture de biker offert il y a quelques années par un ami de longue date, un tee-shirt blanc sous une chemise à manches longue ouverte, rouge foncé et noir. Le tout accompagné de rangers, et de quelques bijoux. Chaines avec un médaillon de l'armée autour du cou, une chevalière graver de ces initiale, et sans oublier son bracelet de naissance. Seul souvenir de parents inconnu. Il remonta les manches de sa chemise, mettant en valeur ces tatouages, comme à son habitude. D'ailleurs il venait de se souvenir que se soir là dans ce bars, personne ne les voyaient ces fameux tatouage... Et si elle n'aimait pas ça??? Il hésita quelques seconde à redescendre ces manches, puis changeât d'avis, elle les verrait bien un jour ou l'autre de toute façon. C'est à ce moment qu'il ressue un message de Soisik, lui demandant de le rejoindre au port, le jeune homme sourit sans même s'en rendre compte...

    Il descendit au garage et vu le temps qu'il faisait, ne sortie pas sa moto. Au lieu de ça il hésita quelques minutes devant les cinq voiture qui ornait ce dernier. Deux voitures de sport, une de collection, une citadine décapotable et un 4x4... Il opta pour le 4x4, une jolie Nissan Titan Warrior noir, le plus discret qu'il avait avec la citadine. Il prit les clefs, et monta dans l'auto en direction du port.

    Arrivé sur place il vit Soisik, assise là, sur ce banc, elle était simple et belle. Il descendit de voiture, s’allumât une cigarette pour ce donner plus de courage et allât à sa rencontre. Il s'assit juste à côté d'elle.

    - Salut. Dure journée?
    avatar
    Totem du Saumon
    Totem du Saumon
    Messages : 105
    Date d'inscription : 11/06/2017

    Le vent s'est calmé, petit à petit, au fur et à mesure, comme si le fait d'avoir quitté la mer avait fait régresser la colère de la tempête pour plonger le temps dans une étrange léthargie. Soizic soupire, la tête sur le côté, elle regarde l'horizon et se perd dans la ligne qu'elle dessine. Son coeur bat un peu plus vite qu'à la normale sans qu'elle ne comprenne pourquoi, avant qu'une voix ne l'emballe encore plus et qu'elle se retourne alors vers l'homme qui vient d'arriver. Il vient de s’asseoir à côté d'elle, et ça ne devrait rien lui faire, mais pourtant elle ne peut s'empêcher de se sentir étrange, un peu retournée par cette proximité. Quand elle avait rencontre l'homme pour la première fois, les choses étaient différentes. Jamais elle ne s'était imaginée qu'un homme tel que lui serait intéressée par une fille aussi nonchalante qu'elle, seulement bercée par l'océan et la pêche. C'était étrange. Le fait qu'elle se sente reposée en sa présence, ça aussi, c'était étrange... Alors quand elle croise son regard, disparate dans le vol lent de la fumée d'une cigarette qu'il vient d'allumer, elle ne peut s'empêcher de sourire. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas ressenti cette sorte d'osmose. Avec Brett ce n'était pas pareil : elle le voyait plus comme un frère, un jeune frère bougon et sans cesse irrité mais très attachant. Lui, il y avait dans ses yeux un reflet duquel elle s'y retrouvait, pareil au reflet sur l'eau frappé par la lune et en dessous de quoi on ne devinait pas ce qui s'y cachait : une force tranquille, la plus dangereuse et pourtant... Soizic s'y baignait à chaque jour faisant.
    Alors elle ne peut s'empêcher de lever sa main, et arranger une des mèches de cheveux de l'homme avec un drôle de pincement au coeur, son regard un peu ailleurs pendant qu'elle le fait, presque mélancolique.

    "Salut" dit-elle, simplement. Elle rabaisse sa main et son sourire devient une grimace amène, légèrement amusée.

    "Je n'aurais pas du essayer d'aller sur l'eau, pas aujourd'hui." Elle soupire et se retourne à nouveau pour regarder la mer, ses bras de chaque côté de son corps, ses mains reposées sur le banc et ses sourcils devenus froncés.

    "Désolée, de t'avoir fait venir jusqu'ici." lui avoue-t-elle en un souffle. Elle avait crû avec absurdité que son état de ces quelques semaines, celui où elle se sentait irascible pour un rien, puis fatiguée et las, puis ébranlée sans jamais savoir pourquoi, se serait calmé après une virée en mer. Mais cet état faisait manifestement partie intrinsèque d'elle en ce moment.

    Elle reporte son regard vers lui et tâche de faire abstraction de sa culpabilité. L'homme a un style résolument biker, c'est étrange mais ça lui plaît.

    "Cinéma, toujours ?" demande-t-elle, très sereine tout à coup.
    avatar
    Totem du Serpent
    Totem du Serpent
    Messages : 106
    Date d'inscription : 11/09/2017

    Désolé ? Pourquoi devait-elle être désolée ? Housman souri sans répondre à cette phrase qui n’avait pas réelle intérêt. Trop occuper à la regarder, ces cheveux étaient tremper, et malgré son pull elle semblait avoir froid, ou alors c’était lui qui se faisait un film, d’ailleurs en parlant de film il avait d’autres projets en têtes dans l’immédiat.

    -          Il est encore tôt… Tu ne veux pas allez manger un petit quelques chose avant ?

    Le jeune homme se levât et ôta sa veste qu’il déposât sur les frêles épaules de la jeune femme après lui avoir tendu la main pour l’invitée à se lever également.  Malgré cet apparente proximité il ne voulait surtout pas la brusqué, il gardait une certaine distance, respectant sa « zone de confort ». Ils marchèrent jusqu’à la voiture et, en parfait gentleman, lui ouvrit la portière côté passager.

    -          Je dois faire un petit détour avant, j’ai oublié quelques chose, ça ne te dérange pas ?

    Afin de lui montrer la demeure où il habitait et casser ce mensonge qu’il lui avait dit quelques jours plus tôt, il repassa au manoir afin de récupérer une seconde veste.  Il garât la voiture devant le porche et ouvrit de nouveau la portière à la jeune femme pour qu’elle puisse tout de même venir avec lui. Il la fit rentrer au chaud, c’était mieux que d’attendre dans une voiture.

    -          J’en ai pas pour longtemps, fais comme chez toi.

    Quelques minutes plus tard il réapparu avec une autre veste également en cuire, surmonter de clou ici et là.

    -          Alors, quel restaurant ? C’est moi qui invite, mais toi qui choisie.

    Il lui fit un grand sourire avant de se diriger de nouveau vers le porte d’entrer et la voiture qui les attendaient dehors.


    -          Mais si tu préfère manger ici, je suis un excellent cuisinier …