RSS
RSS
Ouvre le panneau !
Présente ton programme électoral !
Rejoins-nous sur Discord !
Et rejoins-nous aussi sur Facebook !
Vote toutes les 2h ♥

Totem du mois : Le Chat !

Miaou ! Bonne rentrée !

Voir la liste des totems



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Le naufrage de Collodi [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Moutoussamy Zoé
avatar
Totem du Raton Laveur
Totem du Raton Laveur



MessageSujet: Le naufrage de Collodi [libre] Mar 8 Aoû - 18:55:21
Cher journal. Aujourd'hui, il s'est passé quelque chose d'incroyable ! J'en suis encore toute émue... Mais, histoire de ne pas trop me perdre, je vais commencer depuis le début :

C’était un samedi matin. J'avais plutôt bien dormi malgré la chaleur de la veille. Ma mère et mes sœurs étaient enfin arrivées, et on vivait toujours chez mon oncle, donc on était un peu à l’étroit, mais depuis qu'Anya avait entamé un régime drastique, elle ronflait beaucoup moins ; et mes nuits s'en étaient d’autant améliorées.

Bref, je me levai donc et louvoyai discrètement entre les sacs de couchage dans lesquels mes sœurs dormaient pour sortir du salon. Après quelques tartines de beurre et une toilette de chat, me voilà parée à affronter une nouvelle journée. Je sortis donc de l’immeuble et pris la voiture pour me rendre à Brest. J’étais censée retrouver des amis pour un travail de groupe vers treize heures, mais je voulais prendre le temps d’étudier seule à l’institut de droit de la faculté ; quelque sujet à potasser sur les permis de construire...

C’est en tentant de rejoindre la nationale que je la vis : immense et majestueuse, malgré sa détresse manifeste, une baleine s’était échouée sur un banc de sable de la plage. Une baleine, ici, à Totarnec ! Tu t’en rends compte, cher journal ? Voilà qui m’en a bouché un sacré coin ! Quelques personnes étaient déjà présentes, principalement des surfeurs, qui se grattaient la tête, sans doute en se demandant quoi faire de tout ça. Je les comprends, les pauvres.

Je me garais non loin - c’était le matin, aussi de nombreuses places étaient-elles disponibles - et m’approchai pour observer la situation de plus près. Sur la plage, je constatai que le temps était venteux, même s’il ne faisait pas trop froid. Il y avait de nombreux nuages, mais aucun qui ne semblât chargé de pluie.

Un garde côte semblait de mauvaise humeur, qui parlait avec affectation dans un téléphone. Du peu que je pu en apprendre, les pompiers, qui étaient censés prendre le problème en charge, étaient mobilisés dans le département voisin à cause d’un problème de feu de forêt.
" Ça va pas rendre les choses plus faciles, ça… " Soupirai-je à ma voisine de plage.
Ou, peut-être… mon voisin ?
Alexandre Morann
avatar
Totem du Cerf
Totem du Cerf



MessageSujet: Re: Le naufrage de Collodi [libre] Mer 9 Aoû - 0:37:29
Ce matin étant en repos, j'en avais profité pour aller courir, vêtu simplement de mon short et de mon T-shirt de sport avec le casque vissé sur les oreilles. Faisant mon parcours habituel au rythme entrainant des musiques de Linking Park ou Eluveitie. Regardant le paysage autour de moi je finissais par passer du côté de la plage, voyant une grosse dune qui bouge … attend … Une dune qui bouge ? What the fuck ? Je stoppais ma course avant de me retourner vers ce spectacle pour le moins … inhabituel.

Autant pour moi enfaîte c'était juste une baleine échoué et quelques personnes s'afférant autour … Ah ce n'est que ça … je m'apprêtais à reprendre ma course jusqu'à ce que je réalise enfin la situation et ce qui clochait …

Piqué de curiosité et surtout près à apporter mon aide …je crois bien que j'avais eu raison parce que j'ai l'impression qu'il n'y avait que des bras cassés ici … d'un côté des beaux gosses des planches (très mignon au passage, jolis muscles) qui semblait ne pas avoir grand-chose dans le cerveau et de l'autre un exciter de la vie qui s'acharnait sur quelqu'un au portable. En tout cas … de ce qu'on pouvait comprendre je crois bien que les pompiers n'interviendront pas tout de suite …

De mon côté je plongeais mon regard dans l'œil du mammifère marin, échanger un contact visuel avec un tel mastodonte qui pourtant était majestueux en temps normal et là en si mauvaise posture c'était à la fois, impressionnant et triste …

Je fus ramené à moi par quelqu'un qui me parlait …

" Ça va pas rendre les choses plus faciles, ça… "

Je jetais un bref regard vers mon interlocutrice … une jeune femme à la peau mate …

_ Non en effet … va falloir faire quelque chose …

Bizarrement personne n'avait l'air de savoir quoi faire en attendant que les pompiers n'intervienne … je connaissais deux trois trucs des livres et reportages mais rien de bien conséquent mais ce sera déjà mieux que rien … Je m'exprimais donc aux personnes présentes

_ Bon ! Les gens ! En attendant que les pompiers n'arrivent faut qu'on fasse quelque chose, déjà on doit l'empêcher de se déshydrater en maintenant sa peau humide, surtout avec le vent qu'il y a et surtout, éviter de la toucher directement avec nos mains pleines de microbes !

J'espère juste que ceux qui sont appelés pourront remettre rapidement l'animal à l'eau sinon, il risque de mourir étouffé sous son propre poids.
Moutoussamy Zoé
avatar
Totem du Raton Laveur
Totem du Raton Laveur



MessageSujet: Re: Le naufrage de Collodi [libre] Sam 19 Aoû - 18:41:26
Le sportif (c’était un homme, à en juger par sa voix) m’ôta les mots de la bouche en disant que nous devrions sans doute nous débrouiller par nous même pour remettre le mastodonte à flot. En effet, moi qui voulait étudier, je compris que c’était raté. Comment abandonner quelqu’un lorsqu’il était dans un danger de mort ? Et vue l’heure - un samedi matin - peu de chance que de nombreuses autres personnes ne se présentent avant long. Nous étions tout juste une dizaine et il allait falloir faire avec.

Alors que je réfléchissais à une manière de procéder, mon voisin prit les devants et encouragea les autres à faire quelque chose de tout à fait censé, à savoir hydrater la baleine. Lorsqu’il parla, l’un des surfeurs se pencha vers son ami et lui chuchota à l’oreille. L’autre lui répondit dans une langue slave et le premier hocha la tête. Nombre des surfeurs ne savaient manifestement pas parler français, pour couronner le tout.

Ils discutèrent quelques secondes, en mimant des choses incompréhensibles, et puis deux d’entre eux partirent au trot vers le parking, où se trouvait un vieux van. Celui qui leur avait répondu nous parla avec un fort accent.
" Ils vont voiturer jusqu’à la B&B pour chercher… Vous savez : moteur de porter et fils à mouiller un jardin. Plus… Effective, comme ça. Nous avons ça dans la... Chambre de jardin de la B&B. "

Voilà qui réglerait sans doute la question de l’hydratation. Mais le problème logistique se posait toujours. " Hum… Je vais appeler quelqu’un qui saura peut-être. " J’avais rencontré une vétérinaire lors d’une journée de bénévolat et je me souvenais de son nom de famille - qui était rigolo (Loubignac, ça fait marque de sac-à-main, je trouve) - ce qui me permit de rapidement retrouver son numéro de service sur Google. Je dus bien me rendre à l’évidence : les gens n’allumaient jamais leur portable un samedi matin. Je laissai néanmoins un message, précisant que c’était une urgence.

Je soufflai sur une mèche qui me chatouillait le visage et retroussai mes manches (c’était une fraîche matinée, aussi avais-je pris un petit polo).
" Bon. Mon coup de fil n’a rien donné ; donc, pour le moment, si on veut pouvoir bouger cette grande dame, on va devoir faire avec les moyens du bord. Lançai-je au joggeur, avant de me tourner vers l’homme mécontent avec son téléphone. Eh, monsieur le garde-côte ! Vous auriez pas des pelles ou quelque chose comme ça ? "

En pleine conversation, il s'interrompit tout juste pour chercher du regard avant de me voir. Je dû me répéter pour qu’il entende, cette fois, et il fit un vague geste de la main vers une cabane qui se trouvait à côté d’un poste d’observation, à quelque cents mètres d’ici. l’espoir revenait, je me sentais remontée par l’excitation.
" Yes ! Tu viens ? On va voir si on trouve de quoi creuser pour la faire glisser vers la mer. Ah, au fait, moi c’est Zoé ! " Fis-je en me dirigeant vers la cabane peinte en bleu.
Valrioss Housman
avatar
Totem du Serpent
Totem du Serpent



MessageSujet: Re: Le naufrage de Collodi [libre] Dim 24 Sep - 12:35:29
Arrivée au manoir, Valrioss étais dehors, au bord de la falaise à fumer une cigarette et boire de la vodka à même la bouteille pour se réchauffer. Même si ici il fait moins froid qu'en Russie, le vent lui par contre était plus violent. Rien pour mettre le russe de bonne humeur. En plus de ça un attroupement de jeunes plus bruyant les uns que les autres semblait attirer par un gros truc de couleur bleuté affalé sur la plage. Au bout d' une demi-heure de vacarme ininterrompue, il se décida à partir voir ces fourmis de plus près.
Il monta sur sa moto et démarra à toutes rompe vers la plage. Arrivée en bas il s'arrêta quelques temps, le temps d'analyser la situation quelques peut cocasse. Ils courraient tous autour d'un cétacé beaucoup plus gros que eux échoué sur la plage.
Le jeune homme, trouvant la scène comique se posa sur un rocher pour regarder se spectacle inattendu.
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le naufrage de Collodi [libre]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les lumières de la Ville :: Le bord de mer-
Sauter vers: