Totémique
Forum familial et accessible
* Nouveautés *
2015 ★ Ouverture du Forum
02.05.17 ★ Charity est Admin !
14.01.18 ★ Nouveau design ~
18.01.18 ★ Adriàs est Admin !


★Aujourd'hui ★
Votre arrivée, Youpi !
Bienvenue à toi,

    Au pied d'un arbre.

    Sigurfinnur Lokison
    Re: Au pied d'un arbre. > le Jeu 19 Nov - 19:50:07
    VIP- Caméléon
    VIP- Caméléon
    Messages : 109
    Date d'inscription : 10/09/2015

    Lorsque ses mains furent posées, Sigurfinnur sentit une contraction immédiate. Une raideur qui était donc tout l'inverse de ce qu'il escomptait. Généralement, avec une telle réaction, le jeune homme s'attendait à ce que la demoiselle se retourne et lui colle une gifle, ou un poing. Mais peu à peu, la demoiselle parvint à se décrisper, se calmer lentement, et se détendre. Un peu plus qu'il y a quelques instants. Cela pouvait se sentir, il n'y avait plus de mouvements brusques et soudains. Simplement concentré sur elle, Sigurfinnur calqua sa propre respiration sur la sienne. Il n'eut étrangement aucun mal à trouver le bon rythme, mais ce n'était en même temps pas bien difficile. Peu à peu, ses yeux voulaient se fermer pour une raison inconnue. Normalement, l'Islandais aurait laissé son instinct faire, mais il secoua la tête et garda ses yeux ouverts.

    S'il y avait quelque chose, il serait là pour la protéger.

    Mais fort heureusement, il n'y avait pas grand chose à faire pour cela. Regardant donc devant eux, Sigur observa la forêt aux alentours. Calme, paisible. Quelques oiseaux dans les arbres, pas d'animaux au sol. Un léger vent qui soufflait, quelques petits nuages vaporeux dans un ciel bien bleu. Aucun bruit particulièrement soudain, aucune silhouette apparaissant. Les deux personnes étaient seules, dans ce petit monde de verdure. Un sentiment de paix se créa chez le jeune homme, et au vu de la respiration de la demoiselle, cela devait probablement être réciproque. Pas de voix qui lui disait de faire des bêtises non plus. Tout était bien. Tout allait bien. Et Sigurfinnur n'avait absolument aucune idée de combien de temps était en train de passer. Juste qu'il était bien ici, assis ainsi, en si charmante compagnie.

    Malheureusement, rien n'était éternel. Enfin, heureusement d'ailleurs, parce qu'il aurait surement faim au bout d'un moment. Mais ce petit moment de tranquilité prit soudainement fin. Il y avait d'un coup un petit décalage dans les respirations des deux personnes. Ce qui lui faisait tout bizarre, son cerveau tournant légèrement au ralenti à cause de la précédente sensation de bien-être. Mais le temps d'analyser cela, la jolie blonde s'était retournée et levée. Or, Sigurfinnur avait toujours sa main posée et s'était légèrement appuyé. Ce qui fit que, non préparé à cette soudaine rupture, et dans un état d'esprit mal réveillé, le jeune homme déséquilibra légèrement et prit quelques secondes pour reprendre ses esprits, cherchant ce que la demoiselle cherchait à voir.

    "Non, je n'ai rien vu... Du moins, rien d'autre que vous, et des arbres. Quel genre de choses avez-vous vu? Peut-être que moi, je ne peux qu'entendre la voix, mais vous, vous pouvez en revanche la voir sans savoir ce qu'elle dit? Quoique dans ce cas, ce ne serait plus vraiment juste une voix, mais plus un... Euh... Esprit?"

    Un petit soupir, et Sigurfinnur se rassit. C'est que ça faisait mal aux genoux, en fait, de s'accroupir comme cela pendant une durée indéterminée. Ca expliquait aussi pourquoi il avait déséquilibré il y a quelques instants. En tout cas, la demoiselle semblait aller bien mieux. Plus détendue, plus souriante. Plus... Sigur lui adressa ainsi donc un sourire en retour.

    "Ravi d'avoir pu vous aider. Cependant, je doute de pouvoir vous aider à nouveau dans votre appartement.", déclara-t-il avec un rire similaire.

    "Ce n'est rien, vous êtes toute excusée. Nous avons eu notre lot de choses étranges, et à mon avis, ce serait fort improbable que cela s'arrête, bien au contraire, ce n'est probablement que le début. Ou du moins, je l'espère fortement, car m'avoir fait faire je ne sais pas combien de milliers de kilomètres juste pour cela, il y a bien intérêt à avoir autre chose de bien plus important derrière.

    Sigurfinnur soupira. Tout n'était pas mauvais dans cette histoire. Et puis, de toute façon, dans le pire des cas, il pouvait très bien continuer sa vie ici. Il lui suffirait d'étudier un peu, il avait pu louer un petit appartement pas loin d'ici, donc si l'aventure devait vraiment s'arrêter ici, le jeune homme n'en mourrait pas.

    "Enfin... La seule chose que j'ai remarqué... C'est que vous avez un rire magnifique, Charity."
    Charity Lunoë
    Re: Au pied d'un arbre. > le Jeu 19 Nov - 21:15:06
    Totem du Cerf
    Totem du Cerf
    Messages : 504
    Date d'inscription : 09/11/2015
    Localisation : Dans tes rêves les plus fous

    Je le regardais, écoutant sa réponse, me sentant un peu désespérée. Et comme toujours, je n'aimais pas. Qu'on se fiche de moi comme ça... C'était tellement vicieux à mon goût. Je ne pouvais m'empêcher de laisser vagabonder mon regard aux alentours, persuadée d'avoir vu quelque chose. Cette sensation... Je ne voulais pas m'en défaire. Je ricanais cependant en réaction à Sigur. Un esprit, bah oui !

    Mais je devais avouer que dernièrement, ça aurait presque du sens, et après avoir discuter avec le brun, ça en prenait encore plus. Il était plus ouvert que moi à ce genre de possibilités. Mais après tout... pourquoi pas ? Je soupirai. Et hochai la tête à sa remarque, il manquerait plus que je l'invite chez moi pour qu'il m'aide à méditer, tiens. Quoique... ça pourrait être intéressant, voire amusant en fait ! Je secouai la tête : c'était ridicule. C'était vrai que je me sentais plus légère et calme. Ça faisait du bien, et ça rassurera sûrement mon frère et mon père qui n'en pouvaient plus de me voir grincheuse et acariâtre.

    « Et bien, c'était grand... Mais ça voulait pas que je le vois vraiment, c'était à la lisière de mon champ de vision... On aurait dit un cheval ou une vache... Ça avait quatre patte en tout cas... » tentai-je d'expliquer, soudain j'eus un flash : ''j'ai fait un pari avec le cerf''. « Ou un cerf peut-être... » soufflai-je, me demandant quelle part de vrai il y avait dans ce que je venais de dire et vivre, et quelle part d'hallucination.

    Je ris de nouveau à sa remarque, le pauvre, je le plaignais d'avoir dû se taper tout ce chemin... Je me figeai et sentis mes joues chauffer un peu. Il n'avait pas osé.... Je lui tournai le dos brusquement et retournai fureter dans un coin, l'air de rien.

    « Merci. » dis-je doucement, essayant de faire comme si ça ne m'avait rien fait, ce compliment.

    Sauf qu'après ce petit moment à méditer ensemble... Avec cette promiscuité et cette espèce de connexion. Sans parler le fait qu'ils vivaient à peu près la même chose, là, avec les trucs – je me refusais de les nommer esprit pour le moment. Bref ça faisait une accumulations de choses qui faisaient que je me sentais un peu... mal à l'aise et en même temps... Rah ! Définitivement, j'en avais marre de me sentir chose pour à peu près rien, ou à peu près tout. Je – ne – voulais – pas – tomber – dans – la – guimauve – de – quelque – manière – que – ce – soit. Point.

    « Au moins vous vous souvenez de mon prénom. » remarquai-je calmement, avec un petit sourire en me retournant vers lui.

    Je haussai un sourcil avec amusement : je venais de penser à autre chose.

    « J'espère que vos pertes de mémoire ne va pas vous faire oublier où vous habitez... Si j'entends parler d'un mec trouvé sur le bord de la route dans les environs, je penserais tout de suite à vous. » ajoutai-je en gloussant un peu. Puis, ne pouvant me retenir, son image de pauvre hère perdu sur le bord de route s'imposant à mon esprit. J'éclatai de rire.
    Sigurfinnur Lokison
    Re: Au pied d'un arbre. > le Jeu 19 Nov - 22:27:01
    VIP- Caméléon
    VIP- Caméléon
    Messages : 109
    Date d'inscription : 10/09/2015

    "Nope. Rien de ce genre en vue de mon point de vue. Peut-être que je n'ai pas réussi de mon côté à suffisamment me plonger dedans pour pouvoir le voir..."

    Quelque chose de grand. Quelque chose de quadrupède. Regardant à gauche, à droite et derrière lui, Sigurfinnur ne voyait absolument rien correspondant à cette description. Cela semblait être donc un grand animal, probablement un mammifère. Cependant, les animaux, généralement, ça ne parlait pas. Mais pour l'avoir fait sursauter de cette manière, ça devait probablement être énorme. Toute cette histoire leur avait fait perdre probablement la moitié de leurs points de santé mentale. Enfin. Il fallait désormais reprendre du poil de la bête. Tous ces points perdus n'allaient pas se regagner tout seuls. La vie devait continuer, et toute cette folie ambiante allait peut-être en occuper une bonne partie, mais il était hors de question de la laisser prendre toute la place.

    L'espace de quelques secondes, après avoir entendu cette petite réflexion, le sourire de Sigurfinnur retomba légèrement. Le fait qu'il se souvienne de son prénom était normal, ils étaient en train de parler, le jeune homme n'allait pas l'oublier tout de suite... Non? Sauf qu'il n'avait absolument aucune idée de comment marchait sa mémoire, ou plutôt ses absences de mémoire, si elles effaçaient ses souvenirs ou bien si elle les masquait pendant un temps, si n'importe quoi pouvait être masqué ou s'il y avait un moyen de protéger certaines informations. Le seul point positif, c'est que cela la faisait rire. Lui même avait donc un petit sourire gêné.

    "J'aimerais beaucoup vous dire que jamais je ne risquerais d'oublier une si ravissante demoiselle, cependant, étant capable d'oublier mon propre nom, je ne sais absolument pas comment marchent ces pertes de mémoire..."

    D'un côté, Sigurfinnur se disait que cela l'attristerait beaucoup s'il venait à l'oublier. Cependant, il ne savait même pas si, en l'oubliant, il aurait oublié ou non l'intégralité de son existence. Et cela l'attristerait encore plus de ne même pas se rendre compte qu'il l'aurait oubliée, et donc de ne pas en être triste. Un bien étrange cercle duquel le jeune homme aimerait sortir. Cependant, là tout de suite, il n'avait pas vraiment d'idées sur comment faire. Mais fort heureusement, il n'était pas seul en ce moment. Peut-être qu'elle, en revanche, aurait une idée, ou au moins un début de piste qu'il pourrait approfondir et expérimenter ensuite?

    "Et vous, auriez-vous une idée de comment faire pour remédier à mes pertes de mémoire? Comment je pourrais faire, pour ne pas vous oublier?"
    Charity Lunoë
    Re: Au pied d'un arbre. > le Jeu 19 Nov - 23:27:26
    Totem du Cerf
    Totem du Cerf
    Messages : 504
    Date d'inscription : 09/11/2015
    Localisation : Dans tes rêves les plus fous

    Je haussai les épaules. Peut-être tout simplement avait-on un truc différent qui nous pourrissait la vie, mais de même nature... Et puis, techniquement, je n'entendais pas de voix, moi. Alors que lui si. Il devait bien y avoir un truc qui changeait entre nous, la question était de savoir quoi.

    Je repensais à la chose que j'avais vu... J'étais de plus en plus intimement convaincue que c'était bien un cerf... Ou un cheval, j'avais quand même un petit doute. Mais ça dégageait la classe, donc pas de vache ou d'autres trucs dans le genre. J'eus un petit sourire intérieur, un truc qui avait la classe pour moi... Ça correspondait bien. Ma modestie était en train de m'étouffer aussi me repris-je en lançant un regard à mon vis à vis et hochai la tête pour lui montrer que je l'écoutais.

    Je lui avais fait un peu perdre le sourire, ce n'était pas mon but... Au moins l'avais-je gêné... C'était méchant mais je n'avais fait que lui renvoyé la sensation. Je me sentais puérile maintenant, je soupirai. Encore des flatteries, j'en venais à me demander s'il le faisait exprès où si c'était dans sa nature. Parce que jusque là, ceux qui avaient joué à ça avec moi avaient toujours une arrière pensée... pas très catholique dirais-je.

    Ceci étant, elle avait un peu pitié de lui, et sincèrement une fois n'est pas coutume. Résultat je lui tapotai l'épaule un peu gauchement, dans un geste de compassion. Je réfléchis à sa question. C'était complexe, et en même temps plutôt basique.

    « Bah, perso, j'ai des post-it partout dans mon appartement pour pas oublier mes rendez-vous et tout, avec un code couleur selon leur importance ou leur sujet. Mais bon, si vous oubliez même votre prénom, je vous vois mal vous souvenir d'un code couleur... Mmmmm. Ayez toujours un bloc note avec vous, et notez tout ce dont vous voulez vous souvenir. Comme ça vous les reprendrez plus tard, et ça stimulera votre mémoire. Et un portable avec appareil photo, ou un appareil photo simple, pour avoir des images et comprendre ce à quoi vous faites référence dans vos notes. » proposai-je.

    Pour ce genre de trucs j'étais très méthodique, parce que j'étais un peu tête en l'air quand je m'y mettais et j'avais mis au point pas mal de stratégies. Même si ça ne fonctionnait pas tout le temps : par exemple à force de voir mes post-it partout, j'en oubliais leur existence et l'intérêt de les lire. J'avais quand même raté certains rendez-vous du coup... Ce qui était idiot au final.

    « Sinon je vois rien de plus, sincèrement : l'image et l'écrit. C'est ce qui fonctionne le mieux. Les mots pour dire, les images pour décrire. Les mots pour les impressions, les images pour les souvenirs concrets. Les couleurs, ça va pas être bon, parce qu'il faut de la mémoire pour analyser le code couleur. Et les croix simples demandent aussi de la mémoire. Le mieux serait si vous savez dessiner. Au travers des dessins c'est tellement plus facile de transmettre des émotions. Ou alors au travers de la composition de musique, ce qui donne le même effet à mon avis... »

    Je me grattai la tête, plongée dans ma réflexion.

    « Dans l'idéal, je pourrais même vous aider si vous tentez la musique, j'ai déjà écrit quelques trucs de merde, assez basiques, pour mon frère, et je sais lire une partition et mettre une musique sur un texte... Enfin, bref, je pense avoir fait le tour. » conclus-je en redescendant sur terre, station forêt, émission Sigur.

    Je lui fis un petit sourire. J'espérais lui avoir été utile.
    Sigurfinnur Lokison
    Re: Au pied d'un arbre. > le Ven 20 Nov - 0:17:50
    VIP- Caméléon
    VIP- Caméléon
    Messages : 109
    Date d'inscription : 10/09/2015

    "Chlorophylle, bien sur! C'était évident, pourtant!"

    Pendant quelques secondes, le cerveau de Sigurfinur s'arrêta. Non pas qu'il avait cessé de fonctionner par cause d'attaque vasculaire cérébrale, mais simplement parce que la réponse donnée était d'une simplicité enfantine. Pourquoi diable chercherait-il à garder sa mémoire uniquement dans sa mémoire? Si chacun pouvait faire cela, on n'aurait pas besoin de feuilles ou de cahiers à l'école, tout se ferait uniquement avec cerveaux. Non, écrire était le meilleur moyen de se souvenir. Pourquoi n'y avait-il pas pensé plus tôt? Est-ce un cas tellement simple qu'il ne l'avait pas vu? Non, ceci était peu probable, c'était trop gros pour être ignoré. Ou plutôt, est-ce qu'il y avait pensé plus tôt, mais qu'il avait aussi oublié qu'il y avait pensé? Ceci par contre était un peu plus probable. Et il n'y avait qu'un seul moyen de le vérifier.

    Prenant son sac, Sigurfinnur chercha dedans et vit en effet la présence d'un bloc-notes inconnu. Enfin, inconnu. Cela devait être probablement le sien, puisque c'était son sac. L'ouvrant, Sigurfinnur découvrit pas mal de notes, écrites en islandais. [Þessi bók tilheyrir Sigurfinnur Lokison .], écrit sur la première page. Voilà donc qui réglait deux problèmes : Le premier, c'est que si ce carnet tombait dans d'autres mains, il faudrait que la personne connaisse l'islandais pour pouvoir comprendre ce qu'il y a marqué dedans. Et le second... C'était donc apparemment que son père s'appelait bien Loki. Voilà donc une réponse d'obtenue. D'autres renseignements se trouvaient en première page, comme son adresse, son numéro de téléphone et sa date de naissance.

    "Il semblerait que j'ai pensé comme vous, mais... Que je l'avais oublié. Ainsi donc, je m'appelle Sigurfinnur Lokison. Quant aux codes couleurs... C'est vrai que cela peut aider, mais oublier la signification des différents codes annule leur intérêt. Et mes capacités en dessin sont..."

    Feuilletant son carnet, Sigurfinnur tomba sur une feuille volante coincée entre deux pages. Une feuille contenant un dessin. Un dessin horriblement mal fait, comme si c'était un dessin d'un enfant de quatre ans. Il n'avait certes aucun souvenir de l'avoir dessiné, mais si c'était dans son carnet, c'est que c'est probablement le sien.

    "Apparemment horribles. Enfin. Sinon, je ne pense pas vraiment avoir la fibre musicale... Peut-être qu'une chanson reste plus facilement dans la tête, mais j'aimerais garder cela uniquement en dernier recours."

    Répondant avec un sourire, Sigur recommença à fouiller dans son sac. Il finit par y dénicher son téléphone portable, apparemment doté d'une petite lentille probablement utilisée comme appareil photo. Il ne restait plus qu'à... Le déverrouiller. Avec un code pin. Comment pouvait-il avoir une idée de quel... Oh. Ah oui, c'est vrai. Le carnet. Et fort heureusement, ce code là était écrit en toutes lettres.

    "Dites-moi... Pourrais-je vous prendre en photo? J'aimerais beaucoup ne pas vous oublier et avoir un souvenir de notre rencontre... Même si ce souvenir ne se trouvera peut-être plus dans ma tête à ce moment là..."
    Charity Lunoë
    Re: Au pied d'un arbre. > le Ven 20 Nov - 17:08:12
    Totem du Cerf
    Totem du Cerf
    Messages : 504
    Date d'inscription : 09/11/2015
    Localisation : Dans tes rêves les plus fous

    Chlorophylle ?! C'était quoi cette nouvelle version de « mais c'est bien sûr ! » ? Je le fixai bizarrement parce qu'il avait réagit d'une manière à laquelle je ne m'attendais pas. Ceci étant, il n'y avait plus grand chose pour me surprendre, aussi quand il se jeta sur son petit sac à dos, et qu'il en sortit un bloc note, je me contentais de fronçer les sourcils. Alors s'il oubliait même qu'il avait déjà pensé à ça, c'était vraiment qu'il était dans la mouise totale au niveau mémoire. J'avais jamais vu ça... Franchement, je le plaignais. Pourtant quand je le voyais tout fébrile et content d'avoir trouvé ce bloc note, je ne pouvais m'empêcher de sourire un peu. Lokison... Comme ce dieu nordique, là, celui de la malice et des apparence trompeuses. C'était assez drôle considérant combien était malicieuse son amnésie.

    Parce que se souvenir de certaines choses de moindre importance, mais même pas de son nom... Enfin, c'était franchement abusé. Il avait rien demandé le pauvre. Et pourquoi ça me touchait autant en fait ?! Je gloussai quand il sortit un dessin... Enfin... un dessin... Je me forçais à ne pas rire, même moi je savais faire des trucs plus, euh, parlant. Restons politiquement correct : il ne savait absolument pas dessiner, et il ne valait mieux pas qu'il s'y essaye.

    Je hochai la tête. « Ce n'est pas un mauvaise idée, la musique juste pour les trucs les plus essentiels... » dis-je en me penchant vers lui tandis qu'il recommençait à chercher dans son sac en toile.

    Je le regardais passer du portable qu'il y avait trouvé au carnet, sûrement pour trouver son code. Je ne pouvais m'empêcher de m'imaginer comment je serais devenue folle si j'avais été à sa place, oublier tout mes codes internets, mes mots de passe pour le travail... Les livres que j'avais lu, les partitions que j'avais apprises... Je frissonnai : quelle horreur... Je mis un temps à réagir à sa question même s'il brandissait son mobile.

    « Euh... Et bien, je ne suis pas très photogénique... » commençai-je avant de tilter qu'il se fichait de ce genre de considérations, il allait m'oublier de toute façon, d'une manière ou d'une autre. « Bah... Allez-y, si ça peut vous aider... » ajoutai-je donc finalement en me figeant avec un petit sourire gêné sur le visage.

    Je soupirai une fois qu'il eut fini et lui demandai à voir. Bon, ce n'était pas trop mal. Ça aurait pu être mieux mais de toute façon je ne m'aimais jamais sur les photos. Alors une de plus ou de moins, de toute façon, il allait oublier... Je haussai intérieurement les épaules. Ça ne pouvait pas faire de mal, au moins pour lui. Je lui souris.

    « Maintenant va falloir compléter avec des notes sur ce qu'on a dit et tout, sur le carnet. » dis-je. « Et puis, que diriez-vous de bouger un peu ? J'ai ma voiture un peu plus loin, à la lisière de la forêt, je dois avoir des petits sablés ou quelque chose du genre, et il commence à faire faim, vous ne trouvez pas ? » proposai-je en me grondant intérieurement : grosse bouffe.

    En fait toutes ces émotions m'avaient creusé l'appétit, et je me sentais tellement bien, je n'avais pas envie de redevenir grincheuse à cause d'un petit manque de sucre... Ce serait beaucoup d'efforts ratés pour rien... Et puis je n'allais pas le laisser tout seul en plein milieu de la forêt avec ses trous de mémoire. Il serait bien incapable de s'orienter dans ce bazar végétal. J'eus soudain un éclair de clarté dans mon esprit et je regardais mes habits tout froissés, et pleins de terre et de feuilles humides. Je glapit.

    « Ah !! Le costume de mon frère ! » m'exclamai-je horrifiée en essayant d'enlever un maximum des salissures qui le parsemait. Et en me sentant tellement inutile avec mes mains. J'allais devoir l'emmener au pressing. Ça allait me coûter cher, crotte de raton !
    Sigurfinnur Lokison
    Re: Au pied d'un arbre. > le Ven 20 Nov - 19:48:02
    VIP- Caméléon
    VIP- Caméléon
    Messages : 109
    Date d'inscription : 10/09/2015

    "Ne vous inquiétez pas, je veux simplement pouvoir me rappeler de vous."

    Clic! Et voilà une photo de prise. Bon, Sigurfinnur n'était absolument pas un photographe professionnel, mais tant que la photo était nette, et que sa cible avait les yeux ouverts et une expression normale, cela lui convenait. Un petit sourire plutôt timide, qu'il trouvait plutôt charmant. C'est vrai que, au vu de la photo, il était plutôt difficile de savoir si cette personne était un homme ou une femme. Renommer la photo "Charity", et commencer donc à écrire quelques détails sur son carnet. Le détail le plus important étant qu'il s'agissait de la première personne avec qui il avait discuté, qui apparemment avait quelques problèmes similaires aux siens. Et que, ensemble, cela a pu vaguement répondre à certaines de ses interrogations. Quoique... Feuilletant le carnet, le jeune homme vit quelques théories diverses et variées, et compléta celles dont il avait une avancée sur la réponse.

    "Bouger? Je ne serais pas contre me dégourdir un peu les jambes après tout cela en effet. Retournons donc à la civilisation que nous connaissons, et je ne serais pas contre vous offrir un café. Il m'avait semblé entendre que vous préféreriez cela à une tasse de thé."

    Ramassant et repliant le torchon-nappe posé au sol, le jeune homme commença donc à suivre la demoiselle. Tout en marchant, Sigurfinnur compléta son carnet et le farfouilla à la recherche d'éléments qui lui manquaient. Ses occupations. Son adresse. Son chemin. Sa situation. Le fait d'être développeur-chef de projet freelance ne lui évoquait rien pour l'instant, cependant, il se sentait capable de le faire tout de même. Se disant qu'il aura les habitudes qui lui reviendraient au bon moment. Et puis, il aurait surement de quoi remédier à ses pertes de mémoire, à prendre une page et à réécrire comment faire son boulot une fois qu'il s'en souviendrait. Et d'un coup, une exclamation le sortit de ses pensées et de son carnet. Refermant son carnet, tout en le gardant à la main, Sigur regarda Charity tenter d'enlever quelques traces de terre de leur petites expériences. De son point de vue, puisqu'ils étaient la majorité du temps posé sur le bout de tissu, il n'y avait quasiment rien, mais bon...

    "Ou plutôt qu'un café, je peux toujours vous offrir un pressing? C'est un peu de ma faute après tout, si je n'étais pas là, je doute que vous vous seriez installée ainsi de cette manière... Et que ce n'est pas donné pour une étudiante. Enfin. Sauf si je me trompe royalement ou que j'ai déjà oublié, auquel cas je m'excuse..."

    La vingtaine, probablement première moitié de vingtaine, il avait environ une chance sur deux de tomber juste ou de se tromper. Mais Sigurfinnur était plutôt confiant à ce sujet. Après tout, si elle avait un emploi, elle ne serait probablement pas en ce moment ici... Sauf si c'était un coup de cette voix ou de ces esprits. Ou que, comme lui, elle pouvait librement exercer sans avoir à être à un endroit fixe. Ou peut-être un peu des deux...
    Charity Lunoë
    Re: Au pied d'un arbre. > le Lun 23 Nov - 18:25:14
    Totem du Cerf
    Totem du Cerf
    Messages : 504
    Date d'inscription : 09/11/2015
    Localisation : Dans tes rêves les plus fous

    Riant, je l'aidai à ramasser ce qui était étalé sur le sol, en effet celui qui voulait me faire boire du thé risquait d'en souffrir. Mais je n'étais pas contre un petit café dans le village d'à côté. Je savais qu'il me suivait alors je me concentrais sur mes pieds, et sur la technique pour éviter de me casser la gueule partout. Je me retenais aux troncs, et plissais les yeux pour essayer de déterminer un sentier. Celui que j'avais pris à l'allée.

    Je secouai la tête à sa remarque sur le pressing.

    « C'est gentil, vraiment, mais je peux m'en charger, je préfère le déposer à celui où j'ai l'habitude. » dis – je puis lui en souriant, j'ajoutais. « J'ai fini mes études, et je travaille. J'ai de quoi payer ne vous inquiétez pas. C'est juste que je tiens à ce costume, il est à mon frère… Et disons que je ne lui ai pas pris avec sa permission. »

    Je ricanai comme une idiote en me moquant de moi – même. J'étais bien mal lotie du coup parce qu'il y avait plus de chance qu'il le remarque.

    « Ne vous inquiétez pas, c'est une petite taquinerie entre nous, j'ai toujours aimé lui piquer ses fringues, juste que j'aurais préféré qu'il n'y ait par de risque du tout qu'il s'en rende compte. Là, j'augmente le risque. Mais bon, fallait y penser avant, c'est un peu trop tard pour paniquer. »

    Il fallait que je relativise parce que sinon j'allais angoisser sur sa réaction, et ça n'allait pas être bon. Je déglutis. Reportant mon regard sur al route, je découvris que ma voiture était toujours parquée sur le côté du fossé. Soupirant de soulagement – on ne savait jamais ce qui pouvait arriver, il pouvait très bien y avoir eu un truc qui l'avait envoyée voler, ou autre, mais non – j' ouvris la portière et entrai dans l'habitacle, retrouvant avec plaisir un environnement familier. Je baissai la vitre automatisée de la portière passager et m'adressait à Sigur.

    « Montez ! Je vous emmène jusqu'au village le plus proche, vous pourrez vous retrouvez jusque là ?"   demandai – je. « Ou le café tiens toujours ? » continuai – je avec un clin d'oeil.

    Je retrouvais ma joie de vivre et mon aisance maintenant que j'étais sortie de la forêt. Même si le cadre me faisait du bien, il m'oppressait, je m'en rendait compte maintenant que j'en étais sortie.
    Sigurfinnur Lokison
    Re: Au pied d'un arbre. > le Mar 24 Nov - 7:15:48
    VIP- Caméléon
    VIP- Caméléon
    Messages : 109
    Date d'inscription : 10/09/2015

    Oh? Trompé.

    Sigurfinnur se gratta la tête en voyant que la demoiselle devant lui n'était plus une étudiante. Mais cela ne l'aidait pas plus à ce sujet. Crayon en main arrêté sur son carnet, le jeune brun s'interrogea sur plusieurs faits, farfouilla quelques pages en arrière, et retourna à la page actuelle où il avait commencé à écrire les informations sur sa rencontre aujourd'hui. Ainsi donc, elle avait un frère à qui elle empruntait sans permission des vêtements. Bon, eh bien, problème apparemment réglé, ou plutôt, qui n'avait pas forcément besoin de sa participation pour être réglé.

    "Très bien... Si ce n'est pas indiscret, puis-je savoir ce que vous faites? Avec ma chance et mon boulot de... Apparemment, développeur free-lance... Je ne serais pas étonné qu'une nouvelle coincidence fasse de vous en fait mon employeur actuel sans le savoir. Mais bon... Quelle serait la probabilité que vous soyiez en fait rédactrice en chef d'un magazine musical?"

    Petite phrase à la légère avec un petit rire, cependant, il fallait vraiment espérer que, dans les toiles du destin, ce ne soit pas le cas. Apparemment, d'après son carnet, ce sur quoi le jeune homme travaillait actuellement était sur la version numérique d'un magazine de littérature musicale. La deadline était d'après son carnet dans une semaine, et la majorité des fonctionnalités demandées étaient terminées, sauf une... Qui consistait à traduire les partitions incluses en bandes sonores histoire de laisser le néophyte entendre ce qu'il lisait. Un petit ajout qui avait l'air fort sympathique, mais qui en réalité était une horreur à coder... Du moins, cela expliquait le petit flot d'insanités dirigées contre de la musique et des partitions. Et le jeune homme avait bien hâte, par curiosité, de s'y replonger dedans aussi vite que possible, tout en sachant que sa hâte allait probablement s'effondrer au moment où il retrouverait ses marques.

    Une voiture, ainsi garée. Sigurfinnur hésita quelques instants, avant de secouer la tête pour chasser ses idées et retrouver son sourire habituel, et de monter ainsi côté passager. Etrangement, la demoiselle paraissait plus détendue une fois au volant de sa voiture. Peut-être était-ce un cas de personne dont la personnalité changeait du tout au tout? C'est vrai que le fait de conduire lui permettait d'aller là où elle le voulait, et donc de lui rendre un certain contrôle par rapport à ce que les voix ou esprits semblaient dire.

    "Si vous m'amenez au village le plus proche, ce ne serait que la moindre des choses que de vous offrir un café. Etant venu à pied... Pas de voiture apparemment, dans mon carnet... Je suppose que je ne dois pas habiter très loin en effet."

    Attachant sa ceinture, le jeune homme se laissa donc guider par cette ravissante blonde...
    Charity Lunoë
    Re: Au pied d'un arbre. > le Mar 24 Nov - 13:15:06
    Totem du Cerf
    Totem du Cerf
    Messages : 504
    Date d'inscription : 09/11/2015
    Localisation : Dans tes rêves les plus fous

    Développeur free - lance ? Non d'une pipe en bois ! C'était classe comme travail !

    Je le regardais avec amusement tandis qu'il montait dans la voiture et s'installait. Je réfléchissais à ce qu'il m'avait dit. Développeur… de site internet je suppose. J'avais bien envie de lui demander de quel magazine musical il parlait. Et encore plus…

    « Avez – vous lu des articles de ce magazine ? Si oui, y a – t – il un des critiques qui sont signées par C. ? » demandai – je.

    Parce qu'un magazine musical, c'était un peu flou comme demande. Bon, je pouvais au moins éclairer une petite chose pendant que je mettais le contact.

    « Je ne suis pas rédactrice en chef, heureusement pour moi, mais je suis journaliste critique, donc ça se pourrait que j'écrive dans le dit magazine mais sans plus. » expliquai – je.

    Le moteur ronronna, et je me détendis totalement. J'adorais ce bruit mécanique, il était rassurant. Je soupirai et sortit du bas côté de la route pour rouler vers le village le plus proche. Je me demandai s'il savait conduire, mais je ne pensais pas, vu qu'il était venu à pied. Ou alors il n'avait pas encore eu le temps de s'acheter une voiture ici s'il était arrivé dernièrement. Je soupirai en lui jetant un coup d’œil.

    Le village était vraiment petit, il devait y avoir une poste, une boulangerie et un seul café. Mes suppositions se vérifièrent lorsque j'arrivais à la place principale de l'endroit, en face de l'église, le bar PMU café se dressait, propre et vert, quasi désert. Je soupirais. Bah au moins s'il vivait ici, il allait connaître la tranquillité, ça lui permettrait d'éviter de se laisser tenter par tout et n'importe quoi. Et vu ses problèmes de mémoire, s'éparpiller ce n'était pas vraiment une bonne idée.

    Je me garai sur la place et sortit de l'habitacle en sifflotant un air aléatoire que j'avais en tête. Je souris à Sigur et je cliquai sur ma clé pour fermer les portes.

    « Bon ! Je crois qu'on a pas beaucoup de choix ! » m'exclamai – je avec bonne humeur.

    J'allais m'installer à la terrasse du café en jetant un coup d’œil sur mon portable. Pas de messages inquiets de ma famille, ni de mon boulot. Par - fait ! Je commandais un café et me détendit lentement en étendant et croisant les jambes devant moi.

    « Donc vous êtes développeur ? Et ça va pas être compliqué avec vos trous de mémoire et tout ça ? » demandai – je, intriguée.
    Re: Au pied d'un arbre. >
    Contenu sponsorisé