Totestival', rejoins l'événement !
Rejoins-nous sur Discord !
Et aussi sur Facebook ♥
Et aussi sur Facebook ♥



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Le Bus n°14 [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Le Bus n°14 [Libre] Ven 25 Mar - 23:55:34
*DRIIIING !!*

La sonnerie de son réveil arracha Alex de cet angoissante réalité onirique. Quel étrange rêve !
6h. Il était 6h du matin quand Alex fut forcé de sortir de son nid si confortable.
Il avait cours très tôt ce matin. Et pas n'importe quel cours : un examen très important qui allait très probablement déterminer si il allait pouvoir continuer ses études l'année prochaine.
En anticipation à cela, il s'était couché très tôt : quasiment à 20h, ce qui était énorme pour un étudiant de son âge.
Et malgré cela... il était plus épuisé que jamais. Sans qu'il ne sache si il s'agissait d'une angoisse par rapport aux études, à un souci de santé ou à quoi que ce soit d'autre... il avait à peine réussi à fermer l'oeil de la nuit, et les rêves qu'il avait fait étaient... étranges. Le genre de rêves dont on ressort plus fatigué que reposé.

Il s'était levé, en sueur et mort de fatigue. Il avait plus fait un cauchemar qu'autre chose. De quoi s'agissait-il déjà... ? Emprunter de l'argent ? Avoir des problèmes avec des gens peu recommandables ? Se retrouver en situation de crise... ?
Ridicule, il était bien trop lâche pour pouvoir se retrouver potentiellement un de ces jours dans cette situation, et tenait à la stabilité rassurante de sa vie.
Néanmoins, il venait de voir ce qui se serait passé si tout devait dérailler du jour au lendemain... et ça ne lui plaisait pas.

Mais ce qui avait été le plus dérangeant, c'est que dans ses rêveries il avait expérimenté un étrange sentiment de malaise. Comme si la moindre de ses actions, la moindre de ses pensées... était fixée en permanence par un quelconque espion invisible.
Cette sensation qu'une paire d'yeux était braquée sur lui, et qu'il ne savait pas d'où elle provenait. Tel un prédateur camouflé attendant patiemment quelque chose pour frapper. Un oubli ? Un moment de faiblesse ? Une erreur ?
Quoi que ça soit, ça ne lui plaisait pas, et lui avait gâché sa nuit.

Mais le plus déstabilisant... c'est que même après son éveil, ce sentiment perdurait.


Avec autant d'énergie qu'un zombie, Alex prit à peine le temps de s'habiller grossièrement, de grignoter quelque chose et de se passer de l'eau sur le visage. Woaw, il n'était pas beau à voir : il avait le visage pâlot et ses yeux contrastaient avec les grandes cernes qui longeaient ses orbites.
Probablement les conséquences de son absence de repos.
Tant pis. C'était un concours de marketing, pas de beauté. Alex était obsédé par les apparences... mais il avait le sens des priorités. Et là, il devait absolument être à l'heure.


Partant de chez lui en vitesse, il se dirigea machinalement vers son arrêt de bus pour ne pas louper le sien. Mais le sentiment d'être épié le poursuivait...
Toujours aussi mal à l'aise, Alex reprit sa vieille habitude : basculer les yeux de gauche à droite, de haut en bas, balayer la zone du regard, examiner tous les éléments de son environnement, analyser toutes les personnes qui l'entouraient... et s'assurer qu'aucune d'elle ne focalisait son attention sur lui, ne s'intéressait à lui.
Mais cette fois-ci, rien ne lui permettait de se rassurer : le regard de l'éternel observateur était toujours là...
A plusieurs reprises, il eut même le réflexe de se retourner subitement au détour d'une rue ou d'une allée dans l'espoir de surprendre son poursuivant... mais il n'y avait rien. Il n'y avait que lui, et son malaise.

Il finit enfin par arriver à son arrêt de bus. Attendre sur place immobile lui donna le sentiment d'être affreusement vulnérable... et pourtant, rien ne se passait jamais.
Finalement, la délivrance arriva sous la forme du bus qui arrivait au loin et s'arrêta devant lui. Arborant le numéro 14, celui-ci ouvrit ses portes.

Soudainement, un énorme doute frappa Alex : Quel bus est-ce qu'il était censé prendre pour arriver à l'école de Commerce ?!
Ce doute était totalement absurde ! Ca faisait des années qu'il faisait le même trajet ! C'était probablement à cause de la fatigue, mais quand même... il se souvenait quand même du cours qu'il avait révisé pour aujourd'hui, alors pourquoi oublier un truc comme ça ?

Pris par le doute et pressé alors que le bus s'apprêtait à refermer ses portes, il décida sous le coup de l'adrénaline d'y monter quand même. Étrangement, lui qui était si à cheval sur le planning quelques instants auparavant ne se sentit pas trop mal à monter dans un bus dont il ne connaissait pas la destination.

Alex prit une posture droite et digne pour présenter sa carte de bus au chauffeur, avant de se trouver une double-place libre pour s'écrouler dans un coin.
Le bus reprit sa route, sans qu'Alex sache vraiment si il allait dans la bonne direction. Il commença à s'arrêter à plusieurs arrêts dont aucun ne lui était connu. Bizarrement, il s'en moquait. On pourrait même presque dire que ça le soulageait dans un sens.

Et puis après tout, quelle importance ?
Était-on vraiment encore à ça près ?

En plus, il venait de se rendre compte qu'il avait oublié son sac.


Spoiler:
 
Alexandra Thomas
avatar
Totem de L'Abeille
Totem de L'Abeille



MessageSujet: Re: Le Bus n°14 [Libre] Dim 27 Mar - 17:13:22
Spoiler:
 



"J'arrive dans vingt minutes
Je suis dans. Le.bus quatorze
"

Alex envoya le SMS à son amie Rose et soupira en avançant vers le fond du bus pour trouver une place. Elle avait grand besoin d'aller passer un après-midi NORMAL chez une amie NORMALE. Elle aimait beaucoup Charity, mais là une soirée filles, films débiles, jeux vidéos et mangas avec Rose, Lily et Cam s'imposait. Les soirées avec Charity étaient toujours intéressantes, mais elle finissait toujours par avoir raison, et puis, elle travaillait déjà, et parfois, Alex avait l'impression qu'elle la prenait un peu de haut – c'étaient ses manières avec tout le monde, mais bon... C'est vrai qu'à côté, elle était encore à la fac et passait son temps libre à jouer aux jeux vidéos ou à lire, alors du point de vue de Charity, autant elles pouvaient parler des heures sur ce dernier point, autant sur le premier, elle devait lui sembler bien... gamine. Ce n'était pas vrai, mais au moins, avec Rose, elle avait les mêmes centres d'intérêts, les mangas, les RPG, etc... Quand à Lilas et Camomille, les jumelles, elles étaient bien contentes de pouvoir s'échapper de leur maison avec leurs parents bizarres – sérieusement, Lilas et Camomille ?! - et d'avoir l'occasion de tester les dernières sorties sur les consoles de Rose, de discuter des derniers mangas et de lire les derniers scans.
C'était sur ces réflexion qu'elle s'assit sans y penser à une place libre, à côté d'un random type.



Mais... qu'est-ce que je fais … ? Il y avait plein de places libres ailleurs ! Je n'aime pas m'asseoir à côté de quelqu'un si je peux l'éviter... personne n'aime ça. et puis je ne peux pas partir maintenant, ça ferait franchement irrespectueux...

Oh non.
Vraiment, les abeilles de mes fesses ?
ça recommence ?


Elle soupira d'exaspération.
Une soirée NORMALE... Une journée NORMALE … c'était trop en demander … ?
Elle dormait déjà mieux depuis sa rencontre avec Elle, mais elle faisait toujours des rêves agités et voyait de temps en temps ces petites illusions insectoïdes.
D'ailleurs, si c'était bien ce qu'elle pensait...

Elle tourna discrètement la tête vers le gars à côté d'elle. L'air parfaitement lambda, un peu perdu, pas méchant mais rien de spécial à dire à son sujet. Alex regarda à nouveau devant elle, et cette fois, dans la périphérie de son champ de vision, comme elle aurait pu s'en douter, elle en vit une.
Une petite abeille se baladait tranquillement sur son pantalon – abeille totalement fake, bien entendu, elle n'y était pas il y a dix secondes.

Alex poussa un nouveau soupir.
Alors c'était comme ça... on ne la laissera jamais tranquille.
Elle fixa le paysage qui défilait derrière la vitre, de l'autre côté de l'allée. Il lui disait quelque chose... Ah, oui, le bus sortait de la ville … elle l'avait pris la dernière fois, pour... et dans ce sens, il allait donc vers l'Arbre.
Si elle avait raison, c'était probablement pourquoi il était là. Elle ne l'avait vu lors des derniers événements, mais puisqu'elle continuait visiblement à en croiser PUREMENT PAR HASARD – merci, les abeilles, ha ha … - il devait y en avoir bien plus.

Qu'est-ce que je dois faire, lui parler... ? Non, ça va encore durer des heures... La dernière fois que j'ai abordé un étranger de ce type dans le bus, on a fini à boire un thé, je vais être en retard. Et puis pour lui dire quoi ?

Et alors, une idée saugrenue lui traversa soudain la tête.
C'était idiot, mais bon... quand bien même ça n'allait certainement pas marcher, ça ne l'engageait à rien et ne lui coûtait rien. Et puis sa Reine... et puis est-ce que... est-ce que ça n'avait pas déjà marché... ?

Alex regarda de nouveau devant elle, afin d’apercevoir en périphérie de son champs de vision la petite abeille qui paressait sur la jambe du gars.
Elle se concentra et pensa très fort en direction de l'abeille hypothétique (c'était quand même trop bizarre d'essayer parler à ce type directement) :

Hé... je crois que je sais ou tu vas... enfin dis moi si je me trompe hein...

Et elle forma dans son esprit une image aussi précise que possible de l'Arbre.

Alex vit alors la petite abeille battre des ailes et s'envoler vers l'oreille du gars. Interloquée, elle ne put s'empêcher tourner vivement la tête vers lui – évidemment, l'abeille avait disparu.

Huuuuu... à quoi je pense, hein ? C'est juste une putain d'hallucination. Bah... je me prends trop la tête avec ça. Je ne vais pas m'adresser à ce type, je vais m'arrêter chez Rose et je passerai une soirée NORMALE, et je ne le reverrai sans doute jamais, parce que ça doit encore être une de ces illusions stupides, et que ce gars est probablement juste un type NORMAL... ah, il a de la chance...


Spoiler:
 


Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Bus n°14 [Libre] Mer 30 Mar - 22:43:40
Mais comment est-ce que j'ai pu me retrouver là moi ?!
Moi qui suis tellement obsédé par le planning... et voilà que je me retrouvais en retard, sans mes affaires et à bord d'un bus en direction de je ne sais où...
J'allais louper mon exam à ce rythme là ! Et mes études du même coup !

Et pourtant, je n'étais ni anxieux, ni paniqué.
Pourquoi ? Pourquoi est-ce que je me sens soulagé à l'idée de me laisser porter dans une direction inconnue ?

...Si. Je sais pourquoi.
La sensation d'être observé avait disparu.
Pourquoi ? Avais-je réussi à le fuir ?
… Ou bien est-ce qu'une force extérieure avait souhaité que je me retrouve là, ici et maintenant, et m'avais forcé à m'y réfugier ?

Peu importe. Voyons où ça nous mène... je suppose ?


Je m'étais assis tout seul sur une place double. C'était probablement stupide, mais j'avais toujours préféré être seul qu'avec des gens que je ne connaissais pas. Ou du moins quand j'étais pas beau à voir, comme c'était le cas aujourd'hui.

Le bus s'arrêta à un nouvel arrêt. Nope, je ne connaissais définitivement pas cet endroit. Et pour être honnête je ne passais pas énormément de temps à me balader et explorer la ville : à l'exception du centre ville, de mon quartier et de mon trajet, la zone était un terrain inconnu pour moi.
En tout cas, les arrêts semblaient de plus en plus paumés.
Où est-ce que je m'étais encore embarqué...

Une fille monta dans le bus. Assez banale serait le mot : pas d'yeux éblouissants, ni de chevelure hypnotisante. Des courbes qui ne lui donneraient probablement pas une place de podium dans un concours de beauté... mais très très loin de la rendre repoussante.
En fait, je trouvais même que ça lui donnait un certain charme particulier. Elle avait une petite bouille bien à elle, contrairement à toutes ces filles barbouillées de maquillage jusqu'à en devenir méconnaissables.
Mais surtout... je sais pas. Elle avait ce petit quelque chose qui semblait la rendre différente des autres. J'aurais pas su dire quoi ceci dit.


… Attendez. POURQUOI EST-CE QU'ELLE S'ASSIT A CÔTÉ DE MOI ?!
Personne ne vient jamais s'asseoir à côté de moi ! Et encore moi quand il y a des places de libre !
ET SURTOUT PAS QUAND C'EST UNE FILLE !!!

Reste calme... Sois cool...
Si ça se trouve, tu lui plaît et... nan, te fais pas d'illusions. En plus t'es pas présentable.
Contente toi de garder l'air tranquille.
Utilise la stratégie habituelle : aie l'air décontracté, et plonge ton regard dans la vitre d'un air mélancolique. D'une part ça va te donner l'allure d'un personnage dramatique de manga qui semble avoir un sombre passé derrière lui, mais en plus ça va te permettre de fuir le regard de l'autre tout en continuant de l'observer dans le reflet de la vitre.

Mais la fille regardait le paysage, elle-aussi. Contrairement à moi, elle avait l'air de savoir où tout ce trajet allait nous mener. Hors de question de lui demander ceci dit : j'aurais l'air de quoi moi si je lui disais que je m'étais trompé de bus et que j'étais perdu ? D'un collégien ? Non merci.
Je croisa son regard dans le reflet de cet écran paysager, qui défilait au fur et à mesure de l'avancée du bus dans cet environnement de plus en plus étranger à mes sens.
Elle semblait vraiment contempler le paysage, elle, tandis que moi je me contentais de la surveiller dans le reflet comme le paranoïaque que je suis. Sans que je sache trop pourquoi, il lui arrivait de fixer tel ou tel point précis parfois.


Hé... je crois que je sais ou tu vas... enfin dis moi si je me trompe hein...


HEIN ?!
Qui... ?!
Que... ?!
Quoi... ?!
Comment... ?!
Pourquoi... ?!

Attendez un peu là... elle vient de me parler ?! Mes je la voyait dans le reflet, et ses lèvres n'ont pas bougé...
Est-ce que j'ai halluciné ? Est-ce que c'est la fatigue, ou simplement que je me fais des idées ?

Inconsciemment, j'ai toujours voulu croire au surnaturel, même si j'ai fini par me faire à l'idée de cette ennuyeuse et monotone réalité où tout est explicable par la science. Mais quand des phénomènes de ce genre se produisent, et surtout en si peu de temps... ça convaincrait même le plus sceptique.

Non, j'ai bien entendu sa voix résonner dans ma tête... QU'EST-CE QUE CA VEUT DIRE ?!
Est-ce que cette fille a le pouvoir de lire dans mes pensées ?! Est-ce qu'elle est omnisciente ?!
Est-ce qu'elle est en train de m'entendre paniquer intérieurement en ce moment-même ?
Merde merde merde merde merde !!!

Et c'est quoi ce message ? « Je crois que je sais où tu vas » ? Mais j'en ai pas la moindre foutue idée moi de où je vais !!
Et pourquoi un arbre ?! Quel rapport entre un arbre, un bus, une fille omnisciente et moi ?
A moins que...
… A moins que ça soit elle qui me donne cette étrange impression depuis que je suis levé ?!

Tout est trop louche depuis cette nuit, ça ne m'étonnerait même pas.
Et cet arbre... je l'ai vu très clairement dans mes rêves.

Quel est le sens de tout ça ?!


Mais même si Alex pensa beaucoup, tout cela fut concentré sous la panique et la surprise en l'espace de quelques secondes. D'un point de vue extérieur, il se contenta d'avoir la réaction suivante face au message de l'inconnue :
Il sursauta, se retourna subitement vers son interlocutrice mentale, et la fixa d'un air constitué d'un mélange de surprise, de confusion et de terreur, tout reculant légèrement dos contre la vitre dans un réflexe de défense, avant de bredouiller pathétiquement quelques mots à voix haute.

Que... qu'est-ce que... qui êtes-v-vous... ?
Comment est-ce qu-que vous... ?!
Alexandra Thomas
avatar
Totem de L'Abeille
Totem de L'Abeille



MessageSujet: Re: Le Bus n°14 [Libre] Lun 4 Avr - 15:14:10
… quoi … ?
ça... ça avait marché ?
CA... CA AVAIT MARCHE ?!?!

Vu comment le gars avait sursauté et s'était retourné brusquement vers elle d'un air ahuri en balbutiant deux phrases mal assurées, ça ne pouvait être que ça. Elle était à côté de lui depuis plusieurs minutes, elle ne pouvait pas lui avoir simplement fait peur sans avoir rien dit ! Elle était sûre de n'avoir rien dit. Ou alors elle croyait avoir pensé... et elle avait parlé à voix haute ?

-Heu... murmura-t-elle non moins glorieusement en se retournant vers son voisin. Je … tu...

Zut. Je le tutoie, je le vouvoie ?
Il doit avoir mon âge, un peu moins ou un peu plus peut-être... argh, je déteste faire ça...


Le bourdonnement dans tête – il y était en permanence, mais il s'était mis en sourdine depuis le truc de la dernière fois, et puis depuis Sa rencontre, mais plus doux et plus ronronnant – était... riait ? Le bourdonnement dans sa tête riait. Il ne donnait pas l'impression de se moquer d'elle, juste de s'amuser innocemment de la situation.

Bon, va pour le tutoiement...

mais merde alors ça a marché ? vraiment ?


-Tu heu... tu veux dire que ça marché ? genre... vraiment... ça a marché ?

Momentanément, son cerveau tournait en disque rayé sur cette seule idée et ce seul vocabulaire.
Elle n'arrivait pas à y croire.
Le bourdonnement gonfla un peu et ...
Elle se sentit soudain inspirée – si ça avait marché... ça pouvait recommencer ?

-Attend... Attend-attend-attend ! On … on va réessayer ok ! Concentre-toi et ne bouge pas pendant deux minutes, d'accord ?

C'était l'heure de l'expérience.
A la fois grisant et effrayant. Pour le coup, elle en avait complètement oublié Rose et Lily et Cam et la soirée filles et les films débiles.
Elle-même mobilisa toute son attention, dans une espèce d'inspiration toute mangaesque,  posa ses doigts sur ses tempes, et chercha l'abeille en détournant un peu le regard.
Elle était toujours là, sur son oreille. Attendant pour porter un message … ? Elle devait quand même en être sûre. Elle étendit la main pour l'approcher de l'insecte – qui ne sembla pas broncher – prit une grande inspiration, détourna encore un peu plus le regard, à la fois par honte (son cœur battait la chamade et ses joues la brûlaient) et pour ne pas risquer de dissiper l'illusion de l'insecte en la regardant trop directement, et enfin, elle avança un peu ses doigts pour tenter de le saisir.
Elle effleura l'oreille de son voisin, sans rien sentir d'autre que la peau et le chatouillement de quelques cheveux épars. L'abeille s'était déplacée un peu plus loin.
Elle posa clairement la main, d'un coup, sur l'oreille du gars.
L'abeille était un plus haut, sur ses cheveux.
Elle tourna vivement la tête, sans y penser, exaspérée par l'insecte.
Qui n'y était plus, du coup.
En revanche, son voisin, lui, était bien réel, bien tangible, et en croisant son regard ébahi  - quand on pouvait le regarder en face, ses yeux avaient une couleur plutôt originale, pas déplaisante – elle prit conscience qu'elle tenait sans la moindre raison sa main plaquée sur son oreille. Et c'était une situation plutôt embarrassante.  Comme si elle l'avait giflé, mais au ralenti et dans toute la douceur d'une caresse.


Mais... mais à quoi je pense ?! Il va me prendre pour une grosse chelou de la pire espèce ! Ou pire, pour une espèce de dragueuse aux méthodes douteuses ! Argh, non pas ça -


Elle retira vivement sa main – ses doigts la brûlaient de honte – et se sentit affreusement mal.
L'abeille la narguait. Elle se promenait tranquillement.

-Je … je suis désolée, c'est juste que …  attends encore un peu... s'il te plaît... je voulais juste vérifier si... heu... bref, je t'expliquerait, c'est un peu compliqué. Je, heu.... Attend encore juste une minute s'il te plaît...

Affreusement gênée, elle se sentait obligée de le supplier de rester et de ne pas s'enfuir en courant. Mais elle voulait réessayer, vérifier si jamais... Elle se remit vite en position, doigts sur les tempes, suivit du coin de l’œil de mouvement tranquille de l'abeille et pensa très fort à … des tas d'abeilles. Des tas de petites abeilles mignonnes qui dormaient dans un grand palais fantastique à la Claude Ponti dans l'Arbre.
La petite abeille vint bourdonner à l'oreille du gars, comme la première fois.
Pourquoi c'était cette vision qui lui était venue en tête, ça, mystère, mais au moins il ne pourrait pas l'inventer, elle pourrait être certaine qu'elle lui avait … parlé mentalement ? Oh mon Dieu, c'était tellement improbable. Tellement impossible. Tellement stupide.
Elle n'était quand même pas en train de faire une vraie scène pour rien à ce pauvre gars lambda, si … ?
Anxieuse, elle guetta sa réaction.


Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Bus n°14 [Libre] Mar 5 Avr - 16:04:51
Les questions se bousculaient dans ma tête. Mais qui était cette fille ?!
Malgré toutes les étrangetés qu'elle me faisait voir... j'avais le sentiment qu'elle était aussi perdue que moi dans tout ce qui se passait.
Peut-être qu'au final elle a eu le même problème que moi, qu'elle a elle aussi eu cette impression d'être pourchassé, harcelé, traqué... jusqu'à ce bus, où nous nous sommes tous les deux rencontrés... ?
… non, improbable. Dans ce cas-là, pourquoi est-ce qu'il n'y a qu'elle qui fait des trucs bizarres ? J'ai très clairement entendu sa voix dans ma tête... et à l'écouter s'exclamer, je suis pas sûr qu'elle en était consciente elle non plus.

Mais au final, elle n'avait même pas répondu à mes questions. Enfin, si on peut appeler ça autre chose qu'un pathétique balbutiement effrayé.
Pourquoi est-ce que je ne savais même pas comment elle s'appelle ?
Peut-être qu'elle est dangereuse ?
Peut-être que c'est elle le fameux prédateur invisible ?
Peut-être qu'elle me veut du m...

Agrmaplabzouk. Gargh....

Elle venait de... me toucher ?
Cette fille venait de poser sa main sur mon oreille... ?
Lentement, délicatement. Elle avait effectivement posé sa main sur mon oreille, sans que je n'ai la moindre idée pourquoi.

Je devrais probablement trouver ça bizarre, étrange, dérangeant, me poser plein de questions...
… mais étrangement, toutes mes pensées avaient été balayées sur le moment. J'étais juste là, à profiter de l'instant, à ne rien penser d'autre, sinon que... eh bien que ce n'était pas désagréable comme moment en fin de compte.
C'était un moment apaisant, reposant. Pour la première fois depuis le début de cette maudite journée, j'étais à l'aise.

… et puis, elle retira sa main. Subitement, d'un seul coup, je fus brutalement arraché à mes rêveries.
Elle retira vivement sa main de mon visage, comme si elle venait d'y trouver un quelconque insecte repoussant. L'air dérangée et mal à l'aise, elle se mis à se confondre en excuses et à me demander d'attendre, comme si elle cherchait à m'expliquer quelque chose qu'elle-même n'arrivait pas à comprendre.

Ou alors, la raison la plus probable, c'est que je la dégoûtait. Ca se voyait à sa réaction en me regardant de face. Elle avait eu cette réaction au moment-même où nos deux regards d'incompréhension mutuelle s'étaient croisés.

Évidemment que c'est ça ! Alex, tu n'es vraiment qu'un imbécile qui se fait des idées ! Elle a beau avoir l'air de savoir beaucoup de choses, elle te connaît pas, et toi non plus !
En plus, vu ma tronche actuelle, pas étonnant que je lui fasse peur. J'aurais porté ses lunettes que mes cernes auraient quand même dépassé, et la fatigue me rendait pâle comme un linge.


Elle faisait quoi là ? Elle se mettait les doigts sur les tempes ?
Qu'est-ce qu'elle essayait de faire cette fois-c... ?!

Mes pensées s'embrouillèrent pour laisser place à une vision plus précise. Enfin, précise serait un euphémisme.
Je revoyais un arbre. Mais pas n'importe quel arbre... celui de mes rêves ?
Il grouillait de petites créatures jaunes. Des abeilles ? Comme si elles vivaient en son sein, s'agitant, dormant, empreignant de vie un lieu déjà très féerique en lui-même... avant de disparaître.

Je n'y comprenait plus rien... Pourquoi cet arbre, encore et encore ? Cela faisait trois fois désormais que le même arbre apparaissait dans son inconscient, et c'en était encore plus effrayant maintenant qu'il était persuadé qu'il le revoyait en plein éveil.
Mais à ce stade-là, ça ne pouvait plus être une coïncidence.

Et... pourquoi des abeilles ? Y avait-il un rapport entre les deux ? Est-ce qu'elle essayait de me faire comprendre quelque chose ?
Il s'agissait peut-être d'une métaphore de notre société ? Mais pourquoi me la mettre dans le crâne alors ?
Et pourquoi est-ce que je prenait tout ça au sérieux moi ?! Est-ce que je croyais vraiment en toutes ces histoires de télépathie ?

… il faut croire que oui, même si je ne l'admettrais jamais devant quelqu'un.
Ca devait être pour ça qu'elle avait mis sa main sur mon oreille. Une sorte de... lien télépathique ?
J'en savais absolument rien. On en étais au delà de chercher des explications logiques de toutes façons à ce stade là. En réfléchissant comme ça, je ferais aussi bien de considérer qu'elle a très mal dormi elle-aussi, et que tout ça n'est que le résultat d'une hallucination collective.

Ouais, et puis ça confirmerait que je la dégoûte physiquement.


Je soupirai.
Ce genre de situation est tellement plus simple dans les mangas, où tout le monde est beau et attirant, même les loosers !
Si seulement je pouvais être comme ça moi aussi...



Toutes ces « intrusions mentales » s'étaient ajoutées à sa fatigue antérieure, et avaient commencé à donner un peu de nausée à Alex. Se repliant un peu sur lui-même, il se recroquevilla légèrement en avant et pris sa tête dans ses mains, fixant le sol alors qu'il recevait la nouvelle vision.
Il allait bien falloir qu'il lui réponde, un jour ou l'autre.
Alors, comme il en avait l'habitude depuis tous ce temps, il s'imagina autrement, comme étant quelqu'un d'autre, pour avoir plus confiance en lui dans sa communication.
Il se visualisa un peu plus comme un personnage de manga : avec des traits un peu plus fins, des cheveux plus longs et moins frisés, un peu plus lisses donc. Et avec des cheveux bleus. Parce que pourquoi pas après tout ? Ca paraissait normal pour ce genre de personnes.
Bref, il se visualisa comme quelqu'un d'assez beau, histoire de ne pas avoir à être déconcentré par des complexes physiques au moment de parler.

Mais bon, ce n'était qu'une innocente pensée passagère, non ? Un simple mécanisme de défense, comme tout le monde en avait.
Sauf que cette fois-ci, ce qu'Alex ne remarqua pas... c'est qu'il changea véritablement d'apparence.
Sans qu'il ne s'en rende compte, sa chevelure avait changé du tout au tout pour convenir à celle qu'il se visualisait quelques instants auparavant. Son visage avait également changé quelques traits.

Inconscient des changements surnaturels qui s'étaient opérés en lui, il se redressa pour s'adosser à nouveau à son siège, avant de tourner la tête vers sa mystérieuse interlocutrice et de s'adresser à elle, poussé par un mélange hétérogène de curiosité face à son incompréhension, et des quelques vestiges de courage qu'il venait de récupérer en se visualisant comme quelqu'un de plus confiant.
Plongeant son regard dans le sien, il lui posa sa question d'un air assez perdu.


« Excuse-moi, mais je ne comprends rien de tout ce qui se passe. Ceci-dit je vois bien qu'il y a quelque chose à comprendre ici, quelque chose d'étrange qui se passe sous mes yeux mais que je n'arrive pas à saisir...
Pourrais-tu... peut-être... éclairer ma lanterne... ?
 »
Alexandra Thomas
avatar
Totem de L'Abeille
Totem de L'Abeille



MessageSujet: Re: Le Bus n°14 [Libre] Mer 18 Mai - 16:39:56
*insérez ici le biiiiiiiip des hôpitaux qui résonne quand la courbe de la fréquence cardiaque d'un patient devient toute plate (quand le type est mort ou presque). Cela devrait vous donner une idée assez éloquente de ce qui résonne dans la tête d'Alexandra pendant de longues secondes*


Bleu.

Ma Reine... vous avez ouvert mon monde comme je ne l'aurais jamais imaginé.


Soudainement prise dans un tel élan d'amour pour sa Reine qu'elle en suffoqua, Alex savourait ce simple constat qui s'imposait dans son cerveau et y prenait ses aises depuis quelques temps.

Il l'a fait... il l'a vraiment fait... et moi aussi... il est probablement comme moi... C'est tellement...

Mais les petites ouvrières de son cerveau, que le surgissement soudain des cheveux bleus avait pétrifiée de surprise, reprirent bien vite les commandes.

Non, mais … attends un peu. Arrête de te faire des illusions, abrutie. Tu t'imagines quoi... tu es complètement folle ma pauvre Alex. Personne ne parle par la pensée, et personne ne change brusquement d'apparence comme ça. Cette histoire d'Esprits, passe encore. Mais là tu sors du domaine du encore potentiel selon certaines conditions. Soit ce type est un prestidigitateur... soit tu es en train de l'imaginer. Comme ce film... au Salvador.. avec ce prix Nobel de Mathématiques, qui était schizophrène et qui imaginait voir des personnes et ne se rendait pas compte que ce n'étaient que des illusions... alors ce type n'est pas réel ? Je l'imagine ? Je suis schizophrène ? Les autres aussi je les imagine ? Ce type du café, les hippies de l'arbre... ? Mais... pas Charity quand même ? Et surtout... ma Reine … ?

Le bourdonnement dans sa tête...
Il grondait.


Après tout... Je vais arrêter de me poser des questions.
Pour une fois... je vais voir ce qui va se passer.


-Ecoute... lui dit-elle, fébrile. Tu … ça va te sembler extrêmement bizarre et si tu ne comprends rien à ce que dits, tu m'arrêtes tout de suite et tu m'oublies. Mais... je crois... en fait... Enfin d'abord, dis moi. Dis moi si tu viens de changer tes cheveux en bleu et globalement toute ton apparence ? Et si tu as un doute, regarde-toi dans la vitre...

Alex le détailla elle-même plus précisément. Oh mais ces cheveux quoi... ils manquaient un peu de longueur peut-être pour atteindre la perfection, mais leur nuance entre bleu et turquoise était juste merveilleuse. Il avait simplement changé du tout au tout. Le type lambda était devenu beaucoup plus remarquable, et il fallait bien reconnaître... bien plus beau.
Alex n'était pas particulièrement sensible aux canons de beauté physique. Mais l'apparence de son voisin avait quelque chose de différent, de quelque peu surnaturel, qui rappelait un peu les belles images de synthèse... ou une graphie élégante de manga, éventuellement. C'était... c'était beau. Simplement beau. En tout cas, son sens esthétique particulier s'en trouvait ravi.
Mais elle chassa vite ces pensées de son esprit – l'image qu'elle avait sous les yeux n'était qu'un masque, une illusion. Cela dit, elle ne pouvait même pas être certaine que la tête lambda du type était bien son visage "originel".
Bref, le temps n'était pas à ce genre de considérations. Ce pauvre gars méritait des explications après qu'elle a agi aussi bizarrement.

-Bon, écoute, je t'explique. Je n'y comprend pas grand chose mais certaines personnes m'ont un peu éclairée alors... peut-être que je peux faire de même pour toi, autant que je peux. Là, j'ai juste essayé de... bah, ça a l'air bizarre, mais … depuis quelques temps, en fait, je dormais très mal, j'avais des rêves pas reposants tout le temps, puis je suis allée... Bon, les choses dans l'ordre. J'ai suivi mon instinct, presque contre ma volonté. Je me suis retrouvée dans la forêt dans la direction de laquelle on se dirige avec ce bus d'ailleurs. Il y avait au centre un Arbre gigantesque... et des tas d'autres personnes, avec des réactions aussi bizarre que de câliner l'arbre. ça c'est terminé en course pour sauver des chiots dans une animalerie, mais ça c'est encore trop confus pour en parler. Tout ce qui importe, c'est cet Arbre... et des personnes que je n'ai pas arrêté de rencontrer qui dormaient mal aussi... qui étaient visité par des animaux dans leurs rêves... des personnes qui murmurent des histoires d'esprits totem et de Terre à sauver... bref, est-ce que toi aussi tu dors mal ? Est-ce que ton comportement change bizarrement ? Moi un soir je me suis mise à travailler comme une dingue sans prévenir... et j'ai préparé un sac de survie sans m'en rendre compte. Et peut-être même que tu fais des choses bizarres... comme essayer de parler à un étranger dans le bus par la pensée... ou changer de visage.

Elle poussa un long soupir. Sa tirade avait été longue et confuse. Mais au moins elle commençait à dire des choses... C'était presque... grisant.
Ah, et elle avait dépassé l'arrêt pour aller chez Rose.
Tant pis.
Elles comprendraient.
Et puis... elle avait quelque chose d'important à faire.

Le bourdonnement dans sa tête l'approuvait, elle en était certaine.
Étrangement, elle se sentit incroyablement satisfaite.

-Bon, ce n'est pas très clair, j'en ai conscience. C'est parce que ce n'est pas très clair pour mi non plus. Mais ça va aller mieux, j'en suis sûre si je t'emmène là bas. Je pense – enfin je ne suis pas sûre mais vu ce qui m'est arrivée ça me semble logique – que tu as pris ce chemin pour aller à l'Arbre. Ces choses semblent nous contrôler, nous forcer à faire des choses contre notre volonté. Nous attirer à certains endroits... mais une fois que c'est fait, ça va mieux. Je fais beaucoup moins de cauchemars maintenant... Alors si tu veux, je veux bien t'emmener voir l'Arbre. ce n'est plus très loin. Enfin... si tu n'as rien d'autre à faire... et que je ne semble pas simplement juste folle...


Elle eut un petit rire nerveux. ça ne ressemblait à rien de tout lui déballer comme ça. Mais quelque part, elle s'y sentait poussée, et c'était fatiguant, au bout d'un moment, de résister tout le temps.

-Bon... si tu ne me trouve pas complètement tarée... Je m'appelle Alex.


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Bus n°14 [Libre]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les lumières de la Ville :: Quartier Résidentiel-
Sauter vers: