RSS
RSS
Ouvre le panneau !
Présente ton programme électoral !
Rejoins-nous sur Discord !
Et rejoins-nous aussi sur Facebook !
Vote toutes les 2h ♥

Totem du mois : Le Chat !

Miaou ! Bonne rentrée !

Voir la liste des totems



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Asha
avatar
Esprit incarné
Esprit incarné



MessageSujet: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Mer 19 Juil - 17:46:42

「 Nous ne défendons pas que la Terre, mais aussi ses invités. 」

Mini-Mission N°1

MINI-MISSION N°1

La Mission
La nuit a été agitée. Alors que vous recommenciez à pouvoir dormir, vous avez encore été réveillé par un animal qui est apparu dans un rêve. Cette créature avait l'air paniquée, elle appelait peut être à l'aide? Vous avez l'étrange impression que ce n'est pas un hasard si vous avez pu l'entendre.

Mais comment allez vous la retrouver?

(Nous vous laissons vous approprier le réveil et les premières impressions
Nous enverrons des bribes d'informations à certains par Mp.
D'autres informations seront collectives.
A vous de gérer ces indices comme vous le voudrez.)

INFO COLLECTIVE NUMERO 1 :
L'animal en question possède quatre pattes, et des cornes.


Nous croyons en vous.
Alexandre Morann
avatar
Totem du Cerf
Totem du Cerf



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Mer 19 Juil - 23:13:10
La journée commençait à peine et déjà une accablante chaleur se faisait ressentir tandis que les premiers rayons du soleil passant par ma fenêtre vinrent me réveiller. Etant quelqu'un du matin je n'avais aucun mal à quitter les bras de Morphée. Je m'étirais de tout mon long en faisant surface petit à petit. Mes nuits précédentes ont été particulièrement reposante. J'avais arrêté de rêver du personnage de furry yaoi qui ressemblait à un tigre bodybuilder…. Par contre cette nuit c'est autre chose qui l'a remplacé … c'était assez flou, mais je dirais … une sorte de bête à corne …je dois vraiment avoir un problème avec les animaux en ce moment … à moins que ce ne sois ce fameux esprit du cerf qui essaye encore de me dire quelque chose ?



Je débute à peine dans ce monde de cinglé et les esprits n'ont pas l'air de vouloir me ménager pour autant ! Bon peut être qu'après le petit déjeuner sa passera … aujourd'hui c'est mon jour de repos, j'aurais pu essayer de faire une grasse matinée ,mais moi resté au lit, ça a tendance à vite me saouler … surtout quand on est tout seul !



Je quittais donc mes draps, enfilais quelque chose pour ne pas rester à poil, des fois que j'ai un invité surprise …enfaîte c'était juste un bas de pyjama short … donc une tenue qui restait assez légère quand même …



J'allais dans le salon pour me préparer mon repas à savoir un bol de muesli aux fruits rouges avec une compote et mon verre de jus de raison tandis que je mettais à regarder sur mon ordinateur portable les dessin-animé. Oui j'ai 21 ans, je regarde encore les dessins animés et je si vous comptez me juger sachez que je vous enmerde cordialement !
Tullia E. Raijer
avatar
Totem du Chat
Totem du Chat



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Jeu 20 Juil - 21:23:43
Ma nuit avait été... agitée. Cela faisait un moment que je n'avais pas été dans cet état, juste avant d'être kidnappée par Odessa en fait. Un tourment, tout qui s'agite, encore cette sensation et cette vision comme si je courrais dans des buissons ou une forêt. Tout était trouble, et pourtant un bruit au loin me fait courir encore plus vite, comme lui venir au secour. Je ne savais pas trop ce que c'était comme bruit d'animal, mais je le cherchais dans mon rêve, essayant de le rattrapper. Mais je n'étais pas assez rapide, et il y avait trop de broussailles. Je percevais juste des cornes de temps en temps. Puis tout se tût, et je m'arrêtais devant une petite ruine de maison campagnarde. Sur le muret à moitié écroulé, se trouvait un chat, qui me regardait de ses yeux fixes. Aucun signe de l'animal qui avait crié et courru, et quand mes yeux croisèrent ceux du chat, je me réveillais.

Je me levais de mon lit, il était encore tôt. Je n'aime pas me réveiller tôt, j'ai l'impression d'avoir gâché de précieuses heures de sommeil. Je sentis un frisson me parcourir, un sentiment de malaise que je n'aimais pas du tout. Cela me rappelais les premiers rêves, horribles et annonciateurs d'une insomnie ravageuse. Le chat n'était pas de bon augure, car cela voulait sans doute dire que l'esprit voulait que je fasse quelque chose. Mais quoi ? Je bondissais, devant me trouver à m'occuper. C'était mort pour me rendormir, il fallait que je fasse quelque chose. Et ce qui m'aidait le plus à me détendre et à oublier quelque chose de désagréable, c'était un bon jogging avec de la musique. Parfait ! Je m'habillais, cherchant mon pantacourt de sport et mon haut léger. J'avais toujours chaud quand je faisais du sport, et même s'il faisait relativement frais dehors pour une journée d'été, je savais que j'allais très vite me réchauffer.

Tout juste le temps de mettre mes godasses et j'étais dehors. Je trottinais tranquillement vers l'extérieur de la petite ville, allant vers mon sentier habituel. J'avais trouvé un endroit sympa où courir ou marcher. C'était une sorte d'allée boisée qui débouchait assez vite sur une entrée de forêt, un peu collineuse. Ca montait et descendait bien, parfait pour le cardio. La musique rythmée dans les oreilles, personne pour me déranger dans la rue... Le bonheur. J'oubliais cette sensation désagréable de mon réveil un instant, le temps de ma petite course du crépuscule à 5h du matin...
Rose Libourg
avatar
Totem du Saumon
Totem du Saumon



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Mer 26 Juil - 22:34:34
C'était une sensation désagréable, elle me tordait l'estomac, me déchirait le cœur, me donnait envie de pleurer. J'ouvrais les yeux d'un coup, ne comprenant pas pourquoi je ne voyais rien.
Et puis petit à petit, mes yeux s'habituèrent à l'endroit et je reconnus ma chambre. Un cauchemar, encore.
Je me levais pour aller boire un verre d'eau. " Mais ça avait l'air si réel " ne pouvais-je m'empêcher de penser. Pourquoi un cauchemar me laissait de telles impressions...
Une partie de moi me disait que c'était simplement un cauchemar. Un cauchemar, du surmenage, de la fatigue et hop, des impressions décuplées. Et puis... Une autre partie de moi me disait que c'était un réel appel à l'aide, un signe. Un peu comme lorsque le totem du saumon me réveillait en pleine nuit...
Un coup d'oeil rapide vers l'horloge m'informa qu'il n'était que quatre heure du matin. Je tentais de me recoucher mais rien à faire ; impossible de fermer l’œil. Cette impression horrible me restait au creux de l'estomac.

Je décidais de me lever et de regarder par la fenêtre, au cas où... Au cas où l'animal serait là, non loin...
Mais je me rendis compte que je n'arrivais pas à me souvenir de l'espèce de l'animal. Pourtant, lorsque je dormais, c'était une évidence. Mais maintenant que la réalité c'était imposée, je n'arrivais plus à me souvenir de cet animal. Je plissais les yeux et fronçais les sourcils, cherchant à me souvenir, fouillant ma mémoire mais... Le peu que je puisse me souvenir, c'était ... Que l'animal avait des cornes. C'était la seule chose dont j'arrivais à me souvenir pour le moment...
Je scrutais l'horizon, la forêt n'étant pas loin de la maison.
Rien.
Pas même une feuille qui bouge...
Je retournais dans mon lit et attendis que le soleil se lève, aillant le temps de faire la part des choses, de peser les " tu es folles" contre " mais c'est évident que les esprits t’appellent !"

Lorsque je descendis, j'étais prête. Prête à partir à la recherche de cet animal. Ou de ce signe que les esprits m'avaient envoyé. J'en étais venue à penser que c'était impossible que je rêve d'animaux blessés, ou en panique, ou en danger, et que ça me laisse une telle impression. Pas comme ça. Pas aussi forte.
Je sortais de la maison, chaussures de marche aux pieds, me dirigeant calmement vers l'orée de la foret, fouillant du regard les recoins autour de moi : buissons, arbres, herbes, fleurs...
Trafalgar Brett
avatar
Totem de l'Ours
Totem de l'Ours



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Jeu 27 Juil - 10:36:17
Il s'était réveillé en sursaut. Encore une fois. Encore un de ces foutus cauchemars. Mais cette fois-ci c'était étrange. Il n'y avait pas eu de salle de classe, ni d'élèves, ni même de ce fucking exam qu'il ne comprenait pas. Pourtant, il commençait à s'y habituer, lui. Et là, c'était une bestiole qui n'avait rien à voir avec un Papa Ours qui venait perturber sa nuit.

Un bras couvrant ses yeux, le dos contre son matelas, il essaya de reprendre ses esprits et de comprendre la situation. Qu'est-ce que c'était encore que ces conneries?! Pourquoi gardait-il à l'esprit ce sentiment d'urgence, de malheur? Pourquoi arrivait-il à entendre cet animal alors qu'il en était incapable avec son propre totem?

Rageur, il donna un coup de pied dans le drap qui s'était emmêlé à ses jambes dans son sommeil et se leva de mauvaise humeur. Qu'est-ce qu'il en avait à fichtre d'un cornu? Lui, il voulait communiquer avec l'Ours et retrouver cette sensation qu'il avait eu à leur rencontre. Grommelant, il sauta dans son caleçon et sortit de sa chambre, passant une main dans ses cheveux ébouriffés.

Baillant à moitié, il se dirigea vers la cuisine et se gratta les couilles au passage. Un coup d'oeil dans le salon lui confirma qu'Alcide était à son atelier. Pas la peine d'essayer de lui parler, il était déjà dans sa bulle créatrice. Il était comme ça, son poto et il en haussa les épaules, acceptant le fait sans rechigner.

Le nez dans le frigo, il se rendit compte qu'il venait d'avoir une absence. Il ne se souvenait même plus de l'avoir ouvert ni du pourquoi il l'avait fait. La seule chose qui lui venait à l'esprit était cet appel à l'aide de l'étrange animal.

- Fuck!

Inconsciemment, sa main se tendait déjà vers une canette de bière avant qu'il ne réalise que c'était encore le matin. Râlant de plus belle dans sa barbichette, il stoppa le mouvement de ses doigts et ferma brutalement la porte du frigo.

- Fucking morning!!

Le mieux était encore un café noir, histoire de secouer ses neurones malmenés par toute cette histoire. Pas de bol. La cafetière était vide.

- Fuuucckk!

La moutarde commençait sérieusement à lui monter au nez. Heureusement, il réussit à maîtriser ses nerfs pour ne pas envoyer le pot vide contre le mur d'en face. Le mieux encore était d'aller prendre une douche et de sortir. Peut-être que marcher lui ferait du bien. Peut-être que l'air frais arriverait à lui aérer les idées... et le café d'Arabella était bien meilleur que celui d'Alcide.
Tullia E. Raijer
avatar
Totem du Chat
Totem du Chat



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Dim 6 Aoû - 20:11:23
Je courais, tranquillement dans les bois. Je n'entendais rien, mes écouteurs dans les oreilles m'offrant un rythme plus adapté que le chant des oiseaux matinaux. Je me dépensais bien, et finis par faire une pause près d'un vieux banc. J'avais fait le grand tour, m'étant enfoncée un peu plus dans la forêt. Je m'asseyais sur le banc pour relacer mes chaussures, qui s'étaient un peu détendues. Ma respiration était forte et j'enlevais les écouteurs car ils me gênaient. Je pouvais entendre les oiseaux, les feuilles bruisser à présent. C'était très calme, très tranquille et très apaisant mine de rien.

Je profitais du banc pour faire quelques étirements, histoire de pouvoir repartir sans trop me faire mal. J'étirais les jambes, quand j'entendis soudainement un craquement et des bruits de passages. Instinctivement je me relevais, regardant autour pour connaitre l'origine du bruit. Un animal, sans doute ? Peut être un chevreuil, un oiseaux ou autre chose. Mais les oiseaux avaient cessé de chanter. C'était vraiment bizarre, et d'un coup engoissant. J'entendis un nouveau grincement de branche, des bruits de petits pas dans le sous-bois. ça se rapprochait, mais ça n'avait pas l'air d'être très gros. Sur mes gardes, car un sanglier c'est pas génial comme rencontre en général, je fus rassurée cependant de voir débouler d'un bosquet un chat tigré. Celui ci me regarda avec ses yeux verts, fit le dos rond et miaula amicalement. Je soupirais, rassurée que ce ne soit pas dangereux. Je souriais également, me rapprochant du chat qui avait l'air amical et ne fuyait pas.


"Qu'est ce que tu fais là toi..."

Mon premier réflexe quand je voyais un chat dans la rue, c'était d'aller le voir pour le caresser. Stupide on pourrait dire, mais je ne pouvais m'en empêcher, c'était plus fort que moi. Je m'approchais donc, tendant une main amicale et lui parlant avec douceur. Mais soudain, alors que je n'étais qu'à quelques centimètres de lui, il se mit à gronder et à me cracher dessus, me donnant un vilan coup de patte à la main. Je la retirais bien vite et reculais, mais trop tard. J'avais une belle griffure qui commençait à saigner. Fronçant des sourcils, je pestais contre ce chat qui n'avait pas de raison.

"Hé ! ça va pas non ! "

C'est vrai ça, s'il ne voulait pas être caressé il n'avait qu'à le dire plus tôt ! Je le regardais alors qu'il grondait et que son dos était hérissé. Il me cracha de nouveau dessus, puis s'enfuit en courant. Ou plutôt, en boitillant fortement. Il remontait le chemin que je devais prendre, s'arrêta à un petit chemin d'animaux pour se retourner. Il me fixait une dernière fois de ses yeux verts perçants, puis disparut dans le chemin. Quand il disparit, les soiseaux se remirent à chanter. Ou plutôt, c'était comme si on avait coupé soudainement le son et qu'il revenait tout à coup. Je clignais des yeux, perturbée.

" Qu'est ce que... C'est bizarre..."

Je revenais vers le banc et jetais un coup d'oeil à ma main. J'étais encore plus surprise de ne pas y trouver les griffures de plus tôt ! Une hallucination, encore ? Maintenant que j'y pense, c'était un chat qui m'était apparu à l'instant. Est ce que ce serait lié à ce que j'ai rêvé cette nuit ? C'était aussi dans un bois, c'est étrange. Je soupirais, ayant compris le message. Enfin, j'avais pas vraiment compris, mais l'intention était là. Je grondais un peu, maudissant à voix haute cet esprit qui ne voulait pas se donner de grandes peines pour m'aider à le comprendre.

"Si c'est toi esprit du Chat, tu ne peux pas t'exprimer plus clairement, non ? Tss...."

Je repartais en trottant, reprenant le chemin qui montait légèrement. Mais à l'endroit où le chat avait disparut, je sortais du sentier et prenais le chemin sauvage. Il descendait et montait au travers de la forêt, en un sous bois fait de fougère, de petits arbres et buissons. Mais on distinguait un sentier discret, sans doute empreinté par les animaux sauvages ou bien quelques randonneurs en soif de sentiers perdus. Si jamais avec ça je me pète un truc ou que je me foule la cheville, ce chat aura des comptes à me rendre...
David Brighton
avatar
Totem du Raton Laveur
Totem du Raton Laveur



MessageSujet: je suis là !! Ven 11 Aoû - 12:15:44
Ce village était décidément étrange… pas habitué encore à être ici, à avoir tout quitté de sa ville et de sa vie d’antan, David eut le sommeil agité. Le temps s’en était mêlé en plus, tournant à la tempête – l‘inconvénient d’habiter près de la mer -  et le vent avait fait des siennes, agitant les arbres et faisant claquer quelques volets. Assez pour rendre le sommeil difficile, le rendormissement malaisé. Ce qui expliqua sans doute que les rêves du blondinet tournèrent au dramatique. Drame émotionnel qui atteint son apogée quand un animal qu’il ne parvint pas à identifier vraiment lui apparut, paniqué, appelant à l’aide, le plongeant dans une atmosphère d’urgence et de peur si réelle qu’il en fut affecté et se réveilla brusquement, comme si l’urgence était bien réelle. Sur le coup, c’était précisément ce qu’il avait ressentit, et continua de ressentir tant qu’il repensait à son rêve à peine interrompu, revoyant cet animal qui lui parlait, affolé, lui transmettant sa panique.

Il s’assit sur sa couche, bouleversé, les yeux grands ouverts, une main sur le cœur… et cligna des yeux le temps que l’émotion passe un peu. Il se sentait vraiment inquiet à son tour, contaminé par la dramaturgie du rêve, si réel alors… Il prit un instant pour reprendre son souffle et retrouver son calme, mais, une boule d’anxiété lui restait dans le ventre, et à ce constat il considéra que ce rêve n’était pas qu’un simple rêve… Le jour pointait à peine. Le vent soufflait toujours en bourrasques irrégulières. Il décida de se lever. Il s’habilla sans attendre. Une fois habillé, il se leva, sondant les courants de son être, et tâchant de taire ses pensées, pour « sentir » ce qui se passait… Ce rêve avait voulut l’avertir de quelque chose, mais quoi ? Il le saurait en restant attentif, quelque chose allait arriver, ou était en train d’arriver, qui le guiderait, ou le mettrait sur une piste. Il s’en fut scruter l’aube à la fenêtre, intrigué et curieux… Il se surprit à bâiller, se passa une main dans les cheveux, et se frotta les yeux… Le ciel était clair, le soleil allait apparaitre à l’horizon. Il était encore fatigué, et en même temps, il avait la sensation que quelque chose l’appelait dehors… Il se massa la nuque, puis s’en fut saisir son blouson, l’enfila, et sortit…

La rue était déserte, le vent agitait ses cheveux, le village était encore endormi. Il enfouit ses poings dans ses poches et fit quelques pas dans la rue, contemplant le décor, respirant l'air frais du matin.          
Asha
avatar
Esprit incarné
Esprit incarné



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Lun 21 Aoû - 15:07:35
Chacun a pris sa décision. Ceux d'entre vous qui ont décidé d'écouter cet appel seront certainement récompensés. Vous avez une drôle de sensation. Dans votre esprit, un prénom. "Tullia a des informations". Vous ne savez peut être pas qui elle est. Mais cette dernière a eu une autre indication. Elle sait qu'elle doit se rendre dans la forêt millénaire.
Melion Erwin
avatar
Citoyen Modèle
Citoyen Modèle



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Lun 28 Aoû - 13:57:13
Mélion ne rêvait pas souvent. Pourtant adepte des rêves lucides, il ne contrôlait jamais vraiment quand cela allait se produire. Mais à chaque fois qu’il rêvait, ou qu’il cauchemardait, il était conscient, et pouvait se dire « Oh, je suis dans un rêve » puis aviser en fonction : essayer de se réveiller, ou bien l’altérer. Dans tous les cas, il avait une image nette de ses rêves, la plus grosse partie du temps.

Cependant, cette fois-là, tout était flou. Une forme de quadrupède avec des bois, des bois ou des cornes ? Surement des bois. C’était... C’était le cerf blanc, mais oui ! le Grand Cerf Blanc ! Il en était persuadé. Néanmoins, tout continuer de lui sembler étrange, il rêvait souvent de chasse, mais d’un animal qu’il traque jusqu’à sa dernière heure, ou qui lui file entre les doigts.
Il se réveilla soudainement, et ouvrit tout simplement les yeux avant de se redresser en position assise.
Mais rien de tout ça, pas de traque, pas de mise à mort, pas de pistage, rien. Juste une… sorte d’apparition. Un appel. Un appel à la chasse ? Cet animal s’était immiscer dans ses rêves juste pour réclamer sa dernière heure ? Ça n’avait aucun sens.
Rien n’avait plus du tout de sens d’ailleurs. Et c’est sans chercher à en comprendre plus qu’il s’extirpa de son lit afin de s’habiller. Bientot l’aube allait se lever, affichait la pendule. C’était parfait.

Ni une ni deux, il enfila sa tenue de camouflage (tenue d'invisibilité ) puis alla attraper son fusil. Cette fois-ci, il ne prit pas son fusil à canon juxtaposé, mais son fusil de sniper SRS custom. Le cerf blanc serait à lui.
Cela tombait à pic, car il n’avait pas encore fait de taxidermie. Dans le doute, il cacha un révolver ainsi qu’un couteau adéquat avant d’attraper son barda puis de se diriger jusqu’à son véhicule.

Il roula jusqu’à la lisière de la forêt, et y pénétra à bord de son automobile, un SUV qui n’en sortirait pas tout propre, mais il n’en avait que faire. Ce soir serait un grand soir, et cette journée n’allait pas être de tout repos. Personne ne se mettrait en travers de son chemin car les dieux eux même l’avaient appelé pour terminer le règne de cette bête, et c'est lui qui avait répondu présent à l’appel.

C'est après s’être enfoncé dans la fôret jusqu’à la fin d’un chemin de terre, que Mélion sortit de son véhicule afin de s’équiper. Lunette de vision nocturne, porte plaque, sac pour expédition de moins de 48 heures, armes, de la peinture sur le visage, protections auditives et oculaire, et banzai.
A nouveau, cette sensation, à nouveau, cette sorte d’appel, indescriptible.
D’instinct, il prit une direction, prenant conscience et gardes de son environnement, des diverses traces de pas, des branches cassés, tout ça afin de pister ce qu’il cherchait: le grand cerf blanc. Mais que cherchait-il ? Et s’il fabulait, à partir de quand devra-il se dire « j’ai échoué, rentrons », y’avait-il même quelque chose à chercher véritablement ?
Il marchait pourtant, déterminé.
Tullia E. Raijer
avatar
Totem du Chat
Totem du Chat



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Lun 28 Aoû - 19:48:35
Je marchais d'un bon pas, pendant de longues minutes. Au fur et à mesure, le chemin et l'environnement changèrent. D'une simple balade pour la santé, le périple se transforma en cauchemar. Le chemin s'effaçait de plus en plus, les arbres devenaient plus présents, mais égalements les buissons épineux et les ronces. Avec mon Tshirt et mon short de sport, je n'étais pas du tout préparée à ce périple. Plus j'avançais, et plus je pouvais sentir l'air humide de la vieille forêt et l'ambiance pesante des esprits. Pourquoi est ce que le chat me dirige vers la forêt millénaire ? S'il avait besoin d'aide, il pouvait tout à fait demander à cette hystérique violente d'Odessa ! Le chemin devenais de plus en plus difficile à pratiquer. Le terrain devenait plus humide et plus glissant, mes chaussures dérapants parfois et me faisant perdre l'équilibre. J'avais de la boue sur les jambes, des griffures de partout. Mais à chaque fois que j'étais sur le point d'abandonner, ce satané chat refaisait surface, miaulant et claudiquant devant. Son regard était un défi à lui seul, me regardant de haut comme si je n'étais pas capable d'avancer. Il va voir, ce sale petit... Mais j'avais à peine commencé à me remettre en selle, que je fis une faute d'innatention et glissais vers le base de la colline. Un sol bien humide et boueux avec de vieilles feuilles, parfait comme toboggan... J'arrivais en bas de ce qui semblait être une cuvette, avec de vieux arbres penchés, du lierre de partout et quelques souches. Les 4 fers en l'air et ayant eu véritablement peur, j'avais poussé un cri dans ma chute qui fut rapidement mis au silence par la douleur à ma cheville. Mince, manque plus que ça. Je me relevais à moitié, le coeur battant par l'adrénaline, toute crottée et ayant sans aucun doute l'air ridicule. J'étais en colère, mais probablement seule. Je regardais le ciel obstrué par les nombreux arbres et le feuillage dense, puis maudissais d'une voix pleine d'animosité cet esprit frappeur qu'était mon totem.

" Je.... Te ... DETESTE !! "

Je me relevais, pensant des milliers d'injures dans ma tête. J'étais sale, je n'aimais pas ça. Les érafflures piquaient et me tiraient, je détestais. J'avais sans doute des bleus et une cheville foulée, un véritable enfer. Je regardais autour de moi, essayant de me situer.

" Damn... Je suis où en plus ? "

Je ne reconnaissais rien, mais il faut dire que je ne m'étais pas non plus baladée très loin dans la forêt millénaire la dernière fois. L'air était pesant, je me sentais observée. Ou alors, c'est juste ma paranoïa couplée à se sentiment d'humiliation qui me mettaient les nerfs autant à vif. J'écoutais, espérant entendre un bruit qui pourrait me donner une indication. Je sais pas, une rivière ou quelque chose du genre. Et ce chat qui n'est pas là quand on a besoin de lui... Je regardais mon portable. Damn, je vais être en retard au boulot. Et en plus, pas de réseau sinon ça ne serait pas drôle. Fais chier... J'allais être d'une humeur massacrante aujourd'hui, c'est officiel. L'énervement avait fait fuir ma peur du moment, et qu'un sanglier m'arrive dessus je serais à peine étonnée si je me mettais à l'insulter sur place. En parlant de sanglier, j'entendis soudainement des bruissants, un peu plus loin derrière les arbres couchés et les arbustes. Il y avait trop de feuilles et de lierres, je ne voyais rien. Mais il y avait quelque chose, ou quelqu'un. Dans mon cas, j'espérais que c'était un "quelqu'un" plutôt que "quelque chose". Fixant de mon regard envenimé par la colère et la frustration l'endroit d'où provenait le bruit, j'interpellais d'une voix forte et quelque peu excédée l'origine du bruit.

"...Qui est là ? Montrez-vous, pas la peine de jouer à cache-cache..."

Qu'il y ait une réponse ou non, au moins la chose m'aura entendu. Au mieux il part, au pire il charge. A voir si mon quota de chance est au encore au beau fixe ou non. Mais vu ce début de journée, j'en doute...
Trafalgar Brett
avatar
Totem de l'Ours
Totem de l'Ours



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Mar 29 Aoû - 10:21:05
Sa clope pendue à ses lèvres et ses poings fourrés dans les poches de son jeans, Brett avançait d'un pas décidé. Un pas volontaire mais une tête toujours dans les nuages. Etait-ce dû au balancement hypnotique de sa guitare dans le dos ou les tressautements familiers de son sac contre sa hanche? Peut-être... ou peut-être pas. Après tout, il n'avait toujours pas bu son café pour se sortir totalement de ce cauchemar inédit.

Qu'est-ce que cette bestiole lui voulait? Pourquoi l'appelait-elle à l'aide? Que lui arrivait-il? Un tas de questions qui lui embrumait l'esprit, qui le dérangeait dans sa routine. A tel point qu'il dépassa même la porte du "Sword", le pub dans lequel il travaillait, continuant à suivre le trottoir comme un aveugle suivant sa canne blanche. Pourtant, il le voulait son café noir!

- Grand-mère sait faire un bon café... Tulia sait faire du bon café... Tulia sait faire un bon café, n'arrêtait-il pas de chantonner, répétant sans cesse le slogan d'une de ses vieilles pubs qu'il avait vu dans une émission à la télévision. Il ne s'était même pas rendu compte qu'un prénom s'était incrusté, ni même qu'il était arrivé à la limite de la ville et qu'il poursuivait son chemin vers la forêt.

Ce ne fut qu'une fois l'orée dépassé qu'il sortit de son nuage, regardant à droite puis à gauche comme un enfant perdu dans un hypermarché. Le petit Brett attend ses parents à l'accueil du magasin. Risible!

- Holy fucking shit!, jura-t-il entre ses dents pendant qu'il écrasait son mégot contre le tronc d'un arbre millénaire. Contre toutes attentes, il fourra le filtre éteint et froid dans sa poche. Etait-ce dû à la raclée d'Alexandre? Certainement pas! Non, ici, c'était la forêt. Le domaine d'Odessa et elle n'aimait pas lorsqu'il laissait traîner ses mégots.

Cherchant à reprendre pied dans la réalité, il passa ses doigts dans son visage avant de les laisser se perdre dans sa chevelure désordonnée. Que pouvait-il faire maintenant? Retourner en ville ou poursuivre son chemin dans la forêt? Levant son nez vers la frondaison des arbres, il tenta de savoir si c'était toujours le matin ou pas. Apparemment, son absence n'avait pas duré si longtemps que cela...

Mais qu'est-ce qu'il fichait dans la forêt? Etait-ce toujours cette bestiole qui le guidait?

Poussant un soupir fendant l'âme, il décida de poursuivre son chemin et d'essayer de comprendre ce qui lui arrivait. Au pire, il tomberait sur Odessa... et cette perspective était loin de lui déplaire! Alors, profitant de sa promenade matinale, il continua droit devant lui, évitant simplement les branches un peu trop basses ou les fourrés un peu trop épais et épineux pour lui.

Soudain, un cri aigu déchira l'air ambiant et tous les oiseaux se turent en un instant. Stoppant net, Brett tendit l'oreille en sa direction au cas où un second viendrait. Silence complet. Perturbé, il se dirigea donc au pas de course vers lui. Peut-être que c'était enfin cette satanée bestiole qui se manifestait physiquement. Peut-être qu'il allait enfin avoir des infos solides!
Sautant et traversant les buissons, c'était clair qu'il devait faire un boucan du tonnerre. Tout de même, un ours qui arrive au galop, ce n'est pas vraiment la chose la plus discrète du monde. Alors pas étonnant si Tulia s'imaginait déjà qu'il n'était qu'un sanglier la chargeant.
Pourtant lorsqu'il se rendit compte qu'elle n'était pas un animal à quatre pattes mais une jeune femme toute abîmée, il eut un sacré ralentissement. Comme s'il avait pilé des quatre fers. Fronçant les sourcils, il jura encore une fois.

- Damn it!

Il s'était attendu à tout sauf à un autre humain... et encore moins à un humain en détresse. Enfin en détresse, c'était vite dit vu le ton employé lorsqu'elle se rendit compte qu'il l'observait depuis le sous-bois. Elle semblait plus agacée qu'autre chose. Etait-elle ce genre de nana qui mordait la main qu'on lui tendait? Probablement et dans ce cas-là, il n'avait pas vraiment envie de goûter à la pointe de ses canines. Alors oui, il hésita pendant quelques secondes à se montrer.

Finalement, il poussa un soupir et dépassa son écran végétal pour qu'elle puisse le distinguer plus nettement.

- Hi... Do you need help?
, lui demanda-t-il alors que ses iris couleur miel se baladaient sur le corps étendu et malmené de la petite chatte.
Tullia E. Raijer
avatar
Totem du Chat
Totem du Chat



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Jeu 31 Aoû - 20:21:52
Ce qui sortit des buissons n'étais pas vraiment ce que j'attendais. Pas une bestiole à quatre pattes ni à fourrure, mais pas forcément des plus rassurantes. Un homme plutôt grand et fin, qui semblait un peu mal à l'aise. Mes yeux brillants de frustration et de colère rencontrèrent les siens, d'une douceur à la fois sombre et claire. Mais quand il se mit à me parler en anglais, mon expression changea rapidement. De la surprise, bien entendu mes yeux s'écarquillant un peu plus. Mais je me mis également à sourire, soupirant presque de soulagement. En entendant quelqu'un parler anglais, je ne pouvais m'empêcher de sentir une pointe de joie. Je cessais de le fixer, m'époussetant des quelques feuilles et morceau de boue sur moi et tentant de ne pas trop m'appuyer sur ma cheville foulée. Je lui répondis en anglais, avec mon léger accent irlandais habituel.

"Well... I'm fine, thanks. Just a bit pissed and scratched but nothing of importance... I've just fallen from this slope."

Je soupirais, regardant mes griffures sur mes jambes. J'allais avoir des bleus en plus. Entre retrouver le chemin vers la civilisation, me décrasser et checker cette foulure... et puis, si le chat m'avait conduis jusqu'ici, c'était sans doute avec une certaine raison. Il ne m'avait pas baladé ici en pleine forêt juste pour son plaisir. Quoi que... Dans tous les cas, je ne serais pas à l'heure au bureau. Je me devais donc de les prévenir. Y pensant soudainement, j'eus un espoir en voyant le jeune homme et l'interpellais assez rapidement pour lui demander un service.

" Ho, do you have a cell phone by any chance ? Mine can't connect in this mess and I need to make a call. It won't be long, I promise."

Je le regardais, me demandant bien ce qu'il pouvait faire ici. Il n'avait pas l'air d'avoir des affaires faites pour la marche, le sport, ou tout simplement une balade en forêt. Est ce que c'était cette personne que le Chat m'avait envoyé rencontrer ? Mais... ça ne faisait aucun sens avec le rêve et l'apparition que j'avais eu. Il ne semblait pas blessé non plus, ni boitillant. PEut être, était il un autre... Je réfutais cette pensé, me promettant de rester prudente. Je n'étais pas encore capable de "sentir" si une personne en face de moi était un autre élu par un totem. Enfin, j'avais un pressentiment, mais rien qui me garantisse la moindre conviction. Ne voulant pas paraitre pour une folle, je devais la jouer très safe et ne pas prendre de risque.
Melion Erwin
avatar
Citoyen Modèle
Citoyen Modèle



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Ven 1 Sep - 11:44:29
Mélion s’était figé en entendant une voix féminine crier de frustration, avant de ravaler sa frustration et laisser place à la crainte. La jeune femme avait évidemment attiré son attention. Nonobstant le fait qu’il veuille la rassurer, il ne se montra pas, et une fois le contact visuel établi après quelques pas de loup, Mélion remarqua qu’elle n’était pas tournée dans sa direction. Il s’en étonna d’autant plus, mais semblait ravi d’être passé inaperçu.

Son canon pointé vers le sol, Mélion se fondait dans l’environnement tout en observant le nouveau venu, avant de s’approcher aussi lentement que possible tout en s’assurant ne pas être remarqué. Il s’arrêta quand il pouvait enfin les entendre, et commença alors à épier leur conversation.

Que faisait-ils ici ? Ça aussi, ça n’avait pas de sens. Aucun d’eux ne sembler être équipé pour une balade en forêt, pour la chasse ou bien la pêche. Avaient-ils caché une plantation de stupéfiant ici ? C’était presque l’idée la plus pourvue de sens, expliquant au moins leurs tenue… inadapté. D’autant plus que la petite femme semblait avoir passé un sale quart d’heure dans les bois, sans s’être découragé pour autant. Toute cette histoire semblait vraiment louche, beaucoup trop louche.


Au moins, ils avaient de la chance, si par malheur leur situation venait à s’envenimer, il avait de quoi sauver la victime. Cependant, fort de sa capacité linguistique, il comprit assez rapidement que la situation ne devrait devenir tendu.

Immobile et les yeux fixés vers les deux interlocuteurs; la fougère ambulante désormais sage comme une image satisfaisait sa curiosité maladive. Essayant de faire taire toutes ses questions sans réponse, il resta attentif à leur discussion mais aussi à son environnement. Au cas où quelqu’un d’autre se rajouterais à l’équation pour l’instant insoluble. Ça ne l’étonnerais même plus.
Trafalgar Brett
avatar
Totem de l'Ours
Totem de l'Ours



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Jeu 7 Sep - 8:15:37
D'abord, il y avait eu de la surprise dans les iris vert qui le fixaient à présent. Ces derniers l'avaient détaillé comme le boucher le faisait de sa pièce de viande pour savoir comment il allait la découper. Avec intérêt et expertise. Un regard qui jaugeait et jugeait. Un regard qui glaça Brett d'un seul coup. Il n'avait jamais aimé ce genre d'examen. Ceux-là, il avait tendance à les louper avec une classe internationale. Alors, il appuya une épaule contre un tronc et croisa ses bras sur sa poitrine, n'avançant toujours pas sa main pour l'aider.

Pourtant, la surprise changea de camps lorsqu'il découvrit du plaisir et de la joie dans les deux émeraudes qui le fixaient. Elle venait même de sourire... de contentement?! Hein? Ah. Effectivement, tout s'expliquait avec son accent irlandais. Sûr que cela devait faire du bien de rencontrer quelqu'un venant des îles britanniques. Ils n'étaient pas très nombreux dans le coin. En tout cas, il l'écouta attentivement et suivait ses indications du regard pour comprendre la situation dans son intégralité. Le haut de la colline: check! Les longues jambes fuselées et nues: check! L'entre-jambe du pantacourt: Check! La belle poitrine rebondie derrière son petit haut: check! Sa petite moue pleine d'espoir: chec... Hein? Comment ça de l'espoir?

- Hu... What? A cell? Hell no. I don't have this shit. I'm a free man, Irish Girl, and I'm in the wood. Why do you think I'd need a phone right here? If I want hear someone, I listen to the birds...

La voyant vaciller à force d'épargner sa cheville, il fronça ses sourcils et se décida enfin à venir la rejoindre. Après tout, il avait connu pire qu'un pauvre coup de griffes d'une femelle mal dégrossie et collet montée. Mais peut-être que celle-ci ne l'était pas... ou pas trop...

- Sit down et show me your ankle.

Libérant la lanière de son sac, il le laissa tomber au sol alors qu'il posa délicatement sa guitare à côté de lui, montrant ainsi, sans le vouloir, sa préférence dans ses possessions. En même temps, son sac était sa survie mais sa gratte était le miroir de son âme. Le choix était vite fait.

Une fois assise, il palpa doucement sa cheville en fronçant les sourcils puis fouilla dans ses affaires pour en sortir une crème chauffante et une bande. Apparemment, ce n'était pas la première fois qu'il soignait ce genre de bobo anodin mais douloureux. D'une main presque experte, il massa sa cheville et croisa la bande de tissu pour lui assurer un certain maintien.

- Here! Nothing serious but I help you to go back, in town.

Même si elle pouvait lire son air décidé à l'aider dans son malheur, il n'avait aucune envie de retourner vers la civilisation. Sans savoir ni le pourquoi ni le comment, il avait l'impression qu'il n'avait pas fini son parcours à travers les arbres. Il manquait irrémédiablement quelque chose... et ce sentiment d'urgence le tenait encore et toujours.

Soudain, il lui plaqua une de ses mains tatouées sur la bouche et il se redressa droit comme un I, fouillant les alentours de son regard. N'avait-il pas entendu un craquement dans le sous-bois? N'avait-il pas eu ce petit frisson qui lui parcourait l'échine lorsqu'il se sentait observer? Fronçant les sourcils, il laissa le miel de ses iris examiner chaque fourré. Peut-être que c'était cet animal en danger...ou pas.

Rien ne bougeait. Rien ne chantait plus. Ni oiseau ni insecte. Comme si un danger rôdait non loin d'eux. Mal à l'aise, Brett se pencha vers la jeune femme pour glisser son bras gracile autour de son cou pour l'aider à se relever sans aggraver d'avantage sa blessure.

- Well, Irish Girl. It's fucking time to go...

Nerveux, il n'arrivait pas à garder ses yeux sur Tullia, faisant des allers et retours entre les arbres et les fourrés. Pourtant, il n'y avait rien. Juste cette impression d'observation. Juste ce sentiment d'urgence. C'était si fort qu'il n'avait pas remarqué ce petit chatouillis à l'arrière de son crâne. Celui qui le prévenait souvent qu'il se trouvait face à un élu. Face à quelqu'un comme lui. Presque comme lui. Les ours se faisaient très rares ces derniers temps.
Tullia E. Raijer
avatar
Totem du Chat
Totem du Chat



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Lun 11 Sep - 17:23:34
La réponse du jeune homme fut assez... surprenante. Autant par le rythme singulier des insultes qui sortaient de sa bouche comme un flot inninterrompu, que par sa fierté d'être un homme des bois qui refuse toute civilisation. En le regardant avec ses tatouages et ses percings, je doute qu'ils se les aient fait à l'ancienne. Mais bon...Mon expression de soulagement fit place à celle du dépit et de la déception. J'eus même une expression légèrement apeurée, ne m'attendant pas à une telle violence de propos. Ma réponse fut aussi laconique, un peu hésitante sur la manière de répondre à cette tirade aussi singulière.

"Er... yeah, Whatever... You're really one kind of a bird, you know ? But thanks anyway..."

Je soupirais, me demande sur qui j'étais tombé. Une personne violente dans ses paroles, qui semblait prendre une simple question pour une attaque personnelle. J'espérais vraiment ne pas être tombée sur un mec trop bizarre. Car même si je fanfaronne et me mets sur la défensive, niveau cote taille et poids je ne fais pas la mesure face à lui. Il fallait donc que je prenne sur moi et que je fasse en sorte à ne pas me mettre sur le dos ce gars qui a l'air d'avoir les nerfs à fleur de peau. Mais je fus surprise en le voyant arriver sur moi. Un peu sur la défensive, je voyais cependant qu'il voulait m'aider. Enfin, il me donnait un ordre plutôt. Je souriais un peu, reculant instinctivement et utilisant mes mains comme language du corps pour lui montrer que ça allait.

" No thanks, I can hand.. Ouch!"

En reculant, j'avais trop appuyé sur ma cheville et m'étais de nouveau fait mal. Tss.. comme si c'était le moment. Je le regardais un peu en biais, ne sachant si je devais capituler ou non. Devrais je me méfier d'une telle personne ? Je n'avais pas vraiment le choix. M'enfuir en courant n'était pas vraiment une solution, surtout avec ma cheville. En deux pas il m'aurait rattrapé, et c'est pas avec mes petits poings que je vais réussir à m'en tirer en plein milieu de la forêt. Je soupirais de nouveau, m'asseyant sur une souche juste à côté et enlevant ma chaussure pour le laisser regarder. J'étais toujours sur la défensive, prête à réagir s'il faisait un geste déplacé. Quand il s'approcha, il posa un peu sèchement un de ses sacs, mais plus délicatement sa guitare. Je ne l'avais même pas remarqué. Un musicien donc ? Peut être cherchait il l'inspiration dans les bois ? Cela me fis légèrement sourire... Mais je gardais toute mon attention sur ce qu'il faisait. Et contrairement à ce que je pouvais m'attendre, il se montra très pro et sortit toute une panoplie d'élément de pharmacien. A croire qu'il se blessait souvent. Je le regardais faire, moins tendue et plus fascinée par ce qu'il faisait que par le risque de me faire attaquer. J'étais plutôt admirative, et ne pus m'empêcher de faire une remarque en souriant.

" Well, you're actually skilled at this aren't you. As expected from a singing bear in the woods, I guess ha ha..."

Je riais légèrement, le regardant avec plus de curiosité et d'empathie que tout à l'heure. Il faisait un peu peur, mais il était plus délicat qu'il ne paraissait. Un peu l'inverse de mon Kronk, en fait. Mon futur coloc' avait plus le genre d'avoir l'air d'être Bambi alors qu'il est plus virulent qu'il n'y parait. Enfin, c'est une autre histoire cet Alex... Quand il eut finit, il m'assura que ce n'était rien de grave et voulait m'accompagner en ville. J'étais rassurée, même si je préférais aller à l'hôpital plus tard pour être certaine. Par contre, pour aller en ville ce n'était pas pour tout de suite. Hors de question de partir sans savoir pourquoi ce chat m'avait conduit dans cet endroit et mit dans cet état. Je le remerciais à nouveau pour son aide, mais déclinait son offre de retourner en ville.

" Thank you for your help. I thought so too, but I will manage on my own. I've got...Mff! "

Je me retrouvais soudainement avec sa grosse main plaquée sur ma bouche, m'empêchant de continuer. Je le foudroyais du regard, ne comprenant pas. Il n'y avait rien aux alentours. Mais il regardait partout comme si quelque chose nous observait. Comme moi tout à l'heure. Cela me mit de nouveau la puce à l'oreille. Etait il vraiment un autre élu par un esprit comme moi ? Cela expliquerait sa présence dans la forêt. Je restais silencieuse quelques secondes, sentant une sensation étrange d'être observée, comme tout à l'heure. Mais je revins rapidement à mes esprits quand il se baissa pour m'aider à me relever. Encore surprise et pas vraiment heureuse que l'on m'ait ainsi interrompu, je répliquais avec verve et colère. De nouveau il parlait avec des insultes, pour un rien en plus. Ce que je ne peux supporter les personnes grossières comme ça...

"What the hell were you doing ?! I'm fine, I can get up by myself. And I'm not going back to this "fucking" town as you said... You're quite the rude fellow ain't..."

Soudain, un frisson dans mon dos et j'entendis un grognement. Ou plutôt un miaulement féroce. Mon regard se porta directement vers un buisson, où je pouvais voir le chat de tout à l'heure camper, le poils hérisser. Sans vraiment réfléchir, je fis un signe à l'ours secouriste de ne pas bouger et de se taire également.

"Wait..."

Je fixais le chat, qui avait une attitude étrange. Son poil était hérissé, il ne faisait que gronder, et faisait semblant d'attaquer un fourré non loin de là. Il le chargeait, puis reculait comme s'il était sur la défensive. C'était... étrange. Personne d'autre que moi pouvait le voir, aussi je ne pouvais pas vraiment juger comment mon attitude pouvait paraitre aux yeux de l'autre. Je regardais le fourré, le fixant de mes yeux perçants et d'un air peu aimable. Il y avait quelque chose là dedans. Mais ce n'était pas animal. Enfin, cela ne pouvait pas, il n'y a pas de raison pour le chat de réagir ainsi sinon. Il y avait un danger juste là, mais pas un danger à fuir. Un danger à contrer. Je me redressais, sentant une colère étranger monter en moi. Il y avait quelqu'un là, juste derrière. Le chat avait disparu comme d'habitude, mais je savais que je devais agir. Je l'interpellais de nouveau, d'une voix forte et cette fois ci en français. La probabilité de tomber de nouveau sur un anglophone était très mince, tout de même.

" Qui que vous soyez, montrez-vous ! Les pervers qui se cachent dans les fourrés c'est has-been maintenant. Sortez de là, ne m'obligez pas à venir vous trainer par la peau des fesses."

Je foudroyais du regard le buisson, sachant très bien qu'il y avait quelqu'un derrière. Campée sur mes deux jambes et ignorants la douleur, je n'aimais pas vraiment l'idée d'être ainsi épiée. J'avais déjà précisé tout à l'heure que j'étais de mauvaise humeur ?
Melion Erwin
avatar
Citoyen Modèle
Citoyen Modèle



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Mar 12 Sep - 18:19:08
La scène était d’un ridicule notoire, et en anglais qui plus est, ce qu’il avait toujours détesté. Oui, c’était là pour lui une raison bien suffisante pour exécrer ces deux personnages. Et c’est sans compter leur stupidité flagrante à se balader à l’aurore dans une forêt sans être équipé décemment. M’enfin, ça il l’avait déjà fait, il ne le leur blâmerais pas.
Le jeune homme semblait prendre soin d’elle, et ce n’était pas forcément une bonne chose pour lui. A dire vrai, ce n’en fut pas une du tout. Mélion aurait largement préféré à ce qu’il détourne son attention ou à ce qu’elle accepte de revenir en ville, pour ainsi lui permettre d’achever en toute tranquillité ce pourquoi était venu.
Cependant, il ne put qu’être surpris, choqué, alors qu’elle se tournait vers lui et lui demandait de se montrer. Comment l’avait-elle remarqué aussi précisément ? Le visait-elle au hasard depuis que l’autre énergumène lui avait fait signe de se taire ? Surement, qu’elle le remarque à travers un buisson, étant donné son accoutrement, était impossible pour un œil humain ordinaire.

Malheureusement pour lui, les deux étaient désormais persuadés qu’ils étaient épiés, et Mélion était prêt à parier que si l’un avouait finalement qu’il a la berlue, l’autre l’en aurait dissuadé pour le conforter dans sa folie ! Même si, ce n’était pas une folie certes…
Il était tiraillé, n’arrivant pas à se résigner à dévoiler sa personne, même s’il avait tous les droits d’être présent ici. De toute manière, les gens ne comprennent rien aux enjeux de la gestion cynégétique. Non, pas question de se dévoiler pour l’instant. Et même s’ils approchent, il avait toujours une grenade à saturation sensorielle ou un fumigène à dégoupiller qu’il pourrait sortir de son sac. Initialement prévue pour alerter les secours en cas de départ de feu grâce à sa fumée blanche, il ne faisait présentement pas assez jour pour que se fumigène se fasse remarquer. Non, il s’enfuirait sur une centaine de mètres et continuerais sa traque de son côté, ou les suivrait à distance. Après tout, si elle arrive à le détecter comme ça, au beau milieu de nulle part, sans rien, elle trouvera peut-être le cerf avant lui.

Il se questionna une ultime fois ; la peinture sur son visage le rendait méconnaissable, sans compter son casque qui cachait ses cheveux. A par ses yeux, il n’avait rien de visible pour autrui. Et il avait un bien meilleur plan. Car dans tous les cas, personne ne viendrait chasser le cerf blanc avant lui, et encore moins eux.

Finalement, le jeune homme se releva avec une lenteur perceptible. Verdâtre de la tête aux pieds, il apparaissait à leurs yeux tel une forme humanoïde verte. Rapidement, ils purent distinguer l’arme à feu, quand il commença à ôter le magasin du fusil pour le ranger dans les poches de son porte-plaques avant d’extraire la balle de la chambre et de l’enfoncer dans le précédant magasin.

Mélion s’avança vers les deux tourtereaux, demandant simplement, sur un ton curieux « Comment m’avez-vous débusqué ? » tout en restant à quelques mètres d’eux. Après tout, il était armé, et même s’il faisait preuve de civisme en déchargeant son fusil, Mélion se douterait qu’ils ne seraient pas sereins. Quand bien même ils n’avaient aucune idée de l’attirail qu’il possédait sur lui, dont la plus grosse partie était dissimulé.

Dans tous les cas, que savaient-ils de la chasse ?
Trafalgar Brett
avatar
Totem de l'Ours
Totem de l'Ours



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Lun 18 Sep - 15:09:37
Il avait eu un sourire en coin lorsqu'elle parla d'ours chantant. C'était presque drôle qu'elle mette son doigt sur la vérité alors qu'elle devait être une de ses filles qui ne croient qu'en la technologie futile telle que Facebook ou encore Instagram. Un sourire qu'il perdit bien vite devant sa véhémence à ne pas quitter la forêt et à ne surtout pas pendre à son cou comme l'handicapée qu'elle était. Etait-elle folle ou quoi?

Il allait lui rentrer dans le lard verbalement lorsqu'elle se figea à son tour et lui demandant d'attendre. Comme son attitude soulignait son mal-être à lui, il ne broncha pas et suivit son injonction à ne pas bouger. Par contre, il fit des yeux ronds face à son attitude étrange face aux buissons. Contre toute attente, elle parla à la plante comme si cette dernière était vivante.

What the fuc...?! Hein? Et comment avait-elle su qu'un homme se cachait justement derrière celui-là? Lui n'avait absolument rien vu! En même temps, il n'avait pas démérité au vu de l'attirail du chasseur. Avec un treillis camouflage, il y avait de quoi se fondre dans le paysage.

Heureusement, l'ours revint très rapidement de sa surprise et de ses rêveries à la vue du fusil que l'homme déchargeait de ses munitions. A tous les coups, il devait avoir un de ces sales cleps qui aboyaient et couraient partout pour mordre les chevilles des gens. De plus en plus nerveux, il se glissa devant Tullia dans une attitude presque protectrice et chercha du coin de l'oeil la présence malsaine d'un chien de chasse. Oui, Brett n'aimait pas les chiens.

- A l'odeur., rétorqua-t-il à la question saugrenue du chasseur avec un sourire insolent. Après tout: à question conne, réponse idiote. Vous vous parfumez au musc pour ne pas effrayer les animaux ou quoi? Nan parce que ça fouette jusque là! Enfin moi, j'dis rien... C'est pour toi, Dude.

M'enfoutiste à souhait, il haussa même ses épaules. Juste avant de froncer les sourcils en regardant le fusil déchargé.

- En tout cas, j'savais pas que la chasse était déjà ouverte... C'est pas seulement à la fin de ce mois-ci? Hum... Va donc falloir qu'on fasse gaffe pour nos promenades dans les bois. Pas envie d'me prendre une balle pour rien...


Soudain, il se tourna vers la fille handicapée de la cheville, ses sourcils toujours froncés. Juste avant de sourire confiant.

- I believe this part of the woods is a fucking protected national park, isn't it? I'm quite sure this silly man is a poacher. If i can have some proof, i will kick his fucking ass. If you don't agree with that, run fast and go to find Natÿre! She's the guardian of this woods.


Aussitôt dit, il reporta son attention sur l'homme à la peau verte. Comment savoir si sa prémonition était la bonne?
Tullia E. Raijer
avatar
Totem du Chat
Totem du Chat



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Jeu 21 Sep - 20:19:36
L'esprit chat avait donc vu juste. Car quelques longues secondes après que j'ai fait mon annonce, le buisson bougea et quelqu'un en sortis. C'était.. assez impressionnant de voir surgir comme ça une telle personne aussi bien appareillée. Sans le chat, j'aurais été incapable de le repérer ! Tout de vert vêtu et peinturluré, je ne pouvais m'empêcher cependant de fixer son arme à feu. Il eut cependant la décence de couper son canon et de vider le chargeur. Bon, au moins ce n'était pas un chasseur de galinette cendrée, c'est déjà ça. J'étais un peu plus rassurée, quoi que je savais que les chasseurs n'appréciaient pas trop qu'on les dérange en pleine chasse. Mais il n'y avait eu aucune indication d'une séance de chasse, et il était interdit d'être aussi... peu visible. il se rapprocha, demandant comment je l'avais débusqué. Etrangement, mon sauveur de plus tôt se mit entre nous deux, comme pour me protéger. Je le regardais faire avec surprise, quelque peu touchée par son instinct protecteur. Il se montra aussi aimable qu'une porte de prison envers le chasseur cependant. J'essayais cependant de calmer le jeu, montrant mon côté jeune idiote en legging innocente sans rien révéler du pourquoi du comment.

" L’intuition féminine~ …. "

Je lui avais souris, toujours un peu mal à l'aise cependant. Dès qu'il y a une arme, je ne suis pas à l'aise de toute manière. Ma réponse n'en était pas une, c'était comme si je disais que je l'avais trouvé sur un coup de chance. Ce qui était en un sens vrai. Quoi qu'il en soit, mon garde du corps terreur des bois ne se fit pas prier pour lui dire ses pensés et montrer qu'il n'était pas heureux de le voir ici. A part le ton clairement hostile, il n'avait pas tord. J'observais de mes yeux perçant ce chasseur, à la fois curieuse de ce qu'il faisait ici et inquiète qu'il puisse se montrer violent. Bha, de toute manière je pourrais avoir le grand ours comme bouclier au pire des cas.

Soudain, l'ours en question se tourna vers moi. Il se mit à me parler de nouveau en anglais, souriant d'une façon assez paradoxale au contenu de son discours. Oui, cette forêt était san doute protégée, et je me doutais également que ce chasseur n'était pas vraiment dans le cadre de la loi. Je n'avais rien contre la chasse, mais il fallait que ce soit réglementé et surveillé, pour de bonnes raisons qui plus est. Etait ce pour ça que le chat m'était apparu ? M'a t'il fait venir par monts et part vaux pour le débusquer ? C'était possible... Mais je ne voyais pas l'animal en question à sauver. Un être blessé, qu'il avait peut être touché avec son fusil. L'ours me dit clairement qu'il n'allait pas hésiter à refaire la face au chasseur s'il avait la preuve que c'était un braconneur. Il m'encouragea à partir si je n'étais pas du genre à me battre pour cela. Il mentionna également quelqu'un que je ne connaissais pas. Le gardien de ces bois ? A qui pouvait il faire mention ? J'eus de plus en plus la certitude qu'il était comme moi un de ces "élus" des esprits des animaux. Mais ce n'était pas vraiment le moment ni l'endroit pour lui poser plus directement la question.

Partir, moi ? Après tout ce que j'ai traversé pour trouver ce que ce foutu chat voulait ? Il pouvait toujours courir ou rêver ce gars là. Je ne comptais certainement pas partir, autant pour satisfaire ma curiosité que pour éviter un potentiel bain de sang. Entre deux mâles à mains nues je m'en fiche, mais quand l'un d'eux a une arme... J'essayais de le calmer, ou plutôt de le ramener à la raison. Je soupirais légèrement, m'avançant pour ne plus être caché par luif ace au chasseur.


" Eeeeeasy boy. Rather than fight or run, let’s find out the truth first in a cleverly way, shall we ?"

Je souriais à l'ours d'un air malicieux, et me tournais de nouveau vers le chasseur. Avec toute l'amabilité dont je pouvais être capable, je m'adressais de nouveau au chasseur. Sans pour autant avoir ce ton niais de plus tôt, j'essayais de ne pas montrer d'hostilité.

" Il a raison, je ne savais pas que la saison de la chasse était déjà ouverte. Et puis… vous ne semblez pas avoir sécurisé le secteur comme il faut. C’est dangereux et inconscient. Bien étrange pour une personne qui a l’air aussi bien préparée que vous. Vous avez l’air d’un connaisseur et d’un professionnel en matière de chasse. "

J'essayais de le caresser dans le sens du poil, mais je doute que cela marche. Les chasseurs sont en général ronchons, et j'ai beau être mignonne cela ne fait pas de moi une beauté fatale qui peut faire oublier son slip à un homme rien qu'en lui souriant. Mais il n'avait pas l'air d'un amateur, c'était bien vrai. Cependant... que venait il chasser ainsi ? Et pour mettre autant de soin à sa tenue de camouflage, cela devait être un gibier prisé. Je me demande depuis combien de temps il était là... Je le regardais, pensant en le voyant au chasseur de Jumanji qui n'avait de cesse de pourchasser sa proie. Je souriais légèrement, amusée par cette comparaison. Mais soudain, j'eus une sensation étrange. Comme si... ma curiosité était sur le bord de mes lèvres, que je ne pouvais m'empêcher de vouloir lui poser une question. C'était... assez perturbant et en même temps irrésistible. Je le fixais, mes yeux plus brillants se plantant dans les siens. Je parlais encore, le questionnant cette fois ci d'une voix plus lente et plus... sensuelle.


" Alors dites-moi, M. Van Pelt… Que venez-vous chasser en ces bois ? " (pouvoir du mois activé)

J'étais moi même étonnée du ton que je prenais, comme si je ne me contrôlais pas vraiment. Mais mes yeux ne pouvaient se détacher des siens, et j'attendais sa réponse comme si j'étais hypnotisée par mes propes paroles. Pitié, sortez moi de là !
Melion Erwin
avatar
Citoyen Modèle
Citoyen Modèle



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Sam 30 Sep - 13:08:17
Mélion jaugea l’énergumène, comprenant à sa première réponse qu’il semblait encore plus là par hasard que lui et devait avoir un QI limité. Rapidement, il recentra le sujet après lui, lui balançant un calme
« Ce n’était pas à toi que je parlais » avant de se tourner vers la jeune femme. Faisant comprendre à l’ours qu’il éprouvait un désintérêt total envers sa personne, qu’il était insignifiant.

Le chasseur balança son fusil dans son dos à l’aide de sa bretelle tout omettant de répondre aux questions et affirmations du jeune troubadour. Les mains désormais libres, il lui était plus aisé de chercher son arme de poing caché, ou bien encore son couteau, si jamais l’intrépide téméraire se sente de venir lui chercher querelle.
Son casque sur la tête, il fixa alors la jeune femme qui semblait bien trop intéressé par sa personne à son gout. Pourquoi ne fuyaient-ils pas la zone de chasse ? Devait-il se montrer menaçant pour pouvoir chasser tranquillement ? Irait-il jusqu’à les faire disparaitre ? Et puis, qui était Natÿre ?
Non, dans le pire des cas, il appellerait les gardes-chasse, qu’avait-il à se reprocher, il n’y avait aucun panneau de chasse interdite, et cette forêt n’était ni privé, ni une réserve naturelle ou parc national bénéficiant d’un arrêté municipal ou de l’ONCFS. Mais peut-être se trompait-il.

Dans tous les cas, il trouvait toujours cela impressionnant, la faculté qu’avait tout un chacun des passant qui le rencontrait à être diplômé d’un master en droit de la chasse. Il les trouvait similaire aux Jean-Archibald soudainement diplômé d’une maitrise en géopolitique et économie lors des élections présidentielles, ou d’un Jean-Mouloud skyblogeur désormais grand philosophes des questions religieuses.
Cependant, il s’admit qu’elle semblait avoir plus de jugeote que le premier, et c’est d’un calme naturel qu’il l’observa au travers de ses lunettes balistique tout en articulant lentement

« Le cerf blanc. »

Mélion semblait convaincu de sa réponse, pourtant, une partie de lui doutait, peut-être allait il chasser autre chose, tomber devant un animal et avoir une révélation ? Pourquoi avait-il répondu avec autant de précision ? Curieux… Lui qui était du genre mystérieux au possible avec ce genre d’inconnu, était-ce son legging qui le rendait ainsi ? Il en doutait sérieusement, non, quelque chose se tramait ici, dans cette fôret, dans cette ville.
Et pourquoi Van Pelt ? à quelle référence faisait-elle allusion ? Dans tous les cas, il sentait brusquement le besoin de se méfier d’elle, statistiquement, autant de coïncidences revenait de l’ordre du divin. On ne lui tire pas les vers du nez ainsi, tout comme on ne le débusque pas ainsi.
Il essayait d’établir une ou des connections logiques avec tout ce qu’il se passait, mais s’était à n’y rien comprendre. Rien n’avait de sens. Son réveil, leur rencontre, la manière dont il l’avait trouvé, cette réponse, tout cela laissait son cerveau en chantier, et il haïssait cela.

Un crissement de bois, une branche qui craque, et Mélion pivota instantanément sur sa gauche, venant d’un basculement du buste glisser son fusil de son dos à ses mains. En une fraction de seconde, le magasin qu’il venait d’empoigner s’enfonça dans l’arme qu’il arma en actionnant la culasse. Il épaula son arme, et visa la provenance du bruit sans pourtant établir un visuel avec quoi que ce soit pour le moment. Les deux autres toujours dans son champs de vision, il avait le doigt sur la gachette.
Trafalgar Brett
avatar
Totem de l'Ours
Totem de l'Ours



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Mar 3 Oct - 9:07:48
Et bingo! Encore une fois quelqu'un prenait Brett pour un débile ou un moins que rien. Heureusement que l'ours avait l'habitude sinon il aurait pu mal le prendre. Au contraire, plus le chasseur se focalisait sur Tullia, plus Brett avait une chance de pouvoir faire quelque chose. Il ne savait pas encore quoi mais il se DEVAIT de faire quelque chose. Il ne le sentait pas du tout ce chasseur. Il en avait les petits cheveux de sa nuque qui se hérissaient de plus en plus, au fur et à mesure que la situation se prolongeait. C'était comme si un panneau lumineux clignotait sans cesse devant ses neurones pour lui signaler un danger, une menace.

Une impression qui s'accentua fortement lorsque l'homme prononça lentement les mots "cerf blanc". Le souvenir de son cauchemar réapparut d'un coup avec toutes ses impressions: l'urgence de la situation, la détresse évidente de l'animal et cette mort éminente et latente. Un assaut qui le laissa presque avec le souffle court, avec une panique violente... qui éclata d'un coup avec le craquement intempestif de la branche providentielle.

Alors que le craquement fit pivoter le chasseur et ramener le fusil entre ses doigts, l'ours ne se posa aucune question et bondit en avant. Sur l'homme peinturluré et déguisé en chasseur du dimanche.

Son but: attraper le canon de sa main gauche et lui flanquer une bonne droite sur le menton pour commencer. Si cela ne suffisait pas, il continuerait jusqu'à ce que la menace ne soit plus.

Boite de Pandore:
 
Tullia E. Raijer
avatar
Totem du Chat
Totem du Chat



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Mar 3 Oct - 19:38:44
Le chasseur répondit, d'une voix étrange. Lui même semblait un peu perturbé par sa réponse. Et moi, je sentais les émotions qui m'avaient traverser s'évanouir, et une certaine sérénité prendre sa place. J'avais eu la réponse à ma question mais... c'était bizarre, je ne comprenais pas. L'esprit chat avait disparu, et quelque chose me disait que je ne le reverrais pas de suite. Donc, pour en revenir à ce qu'il disait... un cerf blanc ? Il parle bien d'un albinos ou d'une sous espèce de cerf ? Quoi qu'il en soit, je ne pouvais empêcher un regard surpris et une certaine colère me piquer le nez. C'était donc un chasseur de trophée ! Rien de plus irritable et de plus navrant pour un chasseur. Chasser pour la gloire et non pour un besoin, en tuant un être d'autant plus unique m'énervait au plus haut point. Mais Brett semblait plus encore en colère que moi. Je le vis changer de couleur, et mon instinct me disait que cet ours mal léché allait être un vrai danger. La suite me donna raison.

Il y eut le bruit d'une branche craquée, puis tout se passa en un éclair. Le chasseur se tourna vers le bruit, armant de nouveau son fusil pointé vers l'origine du bruit et se préparant à tirer. Mais en même temps, Brett avait bondit sur lui et se mettait à le frapper. Je devenais livide de surprise et de peur, peu vraiment habituée à une telle violence. J'étais tétanisée, n'osant bouger ou plutôt ne sachant quoi faire. Ils étaient tous deux plus baraqués et si j'essayais de m'en mêler j'allais plus me prendre un coup ou me blesser qu'autre chose. Je reculais donc de quelques pas, essayant de les arrêter vainement par les mots.


" Stop !!! On se calme! Il n'a rien fait !"

Le fusil me faisait peur, la violence qu'ils montraient tous les deux me faisaient peur... Les seuls cas où je pouvais montrer du courage c'était pour protéger une autre personne que je considère comme proche ou bien vulnérable. Mais là, c'était uniquement un combat de testostérone qui me donnait plus envie de les laisser s'entre-tuer plus qu'autre chose. J'hésitais à partir, mais mon bienfaiteur ne pouvait être laissé. J'avais une dette, après tout... Je ne voulais pas l'aider, mais je ne pouvais l'abandonner s'il était blessé. Ou pire, s'il venait à véritablement massacrer le chasseur. Là il faudra que je sorte la muselière.

[de même mon perso ne peut rien faire. Soit un pnj intervient, soit l'un d'entre-vous décide de la prochaine action dans sa rep.]

Melion Erwin
avatar
Citoyen Modèle
Citoyen Modèle



MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière Mer 4 Oct - 18:37:57
[place pour mon post]


(Oui du coup, il nous faut un PNJ avec des petits dés :3, ou je ne sais quoi

Mélion n'est pas ceinture congoïde de boxe, mais il à des bases.
Il a surtout fait en sorte de pas être trop près d'eux, et d'avoir les deux gens dans son champ de vision pour dans une telle situation, braquer le petit Trafalgar et tirer dans sa jambe si il se fige pas tout seul, ou n'importe ou ailleurs si besoin !)

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mini-Mission 1 - On ne laisse personne derrière
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» 04. Pretty little liars.
» Mini-mission de Noël [inscription fermée]
» Les Joutes du Grand Tournoi [Mini-Mission] [Tour I - Terminé]
» Le Bal Masqué du Grand Tournoi [Mini-Mission] [Tour I - Terminé]
» Le Bal Masqué du Grand Tournoi [Mini-Mission] [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les lumières de la Ville :: Quartier Résidentiel-
Sauter vers: