Totémique
Forum familial et accessible
* Nouveautés *
2015 ★ Ouverture du Forum
02.05.17 ★ Charity est Admin !
14.01.18 ★ Nouveau design ~
18.01.18 ★ Adriàs est Admin !


★Aujourd'hui ★
Votre arrivée, Youpi !
Bienvenue à toi,

    Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement)

    Partagez
    avatar
    Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) > le Ven 8 Jan - 19:53:28
    Totem du Serpent
    Totem du Serpent
    Messages : 393
    Date d'inscription : 16/10/2015
    Age : 23
    Localisation : L'Antre des roses



    La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. FICHE - JOURNAL
    Ailbe sembla mener une longue réflexion. À vrai dire, Adrìas ne se faisait pas beaucoup d'illusions. Il était prêt à argumenter encore en sa faveur, mais il sentait le jeune homme plutôt strict sur certaines choses. Il attendit sa réponse avec plus ou moins d'appréhension et d'impatience. Il se mit à inspecter l'expression que lui renvoyait son visage, tentant d'y déceler un élément de réponse. Ses traits étaient tendus. Il aurait au moins la prétention de pouvoir dire qu'il l'avait fait réfléchir.

    Quand enfin la réponse franchit ses lèvres, Adrìas peina à la croire. Il mit un certain temps avant de se reprendre, du brouillard dans la tête. Il ne savait pas à qui il devait cette victoire, à lui-même ou à celui qui avait fait que, ce fameux soir au bar, le poing de l'autre ivrogne ne se retrouve pas dans son nez. Il se leva prudemment, de peur de se réveiller d'un rêve plus réaliste que les autres. Il s'assit derrière Ailbe et s'accrocha à lui. Cela lui rappela leur dernier voyage ainsi, mais cette fois il s'occupait moins du chemin que de la perspective de vivre avec Ailbe. Il réfléchit notamment aux habitudes de vie qu'il allait devoir changer. Premièrement, ne jamais plus laisser le courrier traîner sur la table de la cuisine. Secondement, son emploi du temps, dans la chambre et pas sur le réfrigérateur. Ensuite, la salle de bain : fermée à clef. Toujours. Toujours, toujours, toujours, toujours. Et la chambre aussi, avec ses affaires sous le lit et pas en évidence sur le bureau.

    Il prit une grande inspiration avant de descendre du vélo. Il allait devoir ruser pour attraper tous les documents équivoques relatifs à sa prise d'hormones, gentiment disposés sur la table de la cuisine, avant qu'Ailbe ne zyeute dessus. Que faire ? Il chercha ses clés, distrait. D'ailleurs il était tellement distrait qu'il fit le tour de toutes ses poches deux fois avant de se rendre compte qu'il ne les trouvait pas. Il refit encore une fois le tour, attentif cette fois, puis il blêmit : elles n'étaient vraiment pas sur lui. Pourtant il jugerait être parti avec quelques minutes plus tôt à peine ! Il se retourna, la bouche ouverte comme pour dire quelque chose à Ailbe, avant d'apercevoir le vieux d'en face descendre les marches de son perron, à une heure très tardive.

    Le vieux lui balança ses clés et s'engouffra à nouveau dans sa maison avant qu'Adrìas n'ait pu décrocher un mot. Il rougit de honte et n'osa lever les yeux vers son hôte. Il ne pouvait même pas lui présenter : il ne connaissait pas le nom du vieux.

    Adrìas ouvrit à Ailbe et lui indiqua où ranger son vélo dans l'espace entre sa boutique et son jardin. Puis il monta avec lui jusque dans son appartement, où il passa en premier, brisant toutes les règles de politesse, pour récupérer ses documents dans l'entrée de la cuisine. Il indiqua ensuite à Ailbe de le suivre et fit le tour des pièces.

    "Ici, la cuisine avec lave vaisselle, lave linge et sèche linge. Par ici ma chambre et à côté mon bureau. En face la salle de bain principale, enfin, c'est la plus grande. Et de l'autre côté il y a la chambre d'ami où tu vas dormir, avec une petite salle de bain. Et, malheureusement pas juste à côté de la cuisine, un petit salon."

    Il avait fait court, ne voulant pas ennuyer Ailbe. De plus, il ne l'avait pas fait entrer dans "son espace", seulement dans les pièces principales et dans la chambre d'ami.

    La cuisine n'était pas très moderne, elle était d'ailleurs carrément rustique, mais ce style plaisait à Adrìas. En fait il n'avait pas eu le temps ni l'envie de faire des travaux. Cela en mériterait peut-être. Les placards étaient en bois foncé, tandis que la table qui trônait au milieu de la pièce était en bois clair. Les chaises, de style montagnard, étaient du même bois clair. Seuls les appareils électroménagers étaient flambant neufs, mêlant ainsi le moderne et le vieillot. Le salon suivait le même principe : canapés et télé neufs mais table et cheminée en bois usé. La chambre d'Ailbe quant à elle venait d'être aménagée par les soins d'Adrìas, alors elle était cosy et confortable. Rien à voir avec la sienne, plutôt vide et sombre.

    Il ramena Ailbe dans la cuisine, qui était un peu le centre du foyer.

    "Je comprendrais que tu veuilles aller dormir, ou simplement te rafraîchir dans la salle de bain. Pour ma part je vais sûrement aller dans le salon. Je peux nous faire un thé ou une tisane si tu veux ?"
    Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) > le Sam 9 Jan - 18:58:30
    Invité 
    Invité

    Il se souvenait effectivement du chemin. Il laissa le vent s'engouffrer dans ses cheveux et sécher sa transpiration sous son manteau. Chaque coup de pédale l'éloignait de sa réflexion peu encourageante sur le fait que, pour une fois, pour la première, et il espérait la dernière fois, il allait devoir dépendre de quelqu'un. Véritablement dépendre. Il détestait ça. Il n'avait jamais vraiment détesté quoi que ce fut dans sa vie, et ça le perturbait certainement autant que le reste. En plus du fait qu'il n'avait jamais vécu avec quelqu'un. Enfin, plus depuis que son père était en prison, et c'était plus de dix ans auparavant. C'était également très différent. Adrìas n'était pas un membre de sa famille. Il ne connaissait pas ses circonstances. Et il n'avait aucune envie de s'imposer à lui de cette façon. Il faudrait qu'il soit prudent et dissimule ses ordonnances et ses seringues. Pour le reste, être végétalien avait beau être ennuyeux, ce n'était pas une condition. Bien sûr, ses choix alimentaires résultaient effectivement de problèmes médicaux. Mais ç'aurait pu être autre chose.

    Bref. Il appuya un peu plus fort sur les pédales. Il finit par attacher son vélo devant la boutique de fleuriste. Il s'était du chemin. Il se surprenait un peu. Il était toujours perdu dans ses réflexions, prêtant peu attention à son entourage, quand un homme âge déboula de nulle part pour jeter ses clefs au jeune homme et l'insulter. Il le salua pourtant en se demandant de qui il pouvait bien s'agir, puis finit par hausser les épaules et le suivit, montant les degrés jusqu'aux appartements. C'était étrange d'aller chez quelqu'un sans véritable raison. La dernière fois, c'était chez Charity. Et les fois d'avant... Il ne s'en souvenait même plus. L'idée d'habiter ici... Il savait qu'il lui faudrait un peu de temps pour considérer cet endroit comme chez lui. Et il n'était même pas certain de le vouloir.

    Il pénétra dans la pièce, regardant autour de lui, repérant la cuisine, principalement, puis le suivant dans sa rapide visite. Il en profita pour déposer son sac dans ce qui serait désormais sa chambre. Et sa salle de bain. C'était un luxe qu'il n'avait plus eu depuis qu'il était en France. Much appreciated. Il regarda la cuisine. Il l'aimait beaucoup, un peu vieillotte, désaccordée avec le reste des meubles de la pièce. Un coup de peinture et ce serait réglé, mais il ne voulait pas s'imposer. Il n'était pas vraiment chez lui. Il y avait tout ce qu'il fallait et se demanda si le jeune homme s'en servait beaucoup. Elle était bien équipée. Il hocha la tête.

    "Si ça ne te dérange pas, je vais me doucher, oui. Je transpire toujours beaucoup au travail, il y fait tellement chaud... Je ne suis pas contre une tisane. Sans sucre, merci."

    Il lui sourit et retira son appareillage, puis ses chaussures, qu'il laissa dans l'entrée. Il attrapa son sac et partit dans la salle de bain, qu'il ne ferma de toute évidence pas à clef. Quelques minutes après, le bruit de l'eau se faisait entendre. Et à peine cinq minutes après, le bruit s'éteignait. Il ressortit donc, pieds nus, vêtu d'un vieux pantalon de survêtement délavé et couvert de taches de peinture et d'un t-shirt qui ne valait pas beaucoup mieux, les cheveux mouillés. Il le rejoignit en remettant son appareil.

    "J'aimerais que tu m'expliques tes habitudes, pour que je ne te dérange pas. Bien entendu, je ferai le ménage, et même la cuisine si tu veux... Et si ça ne te dérange pas de devenir végétalien... Quand j'y pense, ça peut poser problème."

    Il lui sourit. Il n'avait aucune intention de rentrer dans son espace vital, mais il ne savait pas vraiment s'il devait le lui dire. Après tout, ça coulait de source, non? Déjà qu'il l'accueillait, il n'allait pas en plus violer son intimité plus qu'il le devait...
    avatar
    Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) > le Sam 9 Jan - 21:44:36
    Totem du Serpent
    Totem du Serpent
    Messages : 393
    Date d'inscription : 16/10/2015
    Age : 23
    Localisation : L'Antre des roses



    La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. FICHE - JOURNAL
    Adrìas acquiesça et laissa Ailbe prendre sa douche tranquillement. Il mit de l'eau à chauffer dans la bouilloire puis s'affaira à ranger ses dernières affaires qui traînaient dans l'espace commun. Il rangea également vite fait sa chambre, au cas où. Il l'observa un moment, avec un regard différent que d'habitude. Depuis qu'il était ici il n'avait pas vraiment changé sa chambre, et il trouvait qu'elle ne lui correspondait plus. Il y avait une nette différence entre l'Adrìas d'avant et l'Adrìas actuel.

    L'Adrìas d'avant avait une chambre plutôt vide : une commode, une armoire, un lit, une table de chevet et une autre petite table qui servait de bureau. La seule fenêtre était cachée par des rideau sombre. Les murs étaient en lambris, et le sol en parquet sombre. La seule lumière de la pièce, pas très puissante, ne donnait pas de chaleur au tout. Elle était assez triste, et avant il y passait pas mal de temps. Mais maintenant qu'il avait une vie plus remplie et plus lumineuse, il ne s'y sentait plus à l'aise. Il allait vraiment falloir qu'il y fasse des travaux.

    Retournant dans la cuisine, il versa l'eau dans deux tasses et les posa sur un plateau, il emmena la boîte de tisanes avec lui également, ne sachant pas vraiment ce qui pouvait plaire à Ailbe. Il hésita à prendre quelques gourmandises, mais ne trouvant rien, il laissa tomber cette idée. Il emmena le tout dans le salon, se concentrant pour ne pas chuter. Ensuite il zappa un peu à la télé pour voir ce qu'il y avait, mais ne trouvant rien, il l'éteignit et alluma la chaîne Hi-Fi, sur la radio.

    Il attendit Ailbe qui ne tarda pas. Cela lui fit bizarre de le voir dans une tenue aussi décontractée, de le voir chez lui déjà, pour commencer. Mais il était aux anges. Il aurait bien aimé, lui aussi, mettre une tenue plus agréable, mais il n'avait pas vraiment osé se changer.

    "Mes habitudes ? On est pas couchés ! Tiens sers toi de ce que tu veux.

    Alors, la semaine je suis de toute façon à la boutique, donc levé vers 7 heures pour ouvrir à 8 heures. Au fait je sais pas si tu as vu, mais la boutique est ouverte entre midi et deux. En fait je suis parti du principe que les gens qui achètent des fleurs en ville sont ceux qui se rendent à un dîner, donc ils passent entre midi et deux et le soir, c'est pour cela que je suis ouvert jusqu'à 20 heures. Et je prends ma pause entre 14 heures et 16 heures, il n'y a personne ces moments-là.

    Du coup tu peux disposer de l'appart comme bon te semble quand je ne suis pas là. J'espère ne pas te déranger en me levant à 7 heures, ici les murs n'arrêtent pas vraiment les sons... Entre 14 heures et 16 heures il est rare que j'aille autre part, du coup je mange ici. Et le soir je sors assez souvent, donc voilà, je ne suis pratiquement jamais ici ! Le dimanche je travaille dans le jardin, ou bien je vais me promener.

    Pour ce qui est du ménage je te laisse faire ton espace, je ferais le mien. Celui qui n'a rien à faire n'aura qu'à nettoyer la cuisine et le salon. Quant à la préparation des repas... c'est pas mon truc."


    Il rit de sa propre incapacité et attrapa un sachet d'une tisane aux fruits rouges.

    "Généralement mes repas ne volent pas très haut ! Si tu fais mieux je te laisse la cuisine avec grand plaisir. Et un changement de régime alimentaire ne pourra que me faire du bien, je ne fais pas assez attention."

    C'est vrai, il devait se limiter un minimum avec sa prise d'hormones, mais cela l'ennuyait plus qu'autre chose.
    Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) > le Sam 9 Jan - 22:15:40
    Invité 
    Invité

    Il sourit en entendant sa réponse. En réalité, ça ne le dérangeait pas de l'écouter. Plutôt, ça lui évitait de penser à la réalité de la situation. Il s'installa donc en veillant à être du bon côté et choisit l'infusion qui aurait le goût le moins sucré possible. À dire vrai, à force de se surveiller, il n'arrivait même plus vraiment à aimer ça. Il finit donc par mettre son sachet dans l'eau et s'installa confortablement, un peu surpris que le jeune fleuriste ne se soit pas changé en attendant. Il n'avait pas pris très longtemps, certes, mais malgré tout...

    Quelques-unes de ses remarques le firent sourire, et les autres réfléchir. Que faisait-il vraiment, le matin? Difficile à dire. Il ne connaissait pas vraiment ses horaires, il consultait rarement sa montre, réglé comme une horloge. Mais il dormait probablement à l'heure de son lever. Cependant, ça dépendait bien entendu de s'il finissait par lui offrir ce contrat. Il n'en avait pas reparlé, et lui-même ne comptait pas le mettre sur la table. Il dépendait déjà beaucoup de lui. Alors autant qu'il lui explique ses propres habitudes, et qu'ils se coordonnent. Il hocha la tête en parlant de cuisine, en revanche. Il but une gorgée de tisane.

    "D'accord... Vraiment, ça ne me dérange pas, je prépare mes repas depuis un certain temps, maintenant. Et si tester le régime végétalien ne te dérange pas, je suis tout à fait pour l'idée de cuisiner. Comme pour le fait de nettoyer les parties communes. Je ne compte pas entrer dans ta chambre, ou ta salle de bain, sauf si tu m'y invites, ne t'en fais pas... Comme pour le bruit que tu pourrais faire. Après tout, ce n'est pas comme si j'entendais grand-chose."

    Il sourit. Sans son appareil, les bruits de fond du quotidien n'étaient rien de plus qu'un vague murmure. Autant dire, rien qui pourrait le réveiller après une nuit au bar. Il but une nouvelle gorgée, assoiffé comme toujours, avant de poursuivre.

    "Autant que je t'explique mon rythme aussi. Je suis au bar entre 19 heures et 3 heures, en règle générale. Et je commence ma journée aux alentours de 13 heures, au musée. Comme j'y vais à vélo, je me lève rarement avant 11 heures. Et sur mes deux jours de repos, mercredi et jeudi, souvent, je travaille de 10 heures à 20 heures. Donc je me lève vers... Huit heures, peut-être. Le reste du temps, je fais le ménage, ou j'aide la communauté. Je fais les courses pour des personnes âgées, ou du jardinage."

    Dans son esprit, il compara les deux emplois du temps et se dit qu'ils ne se verraient pas souvent. Ce n'était peut-être pas si mal, en définitive... Il aurait moins l'impression de vivre avec quelqu'un. Ce qui d'ailleurs le fit réfléchir à autre chose, qui peut-être n'avait aucun rapport.

    "Vu que je ne suis quasiment jamais là la nuit, n'hésite surtout pas si tu veux ramener quelqu'un. Comme je te dis, de toutes les façons, je suis effectivement à peu de choses près sourd."
    avatar
    Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) > le Sam 9 Jan - 23:00:31
    Totem du Serpent
    Totem du Serpent
    Messages : 393
    Date d'inscription : 16/10/2015
    Age : 23
    Localisation : L'Antre des roses



    La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. FICHE - JOURNAL
    Adrìas était plutôt charmé par l'idée qu'Ailbe lui mijote des petits plats. Il avait souvent entendu, comme beaucoup de monde, que l'amour passait par l'estomac. Il sourit à cette idée, se disant qu'il était quand même bien fou pour héberger un homme qui était capable de faire chavirer son coeur. Il devait être plus clément avec lui-même, arrêter de chercher les problèmes.

    Il tiqua un peu en entendant Ailbe évoquer sa chambre. Il se dit que jamais au grand jamais il ne devait rentrer dans cette pièce. Malheureusement elle n'avait pas de serrure. Il allait devoir lui faire confiance... De toute façon de manière générale, il ne pouvait que lui faire confiance, puisqu'il allait le laisser seul chez lui. Mais il ne se faisait pas trop de souci. De toute façon, dans le pire des cas, l'autre vieux d'en face serait capable de débouler pour dénoncer Ailbe. Le vieux marabout.

    Adrìas but de sa tisane et faillit avaler de travers en entendant Ailbe évoquer son boulot. Il fallait vraiment vraiment qu'il lui propose ce contrat. Vu toutes les activités qu'exerçait le jeune homme, il devait se tuer à la tâche. Et cela réchauffa le cœur d'Adrìas d'avoir en face de lui un homme aussi généreux. A moins que ce ne soit sa tisane. Il attendit qu'Ailbe ait fini de parler, mais il enchaîna sur un autre sujet, et là Adrìas se mit à rire.

    "Ramener des gens ?"

    Il rit encore un peu avant de se rendre compte que du point de vue d'Ailbe la situation n'avait rien de drôle. "Ramener des gens" était peut-être naturel pour lui... Il cessa de rire et lâcha une vague excuse.

    "Pardon, c'est la fatigue."

    Il posa sa tasse et plongea son regard dans celui d'Ailbe, juste pour oublier la possibilité que le brun soit déjà prit, ou simplement pour oublier la possibilité qu'il aime exclusivement les femmes. Cette situation, où il apprenait que la personne à qui il s'intéressait était hétérosexuel, lui était déjà arrivée. Ce n'était pas tout à fait agréable à entendre.

    "Je ne ramènerai personne."

    Il fit une pause avant d'aborder le sujet du travail.

    "La semaine prochaine, tu pourrais essayer de venir à la boutique, travailler un peu ? Le matin. Tu penses pouvoir arrêter un de tes autres boulots ? Je ne compte pas t'imposer mes horaires en plus de ceux que tu as déjà. Il faudra que tu choisisses... Je te conseille vraiment d'arrêter de servir dans des bars, non pas que cela ne me déplaise de t'y croiser, mais parce que je sais comme c'est fatiguant d'y rester longtemps. En plus, je pense qu'en vivant ici et en partageant tes charges, le prix de la nourriture et les courses... Tu peux lâcher un peu de lest non ?"
    Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) > le Dim 10 Jan - 0:03:37
    Invité 
    Invité

    Il haussa un sourcil en l'entendant rire. Il se demandait bien ce que ça pouvait avoir d'amusant. N'était-ce pas la raison pour laquelle les gens sortaient? Il en voyait, innombrables couples qui se formaient et se déchiraient devant son comptoir, entre deux verres, binômes arrivés ensembles et repartis chacun de leur côté, parfois au bras d'une créature séduisante arrivée seule et déterminée à ne pas repartir de même. Certains venaient certainement pour autre chose. Boire, écouter la musique. Danser... Il se souvenait de la première fois qu'il avait vu Adrìas, silhouette mauve parmi la foule remuante, bougeant au gré du rythme qui vibrait et rebondissait sur les murs, mouvements graciles et presque hors du monde. Oui, quelques-uns venaient peut-être pour autre chose. Pourtant, il n'arrivait pas vraiment à imaginer Adrìas seul. Il lui affirma pourtant ne ramener personne. Ce qui n'était pas pareil. Mais après tout, ça ne devrait pas le déranger, il faisait bien ce qu'il souhaitait. Il était, après tout, chez lui. Et c'était son corps. Il reprit une gorgée de tisane et aborda le changement de sujet presque avec soulagement. Il abandonna jusqu'à l'idée de se demander pourquoi. Certainement la contrainte de devoir partager son logement.

    Pourtant, l'idée de lâcher du lest... Il ne pouvait pas vraiment se le permettre. S'il parvenait à mettre de côté pour s'acheter une pompe à insuline, ce serait déjà bien. Mais pour ça, il avait besoin de ses quatre emplois. Sauf s'il lui proposait effectivement un contrat. Mais essayer de venir à la boutique, ce n'était pas encore vraiment ça. Il ne savait pas comment répondre. Encore une fois, il aurait voulu ne pas le blesser, encore moins alors qu'il affirmait avoir enfin envie d'aider quelqu'un. Que cette personne soit lui n'était qu'une coïncidence, en quelque sorte. Une bonne coïncidence. Parce qu'il pouvait l'aider, un peu. Alors il y réfléchit. Dans l'absolu, ç'aurait effectivement été l'idéal, d'abandonner le bar. Il pourrait ainsi épargner son oreille et, tout à la fois, avoir des horaires plus réguliers, qui ne feraient pas de lui une sorte de drôle d'animal nocturne. Ce métier était épuisant, après tout, même s'il appréciait le soutien qu'il apportait à certains. La plupart, et de plus en plus, surtout les jeunes, ne venaient plus que pour boire, et plus pour discuter. Cependant, c'était aussi là qu'il gagnait le plus, avec les pourboires. Le dilemme était grand. Il finit par hausser les épaules en terminant sa tasse de tisane encore fort chaude.

    "Je peux venir les jeudi et vendredi, à condition que ce soit rémunéré. Je ne peux vraiment pas me permettre le luxe de lâcher du lest, comme tu dis, même si c'est très gentil à toi de m'héberger de la sorte."

    Il se trouvait lui-même un peu sévère dans son discours, même si son ton n'était pas différent. Simplement, il n'aimait pas que l'on questionne ses choix de vie. Ou qu'on le conseille sans savoir. Raison pour laquelle il préférait généralement écouter de parler. Pour éviter de dire des énormités. Il y avait évidemment de bonnes intentions, il n'avait absolument aucun doute. Mais ce n'était pas vraiment par choix qu'il... Il n'avait pas envie de raconter sa vie. Il lui sourit, un peu contrit.

    "Je suis désolé, je suis épuisé aussi. Je vais aller me coucher, et nous en reparlerons plus tard, si ça ne te dérange pas?"

    Il s'apprêtait déjà à se lever. Il se sentait véritablement sur le point de s'endormir. La tisane lui faisait presque toujours cet effet, il devait admettre...
    avatar
    Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) > le Dim 10 Jan - 14:46:43
    Totem du Serpent
    Totem du Serpent
    Messages : 393
    Date d'inscription : 16/10/2015
    Age : 23
    Localisation : L'Antre des roses



    La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. FICHE - JOURNAL
    Adrìas resta un peu perplexe. À quel point Ailbe était-il dans la mouise pour avoir besoin de travailler autant et ne pas pouvoir lâcher du lest ? Il avait peut-être une vision trop bourgeoise des choses, mais de son point de vue Ailbe travaillait trop. À moins qu'il ne fasse plus de dépenses qu'il n'en avait l'air.

    "Oui bien sûr que ce sera payé."

    Adrìas afficha un air contrit. Il semblait qu'Ailbe n'était pas un gars aussi simple qu'il paraissait. La façon dont il lui avait parlé lui donnait l'impression que quelque chose clochait.

    Adrìas se leva et prit le plateau pour le déposer dans la cuisine.

    "Oui, il n'y a pas de souci, il est tard. Bonne nuit alors !"

    Il regarda Ailbe s'éloigner dans le couloir, avant de ranger les affaires puis de se diriger vers la salle de bain. Il se doucha et se changea, trouvant qu'il avait plus de couleurs qu'à son habitude. En allant dormir, il trouva sa chambre vraiment dérangeante. Un sentiment d'oppression le prit à la gorge mais il alla se coucher tout de même, sans réellement trouver le sommeil.

    Peu après il se releva, fit un tour dans l'appart, dans le salon, s'affala sur le canapé. Le salon était déjà plus accueillant. Mais il y faisait froid, alors il attrapa une des couvertures qu'il gardait là en cas de soirée télé, et s'enroula dedans. Sans qu'il n'y prenne garde, il s'endormit à la place qu'occupait Ailbe quelques minutes plus tôt.
    Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) > le Dim 10 Jan - 20:34:23
    Invité 
    Invité

    La nuit ne fut pas calme, loin de là. Ou plutôt si, dans le sens où il était allongé sur un lit confortable, dans un quartier paisible, loin, très loin de ce que sa vie avait été avant. Et c'était bien là le problème. Il savait pertinemment qu'il pourrait aisément s'y habituer. C'était si différent. Il n'aimait rien plus que ce genre d'environnement. Et la possibilité de travailler chez un fleuriste. Plus encore un fleuriste qui avait pour objectif de produire lui-même ses propres plantes. Ce n'était pas vraiment un jardin, un potager auquel il aurait été habitué, bien évidemment. Il passa la nuit à compter. Se demandant s'il pouvait effectivement se débarrasser d'une partie de ses emplois pour faciliter son travail ici. Il aurait aimé cesser de travailler au bar, effectivement. Ou alors, dans un autre bar? En journée, peut-être. Cela, il pourrait le faire. Il suffirait qu'il cherche. Le musée, en revanche, il préférerait rester. Parce qu'ils manquaient véritablement de traducteur pour les malentendants. Peut-être qu'en passant plutôt comme traducteur certifié... Effectivement, ça pourrait fonctionner. Mais il faudrait qu'il passe un diplôme et pour ça, il fallait qu'il reprenne les cours. Mais pour reprendre les cours, il lui fallait de l'argent et donc travailler. Quel dilemme. Ces pensées tournèrent et tournèrent tout au long de la nuit.

    Lorsqu'il se leva, dimanche, donc, vers dix heures, puisqu'il n'avait pas vraiment dormi, il fit la même chose que tous les matins, prenant sa glycémie, puis son traitement, sortant de son sac une de ses aiguilles, qu'il se planta dans l'abdomen, comme toujours. Il finit par sortir de la chambre pour se laver rapidement, puis s'habiller, avant de se diriger dans la cuisine. Il se demandait si Adrìas dormait encore. Il avança et le vit dans le salon, allongé sur le canapé, enroulé dans un plaid. Il l'observa en remettant son appareil, et en fronçant les sourcils. Puis il alla dans la cuisine, en se demandant ce qu'il buvait. Enfin, s'il voulait qu'il cuisine, il faudrait qu'il se fasse à son régime. Il mit l'eau à chauffer pour le thé, puis prépara ce qu'il put avec ce qu'il trouvait de végétaliens (les légumes, globalement) dans le réfrigérateur. Ce n'était pas trop mal, en définitive. Et même si l'odeur n'était certainement pas aussi séduisant que si ç'avait été de la viande, il appréciait plutôt. Mais il allait falloir faire des courses bientôt. Il connaissait un magasin ouvert le dimanche matin.

    Il s'installa et but doucement son thé sans sucre. Il réfléchissait encore à ce qu'il pouvait laisser et comment le faire. Peut-être un bar d'hôtel, ou de restaurant étoilé... Il l'avait déjà fait. S'il pouvait passer un coup de téléphone, ça pourrait régler beaucoup de ses problèmes. Mais encore fallait-il qu'il trouve un téléphone. Ce qui devenait difficile. Et il fallait qu'il commence à se renseigner sur les formations. Ce serait aussi une bonne chose. Il mâchonnait ses légumes en y songeant. Il avait un peu d'économies de côté pour se le permettre. Mais il ne tiendrait pas beaucoup. Pas longtemps. Ce serait mieux que rien. Et un problème à la fois, comme toujours...
    avatar
    Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) > le Dim 10 Jan - 21:01:38
    Totem du Serpent
    Totem du Serpent
    Messages : 393
    Date d'inscription : 16/10/2015
    Age : 23
    Localisation : L'Antre des roses



    La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. FICHE - JOURNAL
    Adrìas se réveilla avec difficulté, il était un peu amorphe en fait. Il mit quelques secondes pour réussir à se situer. Il avait dormi dans le salon ! Aïe, il avait tenté de bouger sa tête sans succès, et une douleur intense avait parcouru sa nuque. Voilà ce qui arrive quand on dort dans un canapé. Il se redressa alors sans bouger sa tête, et resta assis un instant, pâteux. C'était comme un lendemain de soirée mais en pire. Il n'avait pas rêvé en fait cette nuit, d'où ce sentiment de mollesse. D'habitude le serpent le rendait au moins vivace, même s'il le rendait étrange. Il se leva prudemment et se traîna jusque dans la cuisine, le plaid toujours autour de lui, grimaçant lorsque son pied, après avoir marché sur le tapis moelleux, se posa sur le parquet froid. Ce fut bien pire lorsqu’il marcha sur le carrelage de la cuisine d'ailleurs.

    Il leva un sourcil en voyant Ailbe dans sa cuisine puis se mit à réfléchir et se souvint, la chambre d'ami, la boutique, tout ça... Puis il ouvrit de gros yeux. La boutique ! Quelle heure était-il ? Il se raidit, sa douleur dans sa nuque le rappelait à l'ordre tandis qu'il tentait de s'activer. Il changea de cap et fonça dans sa chambre, s'entremêlant les pieds dans le plaid et il faillit s'étaler en franchissant sa porte. Là, il se frotta la nuque en grimaçant une nouvelle fois, avant de poser ses yeux sur son calendrier et de constater qu'on était dimanche, pas de boutique donc. Il posa son front sur le mur, pas trop violemment quand même, et ferma les yeux en soufflant. Sale journée.

    Il se traîna à nouveau vers la cuisine, et s'assit avec prudence cette fois sur une chaise à la table, puis posa ses mains sur son visage et prononça mollement :

    "Bonjour..."
    Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) > le Dim 10 Jan - 21:26:16
    Invité 
    Invité

    Il ne prêta pas vraiment attention au bruit de fond, trop peu habitué à l'idée qu'il y ait quelqu'un chez lui (ou l'inverse) et bien trop au fait d'habiter dans un immeuble bouillonnant d'activités. Surtout en fin de nuit. Quoiqu'ils ne soient plus exactement en fin de nuit... Il continua de manger, à peu près satisfait des résultats auxquels sa réflexion l'avait mené. Ce serait du travail, mais ça ne lui faisait pas peur. Avec un diplôme de traducteur et de guide, il serait beaucoup mieux payé pour travailler moins. Et il pourrait donc se laisser plus de temps. C'était une situation gagnante pour tout le monde. Il finit par voir Adrìas arriver, pourtant, puis repartir avant qu'il ait le temps de le saluer, enroulé dans son plaid et visiblement mal réveillé. Il haussa les sourcils et but son thé, seulement pour finir par le voir revenir, s'installant... Avec précaution? Sur la chaise. Il savait d'expérience que dormir dans un canapé n'était pas forcément confortable. Ce qui lui faisait encore se demander pour quelle raison il n'avait pas utilisé sa chambre? Ou avoir Ailbe ici l'inquiétait? C'était aussi possible.

    Il lui tendit pourtant une tasse de thé et une assiette de légumes cuisinés. Sorte de brunch du dimanche, mais sans le bacon ou les œufs brouillés. D'habitude, il avait du tofu grillé avec, et même un peu de soupe, mais il n'avait pas vraiment eu le temps... Il lui sourit, toujours aussi avenant. Après tout, il profitait de lui, non? Il tira un peu sur son marcel, qui dévoilait des bras musclés et couverts de petites cicatrices, d’homme habitué à travailler manuellement, dehors, et par tous temps. Il était rentré dans un pantalon noir et sobre. Il était encore pieds nus, mais ses cheveux étaient attachés en queue haute, dégageant son visage.

    "Bonjour. J'espère que ça ne te dérange pas que j'ai cuisiné? T'as pas l'air dans ton assiette..."

    Le jeu de mots le faisait rire intérieurement alors qu'il lui passait des couverts. Il finit par reprendre.

    "Il faudrait aller faire des courses, je ne sais pas si tu veux venir ou pas, t'as l'air vraiment fatigué."

    Il l'était aussi, mais en général, ça ne se voyait pas trop. Une bonne chose, d'ordinaire. Et il ne voulait ni inquiéter son nouveau propriétaire, ni se faire plaindre. Il allait avoir besoin de pas mal d'ajustements, il s'en rendait compte. Mais il adresserait les choses une à la fois, comme toujours. Et tout irait bien.
    Contenu sponsorisé 


      Hidden Lands