RSS
RSS
Ouvre le panneau !
Présente ton programme électoral !
Rejoins-nous sur Discord !
Et rejoins-nous aussi sur Facebook !
Vote toutes les 2h ♥

Totem du mois : Le Chat !

Miaou ! Bonne rentrée !

Voir la liste des totems



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Adrìas Indigo
avatar
Totem du Serpent
Totem du Serpent



MessageSujet: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Mar 29 Déc - 22:24:26
Précisons:
 

Il y avait pensé toute la journée. Il avait même fini par tourner en rond d'impatience dans sa boutique. Jusqu'à la fermeture, il pressait presque les gens dehors, un sourire incroyable aux lèvres. Ceux-ci étaient amusés par son comportement et étaient heureux de sa bonne humeur. Il jubila lorsqu'il pu fermer les volets et la porte. Il monta quatre à quatre les marches pour prendre sa douche. Il enfila son plus beau pull en coton. Il avait pensé à la chemise, mais n'avait pas osé : beaucoup trop chic. Puis... puis il se rendit compte qu'en fait il avait encore de looongues heures à attendre avant de pouvoir le rejoindre. Il avait oublié que le bar fermait si tard, il avait été si pressé pendant toute la journée qu'il en avait pensé qu'il pouvait partir de suite. Il rit de sa propre hâte.

Il passa ses longues heures à mi-chemin entre le frigo et la télé. Il avait eu envie de fumer, mais s'était retenu pour ne pas sentir la cigarette. Du coup, son sorbet pistache y était passé en entier, parce qu'il mangeait pour se calmer. Quand l'heure arriva (enfin l'heure moins une demie-heure, mais il était trop pressé), il quitta la maison au pas de course. Cette fois, il n'oublia pas son manteau, le nouveau, même s'il avait pensé à l'oublier.

Il prit son temps sur le chemin, plus il approchait et plus il ralentissait, mais cela n'était pas étonnant en fait puisqu'il était stressé et qu'il avait encore un peu de temps. Il s'arrêta devant la rivière calme au milieu de la nuit, et inspira à fond avant de se tourner vers le bâtiment de sa destination. Il monta les marches presque à reculons, mais fini par pousser la porte du bar, le cœur au bord de l'implosion.

Il le repéra de suite malgré les personnes encore présentes, et il l'aurait repéré même s'il avait été haut de deux têtes de moins. Il s'approcha du bar, et se posta devant lui. Il se racla la gorge, au cas où, avant de lui sourire.

- Bonsoir Ailbe !
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Mar 29 Déc - 23:05:30
La vie continuait. Comme toujours, elle avançait. Il avait fini par aller voir le médecin, qui lui avait prescrit un appareillage auditif. Il n'aimait pas vraiment le porter mais n'avait plus le choix, désormais. Mais ç'avait été le début des ennuis. Il avait dû travailler encore plus pour payer la totalité des soins en plus de son loyer et de son traitement, mais aussi de sa nourriture un peu spécifique, qui coûtait terriblement cher en France, comme il le découvrait chaque jour. Il avait fini par renoncer à son appartement et en avait informé sa logeuse, qui avait accepté de le garder gratuitement, puisqu'il nettoyait l'immeuble et aidait les femmes à s'occuper notamment de leurs enfants, après une longue nuit de travail, ou leur faisant leurs courses. Jusqu'à ce que la notice arrive. L'immeuble allait être rénové, politique de la ville, d'après ce qu'elle lui avait lu. Ils seraient tous relogés, mais puisque lui-même n'avait plus de bail et n'existait pas légalement, il ne pouvait l'être. Il lui avait souri et l'avait remerciée longuement avant de retourner dans l'abri où il avait vécu au début. La vie continuait...

Il continuait à enchaîner les petits emplois, se fatiguant toujours un peu plus à la tâche. Mais il ne dormait pas mal, dans sa demeure de carton. Même s'il y faisait parfois un peu froid, et qu'ils risquaient l'expulsion par les forces de l'ordre. Il avait obtenu les papiers nécessaires pour rester en France, mais la vie était parfois complexe. Il avait mis son appareil au minimum et s'était rendu au travail comme à l'habitude. D'abord le musée, et ensuite le bar. Il avait attaché ses cheveux en queue de cheval et passé un sempiternel t-shirt à manches longues d'un bleu foncé, rentré vaguement dans un de ses jeans défraîchis. Et ses converse usées. La soirée se déroulait bien et il pensait même avoir assez de pourboire pour renouveler son traitement très prochainement. C'était véritablement une excellente nuit, même s'il était, comme toujours, couvert de transpiration.

Quelle ne fut donc pas sa surprise, en relevant les yeux, de croiser les prunelles jaunes d'Adrìas. Naturelles. Il avait dit qu'elles étaient naturelles, même si c'était parfois difficile à croire. Il finissait tout juste son dernier service et s'apprêtait à rentrer.

"Bonsoir Adrìas. Comment vas-tu? Tu tombes mal, je quitte justement mon service. Tu veux que je dise à Clément de s'occuper de toi?"

Un nouveau serveur, un mignon blondinet, le salua de la main. En tournant la tête, Ailbe avait dévoilé son appareil, relativement visible, même dans l'obscurité du bar. Pas un instant il ne lui vint à l'idée qu'il ne soit pas venu pour boire.

"Il est encore en formation, mais il se débrouille très bien..."
Adrìas Indigo
avatar
Totem du Serpent
Totem du Serpent



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Mar 29 Déc - 23:24:14
En entendant Ailbe lui proposer de se faire servir par Clément, le nouveau serveur - mignon puisqu'il faut le préciser - Adrìas sourit de plus belle. Il était toujours heureux de revoir son barman un peu... candide, non ?

- En fait je viens pour toi, pas pour boire, déclara-t-il.

Il hésita un instant avant de continuer.

- Je me doute que tu as dû beaucoup travailler et que tu es sûrement fatigué, je ne te dérangerais pas trop longtemps c'est promis.

Il se dandina un peu sur ses chaussures, les deux mains posées avec attention sur une partie du bar non souillée par l'alcool ou autre liquide douteux, craignant une réponse négative. C'était risqué, un samedi soir après toute la semaine de travail, mais ça l'était encore plus un autre soir. Il espérait qu'il n'avait rien le lendemain. Son attention fut troublée par un zigoto qui gigotait dans tous les sens au milieu de la pièce, qui accrochait son regard.
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Mar 29 Déc - 23:39:54
Il eut l'air surpris en l'entendant, presque perdu, comme s'il ne savait pas vraiment quoi faire de cette information. Il ouvrit la bouche une fois, la referma, la rouvrit. C'était la première fois que quelqu'un venait le chercher à la sortie du travail. C'était une pensée troublante. Inhabituelle. Pourtant, il finit par lui sourire.

"Pas de problème, je vais chercher mes affaires. Tu peux m'attendre dehors si tu préfères. Vu que tu as ton manteau."

Il alla rapidement passer le sien, récupérant son sac et sa bouteille d'eau, faisant rapidement son test de glycémie avant de partir. Tout était normal. Il fut intercepté un instant par un client en sortant de derrière le bar, mais il parvint à le réorienter rapidement vers un autre de ses collègues. Il esquiva difficilement la foule de danseurs, et chercha à nouveau Adrìas. Il savait qu'il fallait qu'il attende d'être dehors pour régler son appareil, mais c'était parfois si terriblement frustrant d'en être dépendant.

Il le retrouva enfin et retira son appareil le temps de le régler. Avec tout ceci, il n'avait même pas vraiment eu le temps de se demander pour quelle raison il était là. Pour lui, certes, mais... Oh.

"Tu es venu me trouver parce que tu n'arrivais pas à me joindre par téléphone?"
Adrìas Indigo
avatar
Totem du Serpent
Totem du Serpent



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Mer 30 Déc - 0:01:44
Adrìas ressortit dans le froid en attendant Ailbe. Il était serein, tout allait se passer à merveille. Il regarda le ciel sans étoile et se souvint de sa première rencontre avec Ailbe, lorsqu'il l'avait emmené sous un ciel digne de ce nom. Ce serait difficile de faire mieux que la dernière fois, mais il l'espérait secrètement, de faire un pas de plus dans cette relation qui le nourrissait jour après jour. Ailbe revint quelques minutes plus tard à peine. Adrìas remarqua qu'il avait un appareil auditif.

- Oh, tiens, c'est génial que tu ais pu t'acheter ça, ça doit être plus simple pour travailler non ? Même si je sais que ce n'est pas agréable non plus...

Il lui sourit. Cela devait être tellement frustrant d'avoir la moitié d'un sens manquant. Lui par exemple, avait besoin de ses deux oreilles pour jouer du violon, de son odorat pour sentir la rose, de mes mains pour porter les fleurs et de ses yeux pour les admirer. Et perdre le goût serrait perdre un plaisir de la vie plus qu'indispensable à ses yeux. Il aurait aimé pouvoir faire quelque chose.

- Non, je n'ai pas tenté de te joindre par téléphone, j'avais envie de te voir et je savais où te trouver voilà tout. Pour vivre, tu sais, un instant hors de la routine.

Il plongea ses prunelles jaunes dans celles bleues de son interlocuteur, et s'y noya comme souvent.
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Mer 30 Déc - 0:19:18
Il le regarda un moment lorsqu'il lui parla de son appareil. Il ne savait pas vraiment qu'en dire, en réalité. Ce n'était pas vraiment qu'il n'aimait pas en parler, mais il avait sans cesse l'impression de se plaindre, alors que ce n'était qu'une des choses de la vie. Il releva le nez vers la voûte céleste, dont il apercevait le tissu d'étoiles, malgré les néons du bar. Il finit par sourire, sans baisser le nez.

"Je n'en ai qu'un. Mon ouïe se dégradait beaucoup à cause du bar, notamment. Trop bruyant. Je commençais vraiment à ne plus pouvoir distinguer les conversations. Normalement, ça devrait se stabiliser..."

Il soupira doucement puis regarda un peu partout, jusqu'à le fixer à nouveau, alors qu'il ajustait son sac sur son épaule. Ces yeux étaient véritablement troublants. Il ne voulait pas penser à ses oreilles, et il se sentait absolument épuisé, en plus d'être dégoulinant de transpiration. Il voulait se laver, il y avait des bains publics à proximité de son abri, et dormir, jusqu'au... Ah non, ce dimanche il n'avait pas besoin d'aller au restaurant. Fermeture annuelle, apparemment. Il pourrait dormir un peu. Il fallait qu'il aille chercher sa bicyclette, aussi. Pourtant, il lui sourit, avant de baisser les yeux et de fixer son doigt. Il en avait encore certainement mis partout. Heureusement qu'il portait du foncé. Il se rendait à peine compte qu'il essayait de détourner sa pensée de ce qu'il lui avait vraiment dit. Vouloir le voir pour sortir de la routine. C'était amusant.

"Tu me sors de ma routine aussi en venant. Il y avait quelque chose que tu voulais faire, en particulier? Un endroit où tu voulais aller? Ou juste me voir..?"
Adrìas Indigo
avatar
Totem du Serpent
Totem du Serpent



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Mer 30 Déc - 0:39:26
Lorsqu'il entendit Ailbe parler de la sorte de ses conditions de travail, Adrìas ne put s'empêcher d'avoir un peu honte. Il travaillait hardiment jusque tôt le matin, et ce tous les jours, sûrement couplé avec d'autres travaux, et en plus cela mettait sa santé en danger, tandis que lui dans sa boutique, ne suait pas tellement à la tâche et avait de bons revenus. Il avait largement de quoi l'embaucher, à mi-temps de toute évidence, et même peut-être à plein temps maintenant qu'il s'était fait des clients réguliers, mais pourtant il retardait l'échéance parce qu'il fallait remplir tous les papiers, faire tous les calculs... Il n'était pas adepte de l'autopunition sinon il s'en serait donné à cœur joie. Il était réellement temps de se secouer.

- J'ai besoin d'aide à la boutique, on peut convenir de cela prochainement, très prochainement. On en discutera à têtes reposées, mais tu pourras venir aux heures que tu voudras, peu m'importe tant que je peux te tenir un peu éloigné des basses. Et plus proche de moi par la même occasion... pour avoir un allié spirituel à portée de main en cas de songes étranges.

Le début de la dernière phrase lui avait échappé un peu vite, il l'avait complétée rapidement avec la première chose qui lui était passée par la tête. Il rougit et pesta intérieurement contre lui-même.

- Pour ce soir, je me disais que comme tu avais pu voir une partie de mon jardin secret, dans les deux sens du termes, j'ai le droit de voir le tien ! Tu serais d'accord de m'emmener chez toi ?

Il lui sourit avec un regard fougueux, retrouvant un peu de son ancienne malice.
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Mer 30 Déc - 1:10:22
Il mit la main dans son dos pour l'entraîner jusqu'à son vélo, l'écoutant parler par la même occasion. Il était on ne pouvait plus surpris d'entendre une chose pareille. Bien évidemment, ils en avaient déjà discuté, et même s'il avait été persuadé que cela finirait par se faire, à un moment ou un autre. Pourtant, plus le temps passait sans nouvelle de lui, plus il se disait qu'il devait avoir oublié, ou qu'il avait autre chose à faire, simplement. Il n'était pas une priorité, et la vie qu'il menait, si elle n'était pas idéale, était amplement suffisante. Il n'avait jamais vraiment eu d'ambitions, et il était, avant tout, un homme simple.

Il récupéra le vieux tacot et se demanda où ils allaient donc aller. Il se figea en l'entendant, puis éclata d'un rire silencieux. Non, vraiment, ils devaient avoir un problème de timing. D'autant que, maintenant qu'il y songeait, il n'avait plus d'adresse, donc impossible de rédiger un contrat. Quoique, maintenant qu'il y réfléchissait, la dernière fois il avait pu utiliser un refuge pour sans-abri comme boîte postale. Oui, ce serait certainement possible, encore une fois. Cependant, parler de jardin secret était un peu...

"Je peux t'emmener, si tu veux, mais je n'ai pas vraiment la place de recevoir. Le bâtiment qu'occupait ma logeuse, et où je vivais, va être rénové par la ville, et nous avons tous été... expulsés, en quelque sorte. Tous les refuges étaient pleins, alors je dors sous des cartons, pas très loin de la rivière. Je n'ai pas beaucoup de commodités, mais la communauté est agréable et se soutient."

Il lui souriait encore en poussant son vélo. Il n'en avait aucunement honte, et ne s'en cachait pas. Il avait rencontré tellement de gens formidables. Si intéressants. D'autres, bien entendu, étaient aussi de violents alcooliques, mais ils lui rappelaient son père, donc il ne pouvait pas tout à fait leur en vouloir. Même si le fait qu'il ne soit pas local déplaisait souvent.

"C'est très gentil à toi de vouloir m'embaucher, mais tu parles de quel type de contrat? Et puis... Ne le fais pas par pitié, je ne me plains pas. La vie m'a déjà offert du travail, je n'ai pas de maladie menaçant ma vie..."

Il ne savait pas trop où ils allaient, mais ils avançaient. Il finit par repérer un banc sur lequel il prit place. Il soupira en regardant les étoiles.

"J'apprends à aimer la ville, même si elle est encore bouillonnante. Un peu trop rapide pour mon âme de campagnard. Quant aux rêves... Les tiens sont-ils vraiment si dérangeants? Chacun semble les vivre si différemment..."

Il essayait peut-être de changer de sujet, en réalité. Ce n'était pas très charitable, mais il ne voulait pas qu'on le prenne en pitié. C'était bien la seule chose qui l'insupportait véritablement...
Adrìas Indigo
avatar
Totem du Serpent
Totem du Serpent



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Jeu 31 Déc - 15:28:50
- Tu... quoi ?

Adrìas regarda Ailbe comme s'il venait de lui parler en russe. Il mit un certain temps avant de réenclencher le mécanisme de sa cervelle. Il parla très vite, ses paroles passant directement de son cœur à ses lèvres sans que sa raison n'ai le temps de les filtrer.

- Tu n'as plus de logement ?! Mais pourquoi n'es-tu pas venu me le dire ? Je t'aurais aidé.

Il inspira un grand coup, semblant calmer ses nerfs. Il reprit plus calmement, en fixant le bleu intense des yeux d'Ailbe.

- Pour commencer, tu es stupide de penser que j'ai pitié de toi. Toi, quand tu aides quelqu'un, ce n'est pas par pitié ? Hein ? Non. Non, non, non. Pour ma part c'est encore pire, je n'ai pas aidé beaucoup de gens, encore aujourd'hui ça m'arrive rarement, alors ne vas pas t'imaginer que je le fais par pitié. Ce n'est pas parce que quelqu'un est en piteux état qu'il mérite une aide quelconque.

Il se rendit compte qu'il s'éloignait du sujet. Il embraya alors sur son explication première.

- Si je veux t'aider c'est parce que je te porte dans mon cœur, et dans mon sang. Dois-je te rappeler que si chaque nuit la même sorte de rêves nous habite c'est parce que nous sommes d'une même famille ? Tu laisserais un frère dormir dans la rue, sacrifier son ouïe pour gagner quelques pièces pour pouvoir manger ? Je sais que non.

Il prit la main d'Ailbe dans les siennes, moins pour lui figurer son amitié que pour pouvoir lui broyer les doigts s'il refusait son aide.

- Je ne sais pas encore ce que je peux faire avec tous ces papiers, je n'aime pas la paperasse, mais j'ai acheté mon appartement alors je suis au moins à même d'inviter un ami dans ma deuxième chambre quelques temps. Ensuite si tu préfères avoir un chez-toi et que tu trouves quelque chose, tant mieux. Si tu ne trouves rien, je devrais pouvoir m'arranger pour te faire une place légalement. Quant au contrat que je peux te proposer, je ne sais pas ce que tu veux, si un travail dans ma boutique t’intéresse vraiment, voyons pour un CDI ?

Il trouva bon d'ajouter, toujours aussi sérieux depuis que le sujet avait été abordé :

- De toute façon je ne te laisserai pas le choix, je te courrais après jusqu'à ce que tu acceptes, donc inutile de perdre du temps et partons chercher tes affaires de suite.
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Dim 3 Jan - 16:06:50
Ailbe n'avait pas l'habitude d'être noyé dans un discours. Ou plutôt, si, mais en général, c'était parce qu'il n'entendait pas tout, et pas parce que l'enchaînement des mots, et leur signification, particulièrement, le confondait à ce point. Aux premières questions, il aurait pu répondre, en réalité. Assez aisément, d'ailleurs. Dire qu'il n'avait effectivement plus de logement, et qu'il n'était pas venu le voir parce qu'il avait toujours tout réglé par lui-même, d'une part, et que ça ne le dérangeait pas, d'autre part. Il n'avait jamais compris pour les gens trouvaient cela si dégradant de vivre dans la rue. Beaucoup étaient dans son cas, travaillant, mais avec des difficultés pour joindre les deux bouts pour de multiples raisons. Les conditions pouvaient paraître rudes, mais ça n'avait rien de honteux. De son point de vue au moins, qui n'était visiblement pas celui de la grande majorité de la population, il le constatait. S'il avait été homme à se vexer, il l'aurait fait. Mais en réalité, chacun avait droit à son opinion.

Il se retrouvait donc face au reste du flot de conversation dont il ne pouvait plus distinguer la tête de la queue. Alors, comme à l'habitude et face à chaque problème auquel il était confronté, il prit les éléments un par un et décortiqua le tout, en essayant de s'y retrouver. D'abord, il était stupide. Certes, il n'avait jamais été le meilleur des élèves, mais malgré tout... Ah non, de se poser la question. Oui et non. Il avait découvert au fil des ans que c'était la réponse naturelle lorsqu'il racontait sa vie. Certains avaient même pleuré, l'avaient serré dans leurs bras comme s'il avait été malheureux. Cela lui avait toujours paru étrange, très franchement, mais il n'avait jamais rien dit. Il avait fini par ne plus en parler pour cette raison, d'ailleurs. Il ne comprenait pas les réactions des gens. Jusqu'à ce soir. Et de toute évidence c'était aussi une erreur.

En revanche, l'explication d'Adrìas était loin d'être charitable. Il n'aidait pas grand-monde? Certes, ce genre de personnes existait tout à fait, et avait sa légitimité, ou tout au moins une existence de plus en plus présente dans ce monde, et surtout en ville, il s'en était rendu compte, mais malgré tout... Même quelqu'un... En piteux état? C'était ce qu'il avait l'air d'être..? Décidément, il ne comprenait vraiment pas grand-chose. Il se demandait si d'un coup d'un seul, la fonction traduction de leur adoption par les totems l'avait abandonné. Il se retrouva donc à devoir tenir son vélo dans une situation précaire en cédant sa seconde main au jeune homme, le regardant toujours sans comprendre goutte.

Ce qu'il parvint en définitive à en extraire, substantifique moelle, qu'il lui proposait d'habiter chez lui et de lui offrir un CDI, même si ça ne l'arrangeait pas en termes de paperasse. Et qu'il voulait que ça se fasse maintenant. Si ce n'était pas de la pitié, il ne s'y connaissait pas, mais peu importait. En cet instant, ce qui lui semblait intéressant, plus que l'amélioration proche de son niveau de vie, qui n'était que de peu de conséquence, était que de son aveu même, le fleuriste voulait l'aider, alors que cela ne lui arrivait jamais, ou presque. Il aurait été presque criminel, en réalité, dans son livre à lui, de ne pas encourager cette initiative. S'il suscitait une vocation, ce serait pour une bonne cause. Même si l'idée d'imposer ses contraintes alimentaires très spécifiques ne lui convenait pas vraiment. Il se contenta de soupirer, donc, s'en tenant à une réponse sobre et simple.

"D'accord. Mais à condition que tu me laisses payer une partie de la nourriture et des charges."

Il dégagea ensuite doucement sa main pour monter sur le vélo. Il désigna son sac à dos.

"Et toutes mes affaires sont déjà là. Tu montes derrière, comme la dernière fois? Je me souviens peut-être même encore du chemin."

C'était inutile de lutter de toutes les façons. Mais c'était à la fois une sensation agréable et terriblement déplaisante de compter sur quelqu'un.
Adrìas Indigo
avatar
Totem du Serpent
Totem du Serpent



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Ven 8 Jan - 19:53:28
Ailbe sembla mener une longue réflexion. À vrai dire, Adrìas ne se faisait pas beaucoup d'illusions. Il était prêt à argumenter encore en sa faveur, mais il sentait le jeune homme plutôt strict sur certaines choses. Il attendit sa réponse avec plus ou moins d'appréhension et d'impatience. Il se mit à inspecter l'expression que lui renvoyait son visage, tentant d'y déceler un élément de réponse. Ses traits étaient tendus. Il aurait au moins la prétention de pouvoir dire qu'il l'avait fait réfléchir.

Quand enfin la réponse franchit ses lèvres, Adrìas peina à la croire. Il mit un certain temps avant de se reprendre, du brouillard dans la tête. Il ne savait pas à qui il devait cette victoire, à lui-même ou à celui qui avait fait que, ce fameux soir au bar, le poing de l'autre ivrogne ne se retrouve pas dans son nez. Il se leva prudemment, de peur de se réveiller d'un rêve plus réaliste que les autres. Il s'assit derrière Ailbe et s'accrocha à lui. Cela lui rappela leur dernier voyage ainsi, mais cette fois il s'occupait moins du chemin que de la perspective de vivre avec Ailbe. Il réfléchit notamment aux habitudes de vie qu'il allait devoir changer. Premièrement, ne jamais plus laisser le courrier traîner sur la table de la cuisine. Secondement, son emploi du temps, dans la chambre et pas sur le réfrigérateur. Ensuite, la salle de bain : fermée à clef. Toujours. Toujours, toujours, toujours, toujours. Et la chambre aussi, avec ses affaires sous le lit et pas en évidence sur le bureau.

Il prit une grande inspiration avant de descendre du vélo. Il allait devoir ruser pour attraper tous les documents équivoques relatifs à sa prise d'hormones, gentiment disposés sur la table de la cuisine, avant qu'Ailbe ne zyeute dessus. Que faire ? Il chercha ses clés, distrait. D'ailleurs il était tellement distrait qu'il fit le tour de toutes ses poches deux fois avant de se rendre compte qu'il ne les trouvait pas. Il refit encore une fois le tour, attentif cette fois, puis il blêmit : elles n'étaient vraiment pas sur lui. Pourtant il jugerait être parti avec quelques minutes plus tôt à peine ! Il se retourna, la bouche ouverte comme pour dire quelque chose à Ailbe, avant d'apercevoir le vieux d'en face descendre les marches de son perron, à une heure très tardive.

Le vieux lui balança ses clés et s'engouffra à nouveau dans sa maison avant qu'Adrìas n'ait pu décrocher un mot. Il rougit de honte et n'osa lever les yeux vers son hôte. Il ne pouvait même pas lui présenter : il ne connaissait pas le nom du vieux.

Adrìas ouvrit à Ailbe et lui indiqua où ranger son vélo dans l'espace entre sa boutique et son jardin. Puis il monta avec lui jusque dans son appartement, où il passa en premier, brisant toutes les règles de politesse, pour récupérer ses documents dans l'entrée de la cuisine. Il indiqua ensuite à Ailbe de le suivre et fit le tour des pièces.

"Ici, la cuisine avec lave vaisselle, lave linge et sèche linge. Par ici ma chambre et à côté mon bureau. En face la salle de bain principale, enfin, c'est la plus grande. Et de l'autre côté il y a la chambre d'ami où tu vas dormir, avec une petite salle de bain. Et, malheureusement pas juste à côté de la cuisine, un petit salon."

Il avait fait court, ne voulant pas ennuyer Ailbe. De plus, il ne l'avait pas fait entrer dans "son espace", seulement dans les pièces principales et dans la chambre d'ami.

La cuisine n'était pas très moderne, elle était d'ailleurs carrément rustique, mais ce style plaisait à Adrìas. En fait il n'avait pas eu le temps ni l'envie de faire des travaux. Cela en mériterait peut-être. Les placards étaient en bois foncé, tandis que la table qui trônait au milieu de la pièce était en bois clair. Les chaises, de style montagnard, étaient du même bois clair. Seuls les appareils électroménagers étaient flambant neufs, mêlant ainsi le moderne et le vieillot. Le salon suivait le même principe : canapés et télé neufs mais table et cheminée en bois usé. La chambre d'Ailbe quant à elle venait d'être aménagée par les soins d'Adrìas, alors elle était cosy et confortable. Rien à voir avec la sienne, plutôt vide et sombre.

Il ramena Ailbe dans la cuisine, qui était un peu le centre du foyer.

"Je comprendrais que tu veuilles aller dormir, ou simplement te rafraîchir dans la salle de bain. Pour ma part je vais sûrement aller dans le salon. Je peux nous faire un thé ou une tisane si tu veux ?"


La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. FICHE - JOURNAL
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Sam 9 Jan - 18:58:30
Il se souvenait effectivement du chemin. Il laissa le vent s'engouffrer dans ses cheveux et sécher sa transpiration sous son manteau. Chaque coup de pédale l'éloignait de sa réflexion peu encourageante sur le fait que, pour une fois, pour la première, et il espérait la dernière fois, il allait devoir dépendre de quelqu'un. Véritablement dépendre. Il détestait ça. Il n'avait jamais vraiment détesté quoi que ce fut dans sa vie, et ça le perturbait certainement autant que le reste. En plus du fait qu'il n'avait jamais vécu avec quelqu'un. Enfin, plus depuis que son père était en prison, et c'était plus de dix ans auparavant. C'était également très différent. Adrìas n'était pas un membre de sa famille. Il ne connaissait pas ses circonstances. Et il n'avait aucune envie de s'imposer à lui de cette façon. Il faudrait qu'il soit prudent et dissimule ses ordonnances et ses seringues. Pour le reste, être végétalien avait beau être ennuyeux, ce n'était pas une condition. Bien sûr, ses choix alimentaires résultaient effectivement de problèmes médicaux. Mais ç'aurait pu être autre chose.

Bref. Il appuya un peu plus fort sur les pédales. Il finit par attacher son vélo devant la boutique de fleuriste. Il s'était du chemin. Il se surprenait un peu. Il était toujours perdu dans ses réflexions, prêtant peu attention à son entourage, quand un homme âge déboula de nulle part pour jeter ses clefs au jeune homme et l'insulter. Il le salua pourtant en se demandant de qui il pouvait bien s'agir, puis finit par hausser les épaules et le suivit, montant les degrés jusqu'aux appartements. C'était étrange d'aller chez quelqu'un sans véritable raison. La dernière fois, c'était chez Charity. Et les fois d'avant... Il ne s'en souvenait même plus. L'idée d'habiter ici... Il savait qu'il lui faudrait un peu de temps pour considérer cet endroit comme chez lui. Et il n'était même pas certain de le vouloir.

Il pénétra dans la pièce, regardant autour de lui, repérant la cuisine, principalement, puis le suivant dans sa rapide visite. Il en profita pour déposer son sac dans ce qui serait désormais sa chambre. Et sa salle de bain. C'était un luxe qu'il n'avait plus eu depuis qu'il était en France. Much appreciated. Il regarda la cuisine. Il l'aimait beaucoup, un peu vieillotte, désaccordée avec le reste des meubles de la pièce. Un coup de peinture et ce serait réglé, mais il ne voulait pas s'imposer. Il n'était pas vraiment chez lui. Il y avait tout ce qu'il fallait et se demanda si le jeune homme s'en servait beaucoup. Elle était bien équipée. Il hocha la tête.

"Si ça ne te dérange pas, je vais me doucher, oui. Je transpire toujours beaucoup au travail, il y fait tellement chaud... Je ne suis pas contre une tisane. Sans sucre, merci."

Il lui sourit et retira son appareillage, puis ses chaussures, qu'il laissa dans l'entrée. Il attrapa son sac et partit dans la salle de bain, qu'il ne ferma de toute évidence pas à clef. Quelques minutes après, le bruit de l'eau se faisait entendre. Et à peine cinq minutes après, le bruit s'éteignait. Il ressortit donc, pieds nus, vêtu d'un vieux pantalon de survêtement délavé et couvert de taches de peinture et d'un t-shirt qui ne valait pas beaucoup mieux, les cheveux mouillés. Il le rejoignit en remettant son appareil.

"J'aimerais que tu m'expliques tes habitudes, pour que je ne te dérange pas. Bien entendu, je ferai le ménage, et même la cuisine si tu veux... Et si ça ne te dérange pas de devenir végétalien... Quand j'y pense, ça peut poser problème."

Il lui sourit. Il n'avait aucune intention de rentrer dans son espace vital, mais il ne savait pas vraiment s'il devait le lui dire. Après tout, ça coulait de source, non? Déjà qu'il l'accueillait, il n'allait pas en plus violer son intimité plus qu'il le devait...
Adrìas Indigo
avatar
Totem du Serpent
Totem du Serpent



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Sam 9 Jan - 21:44:36
Adrìas acquiesça et laissa Ailbe prendre sa douche tranquillement. Il mit de l'eau à chauffer dans la bouilloire puis s'affaira à ranger ses dernières affaires qui traînaient dans l'espace commun. Il rangea également vite fait sa chambre, au cas où. Il l'observa un moment, avec un regard différent que d'habitude. Depuis qu'il était ici il n'avait pas vraiment changé sa chambre, et il trouvait qu'elle ne lui correspondait plus. Il y avait une nette différence entre l'Adrìas d'avant et l'Adrìas actuel.

L'Adrìas d'avant avait une chambre plutôt vide : une commode, une armoire, un lit, une table de chevet et une autre petite table qui servait de bureau. La seule fenêtre était cachée par des rideau sombre. Les murs étaient en lambris, et le sol en parquet sombre. La seule lumière de la pièce, pas très puissante, ne donnait pas de chaleur au tout. Elle était assez triste, et avant il y passait pas mal de temps. Mais maintenant qu'il avait une vie plus remplie et plus lumineuse, il ne s'y sentait plus à l'aise. Il allait vraiment falloir qu'il y fasse des travaux.

Retournant dans la cuisine, il versa l'eau dans deux tasses et les posa sur un plateau, il emmena la boîte de tisanes avec lui également, ne sachant pas vraiment ce qui pouvait plaire à Ailbe. Il hésita à prendre quelques gourmandises, mais ne trouvant rien, il laissa tomber cette idée. Il emmena le tout dans le salon, se concentrant pour ne pas chuter. Ensuite il zappa un peu à la télé pour voir ce qu'il y avait, mais ne trouvant rien, il l'éteignit et alluma la chaîne Hi-Fi, sur la radio.

Il attendit Ailbe qui ne tarda pas. Cela lui fit bizarre de le voir dans une tenue aussi décontractée, de le voir chez lui déjà, pour commencer. Mais il était aux anges. Il aurait bien aimé, lui aussi, mettre une tenue plus agréable, mais il n'avait pas vraiment osé se changer.

"Mes habitudes ? On est pas couchés ! Tiens sers toi de ce que tu veux.

Alors, la semaine je suis de toute façon à la boutique, donc levé vers 7 heures pour ouvrir à 8 heures. Au fait je sais pas si tu as vu, mais la boutique est ouverte entre midi et deux. En fait je suis parti du principe que les gens qui achètent des fleurs en ville sont ceux qui se rendent à un dîner, donc ils passent entre midi et deux et le soir, c'est pour cela que je suis ouvert jusqu'à 20 heures. Et je prends ma pause entre 14 heures et 16 heures, il n'y a personne ces moments-là.

Du coup tu peux disposer de l'appart comme bon te semble quand je ne suis pas là. J'espère ne pas te déranger en me levant à 7 heures, ici les murs n'arrêtent pas vraiment les sons... Entre 14 heures et 16 heures il est rare que j'aille autre part, du coup je mange ici. Et le soir je sors assez souvent, donc voilà, je ne suis pratiquement jamais ici ! Le dimanche je travaille dans le jardin, ou bien je vais me promener.

Pour ce qui est du ménage je te laisse faire ton espace, je ferais le mien. Celui qui n'a rien à faire n'aura qu'à nettoyer la cuisine et le salon. Quant à la préparation des repas... c'est pas mon truc."


Il rit de sa propre incapacité et attrapa un sachet d'une tisane aux fruits rouges.

"Généralement mes repas ne volent pas très haut ! Si tu fais mieux je te laisse la cuisine avec grand plaisir. Et un changement de régime alimentaire ne pourra que me faire du bien, je ne fais pas assez attention."

C'est vrai, il devait se limiter un minimum avec sa prise d'hormones, mais cela l'ennuyait plus qu'autre chose.


La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. FICHE - JOURNAL
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Sam 9 Jan - 22:15:40
Il sourit en entendant sa réponse. En réalité, ça ne le dérangeait pas de l'écouter. Plutôt, ça lui évitait de penser à la réalité de la situation. Il s'installa donc en veillant à être du bon côté et choisit l'infusion qui aurait le goût le moins sucré possible. À dire vrai, à force de se surveiller, il n'arrivait même plus vraiment à aimer ça. Il finit donc par mettre son sachet dans l'eau et s'installa confortablement, un peu surpris que le jeune fleuriste ne se soit pas changé en attendant. Il n'avait pas pris très longtemps, certes, mais malgré tout...

Quelques-unes de ses remarques le firent sourire, et les autres réfléchir. Que faisait-il vraiment, le matin? Difficile à dire. Il ne connaissait pas vraiment ses horaires, il consultait rarement sa montre, réglé comme une horloge. Mais il dormait probablement à l'heure de son lever. Cependant, ça dépendait bien entendu de s'il finissait par lui offrir ce contrat. Il n'en avait pas reparlé, et lui-même ne comptait pas le mettre sur la table. Il dépendait déjà beaucoup de lui. Alors autant qu'il lui explique ses propres habitudes, et qu'ils se coordonnent. Il hocha la tête en parlant de cuisine, en revanche. Il but une gorgée de tisane.

"D'accord... Vraiment, ça ne me dérange pas, je prépare mes repas depuis un certain temps, maintenant. Et si tester le régime végétalien ne te dérange pas, je suis tout à fait pour l'idée de cuisiner. Comme pour le fait de nettoyer les parties communes. Je ne compte pas entrer dans ta chambre, ou ta salle de bain, sauf si tu m'y invites, ne t'en fais pas... Comme pour le bruit que tu pourrais faire. Après tout, ce n'est pas comme si j'entendais grand-chose."

Il sourit. Sans son appareil, les bruits de fond du quotidien n'étaient rien de plus qu'un vague murmure. Autant dire, rien qui pourrait le réveiller après une nuit au bar. Il but une nouvelle gorgée, assoiffé comme toujours, avant de poursuivre.

"Autant que je t'explique mon rythme aussi. Je suis au bar entre 19 heures et 3 heures, en règle générale. Et je commence ma journée aux alentours de 13 heures, au musée. Comme j'y vais à vélo, je me lève rarement avant 11 heures. Et sur mes deux jours de repos, mercredi et jeudi, souvent, je travaille de 10 heures à 20 heures. Donc je me lève vers... Huit heures, peut-être. Le reste du temps, je fais le ménage, ou j'aide la communauté. Je fais les courses pour des personnes âgées, ou du jardinage."

Dans son esprit, il compara les deux emplois du temps et se dit qu'ils ne se verraient pas souvent. Ce n'était peut-être pas si mal, en définitive... Il aurait moins l'impression de vivre avec quelqu'un. Ce qui d'ailleurs le fit réfléchir à autre chose, qui peut-être n'avait aucun rapport.

"Vu que je ne suis quasiment jamais là la nuit, n'hésite surtout pas si tu veux ramener quelqu'un. Comme je te dis, de toutes les façons, je suis effectivement à peu de choses près sourd."
Adrìas Indigo
avatar
Totem du Serpent
Totem du Serpent



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Sam 9 Jan - 23:00:31
Adrìas était plutôt charmé par l'idée qu'Ailbe lui mijote des petits plats. Il avait souvent entendu, comme beaucoup de monde, que l'amour passait par l'estomac. Il sourit à cette idée, se disant qu'il était quand même bien fou pour héberger un homme qui était capable de faire chavirer son coeur. Il devait être plus clément avec lui-même, arrêter de chercher les problèmes.

Il tiqua un peu en entendant Ailbe évoquer sa chambre. Il se dit que jamais au grand jamais il ne devait rentrer dans cette pièce. Malheureusement elle n'avait pas de serrure. Il allait devoir lui faire confiance... De toute façon de manière générale, il ne pouvait que lui faire confiance, puisqu'il allait le laisser seul chez lui. Mais il ne se faisait pas trop de souci. De toute façon, dans le pire des cas, l'autre vieux d'en face serait capable de débouler pour dénoncer Ailbe. Le vieux marabout.

Adrìas but de sa tisane et faillit avaler de travers en entendant Ailbe évoquer son boulot. Il fallait vraiment vraiment qu'il lui propose ce contrat. Vu toutes les activités qu'exerçait le jeune homme, il devait se tuer à la tâche. Et cela réchauffa le cœur d'Adrìas d'avoir en face de lui un homme aussi généreux. A moins que ce ne soit sa tisane. Il attendit qu'Ailbe ait fini de parler, mais il enchaîna sur un autre sujet, et là Adrìas se mit à rire.

"Ramener des gens ?"

Il rit encore un peu avant de se rendre compte que du point de vue d'Ailbe la situation n'avait rien de drôle. "Ramener des gens" était peut-être naturel pour lui... Il cessa de rire et lâcha une vague excuse.

"Pardon, c'est la fatigue."

Il posa sa tasse et plongea son regard dans celui d'Ailbe, juste pour oublier la possibilité que le brun soit déjà prit, ou simplement pour oublier la possibilité qu'il aime exclusivement les femmes. Cette situation, où il apprenait que la personne à qui il s'intéressait était hétérosexuel, lui était déjà arrivée. Ce n'était pas tout à fait agréable à entendre.

"Je ne ramènerai personne."

Il fit une pause avant d'aborder le sujet du travail.

"La semaine prochaine, tu pourrais essayer de venir à la boutique, travailler un peu ? Le matin. Tu penses pouvoir arrêter un de tes autres boulots ? Je ne compte pas t'imposer mes horaires en plus de ceux que tu as déjà. Il faudra que tu choisisses... Je te conseille vraiment d'arrêter de servir dans des bars, non pas que cela ne me déplaise de t'y croiser, mais parce que je sais comme c'est fatiguant d'y rester longtemps. En plus, je pense qu'en vivant ici et en partageant tes charges, le prix de la nourriture et les courses... Tu peux lâcher un peu de lest non ?"


La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. FICHE - JOURNAL
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Dim 10 Jan - 0:03:37
Il haussa un sourcil en l'entendant rire. Il se demandait bien ce que ça pouvait avoir d'amusant. N'était-ce pas la raison pour laquelle les gens sortaient? Il en voyait, innombrables couples qui se formaient et se déchiraient devant son comptoir, entre deux verres, binômes arrivés ensembles et repartis chacun de leur côté, parfois au bras d'une créature séduisante arrivée seule et déterminée à ne pas repartir de même. Certains venaient certainement pour autre chose. Boire, écouter la musique. Danser... Il se souvenait de la première fois qu'il avait vu Adrìas, silhouette mauve parmi la foule remuante, bougeant au gré du rythme qui vibrait et rebondissait sur les murs, mouvements graciles et presque hors du monde. Oui, quelques-uns venaient peut-être pour autre chose. Pourtant, il n'arrivait pas vraiment à imaginer Adrìas seul. Il lui affirma pourtant ne ramener personne. Ce qui n'était pas pareil. Mais après tout, ça ne devrait pas le déranger, il faisait bien ce qu'il souhaitait. Il était, après tout, chez lui. Et c'était son corps. Il reprit une gorgée de tisane et aborda le changement de sujet presque avec soulagement. Il abandonna jusqu'à l'idée de se demander pourquoi. Certainement la contrainte de devoir partager son logement.

Pourtant, l'idée de lâcher du lest... Il ne pouvait pas vraiment se le permettre. S'il parvenait à mettre de côté pour s'acheter une pompe à insuline, ce serait déjà bien. Mais pour ça, il avait besoin de ses quatre emplois. Sauf s'il lui proposait effectivement un contrat. Mais essayer de venir à la boutique, ce n'était pas encore vraiment ça. Il ne savait pas comment répondre. Encore une fois, il aurait voulu ne pas le blesser, encore moins alors qu'il affirmait avoir enfin envie d'aider quelqu'un. Que cette personne soit lui n'était qu'une coïncidence, en quelque sorte. Une bonne coïncidence. Parce qu'il pouvait l'aider, un peu. Alors il y réfléchit. Dans l'absolu, ç'aurait effectivement été l'idéal, d'abandonner le bar. Il pourrait ainsi épargner son oreille et, tout à la fois, avoir des horaires plus réguliers, qui ne feraient pas de lui une sorte de drôle d'animal nocturne. Ce métier était épuisant, après tout, même s'il appréciait le soutien qu'il apportait à certains. La plupart, et de plus en plus, surtout les jeunes, ne venaient plus que pour boire, et plus pour discuter. Cependant, c'était aussi là qu'il gagnait le plus, avec les pourboires. Le dilemme était grand. Il finit par hausser les épaules en terminant sa tasse de tisane encore fort chaude.

"Je peux venir les jeudi et vendredi, à condition que ce soit rémunéré. Je ne peux vraiment pas me permettre le luxe de lâcher du lest, comme tu dis, même si c'est très gentil à toi de m'héberger de la sorte."

Il se trouvait lui-même un peu sévère dans son discours, même si son ton n'était pas différent. Simplement, il n'aimait pas que l'on questionne ses choix de vie. Ou qu'on le conseille sans savoir. Raison pour laquelle il préférait généralement écouter de parler. Pour éviter de dire des énormités. Il y avait évidemment de bonnes intentions, il n'avait absolument aucun doute. Mais ce n'était pas vraiment par choix qu'il... Il n'avait pas envie de raconter sa vie. Il lui sourit, un peu contrit.

"Je suis désolé, je suis épuisé aussi. Je vais aller me coucher, et nous en reparlerons plus tard, si ça ne te dérange pas?"

Il s'apprêtait déjà à se lever. Il se sentait véritablement sur le point de s'endormir. La tisane lui faisait presque toujours cet effet, il devait admettre...
Adrìas Indigo
avatar
Totem du Serpent
Totem du Serpent



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Dim 10 Jan - 14:46:43
Adrìas resta un peu perplexe. À quel point Ailbe était-il dans la mouise pour avoir besoin de travailler autant et ne pas pouvoir lâcher du lest ? Il avait peut-être une vision trop bourgeoise des choses, mais de son point de vue Ailbe travaillait trop. À moins qu'il ne fasse plus de dépenses qu'il n'en avait l'air.

"Oui bien sûr que ce sera payé."

Adrìas afficha un air contrit. Il semblait qu'Ailbe n'était pas un gars aussi simple qu'il paraissait. La façon dont il lui avait parlé lui donnait l'impression que quelque chose clochait.

Adrìas se leva et prit le plateau pour le déposer dans la cuisine.

"Oui, il n'y a pas de souci, il est tard. Bonne nuit alors !"

Il regarda Ailbe s'éloigner dans le couloir, avant de ranger les affaires puis de se diriger vers la salle de bain. Il se doucha et se changea, trouvant qu'il avait plus de couleurs qu'à son habitude. En allant dormir, il trouva sa chambre vraiment dérangeante. Un sentiment d'oppression le prit à la gorge mais il alla se coucher tout de même, sans réellement trouver le sommeil.

Peu après il se releva, fit un tour dans l'appart, dans le salon, s'affala sur le canapé. Le salon était déjà plus accueillant. Mais il y faisait froid, alors il attrapa une des couvertures qu'il gardait là en cas de soirée télé, et s'enroula dedans. Sans qu'il n'y prenne garde, il s'endormit à la place qu'occupait Ailbe quelques minutes plus tôt.


La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. FICHE - JOURNAL
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Dim 10 Jan - 20:34:23
La nuit ne fut pas calme, loin de là. Ou plutôt si, dans le sens où il était allongé sur un lit confortable, dans un quartier paisible, loin, très loin de ce que sa vie avait été avant. Et c'était bien là le problème. Il savait pertinemment qu'il pourrait aisément s'y habituer. C'était si différent. Il n'aimait rien plus que ce genre d'environnement. Et la possibilité de travailler chez un fleuriste. Plus encore un fleuriste qui avait pour objectif de produire lui-même ses propres plantes. Ce n'était pas vraiment un jardin, un potager auquel il aurait été habitué, bien évidemment. Il passa la nuit à compter. Se demandant s'il pouvait effectivement se débarrasser d'une partie de ses emplois pour faciliter son travail ici. Il aurait aimé cesser de travailler au bar, effectivement. Ou alors, dans un autre bar? En journée, peut-être. Cela, il pourrait le faire. Il suffirait qu'il cherche. Le musée, en revanche, il préférerait rester. Parce qu'ils manquaient véritablement de traducteur pour les malentendants. Peut-être qu'en passant plutôt comme traducteur certifié... Effectivement, ça pourrait fonctionner. Mais il faudrait qu'il passe un diplôme et pour ça, il fallait qu'il reprenne les cours. Mais pour reprendre les cours, il lui fallait de l'argent et donc travailler. Quel dilemme. Ces pensées tournèrent et tournèrent tout au long de la nuit.

Lorsqu'il se leva, dimanche, donc, vers dix heures, puisqu'il n'avait pas vraiment dormi, il fit la même chose que tous les matins, prenant sa glycémie, puis son traitement, sortant de son sac une de ses aiguilles, qu'il se planta dans l'abdomen, comme toujours. Il finit par sortir de la chambre pour se laver rapidement, puis s'habiller, avant de se diriger dans la cuisine. Il se demandait si Adrìas dormait encore. Il avança et le vit dans le salon, allongé sur le canapé, enroulé dans un plaid. Il l'observa en remettant son appareil, et en fronçant les sourcils. Puis il alla dans la cuisine, en se demandant ce qu'il buvait. Enfin, s'il voulait qu'il cuisine, il faudrait qu'il se fasse à son régime. Il mit l'eau à chauffer pour le thé, puis prépara ce qu'il put avec ce qu'il trouvait de végétaliens (les légumes, globalement) dans le réfrigérateur. Ce n'était pas trop mal, en définitive. Et même si l'odeur n'était certainement pas aussi séduisant que si ç'avait été de la viande, il appréciait plutôt. Mais il allait falloir faire des courses bientôt. Il connaissait un magasin ouvert le dimanche matin.

Il s'installa et but doucement son thé sans sucre. Il réfléchissait encore à ce qu'il pouvait laisser et comment le faire. Peut-être un bar d'hôtel, ou de restaurant étoilé... Il l'avait déjà fait. S'il pouvait passer un coup de téléphone, ça pourrait régler beaucoup de ses problèmes. Mais encore fallait-il qu'il trouve un téléphone. Ce qui devenait difficile. Et il fallait qu'il commence à se renseigner sur les formations. Ce serait aussi une bonne chose. Il mâchonnait ses légumes en y songeant. Il avait un peu d'économies de côté pour se le permettre. Mais il ne tiendrait pas beaucoup. Pas longtemps. Ce serait mieux que rien. Et un problème à la fois, comme toujours...
Adrìas Indigo
avatar
Totem du Serpent
Totem du Serpent



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Dim 10 Jan - 21:01:38
Adrìas se réveilla avec difficulté, il était un peu amorphe en fait. Il mit quelques secondes pour réussir à se situer. Il avait dormi dans le salon ! Aïe, il avait tenté de bouger sa tête sans succès, et une douleur intense avait parcouru sa nuque. Voilà ce qui arrive quand on dort dans un canapé. Il se redressa alors sans bouger sa tête, et resta assis un instant, pâteux. C'était comme un lendemain de soirée mais en pire. Il n'avait pas rêvé en fait cette nuit, d'où ce sentiment de mollesse. D'habitude le serpent le rendait au moins vivace, même s'il le rendait étrange. Il se leva prudemment et se traîna jusque dans la cuisine, le plaid toujours autour de lui, grimaçant lorsque son pied, après avoir marché sur le tapis moelleux, se posa sur le parquet froid. Ce fut bien pire lorsqu’il marcha sur le carrelage de la cuisine d'ailleurs.

Il leva un sourcil en voyant Ailbe dans sa cuisine puis se mit à réfléchir et se souvint, la chambre d'ami, la boutique, tout ça... Puis il ouvrit de gros yeux. La boutique ! Quelle heure était-il ? Il se raidit, sa douleur dans sa nuque le rappelait à l'ordre tandis qu'il tentait de s'activer. Il changea de cap et fonça dans sa chambre, s'entremêlant les pieds dans le plaid et il faillit s'étaler en franchissant sa porte. Là, il se frotta la nuque en grimaçant une nouvelle fois, avant de poser ses yeux sur son calendrier et de constater qu'on était dimanche, pas de boutique donc. Il posa son front sur le mur, pas trop violemment quand même, et ferma les yeux en soufflant. Sale journée.

Il se traîna à nouveau vers la cuisine, et s'assit avec prudence cette fois sur une chaise à la table, puis posa ses mains sur son visage et prononça mollement :

"Bonjour..."


La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. FICHE - JOURNAL
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Dim 10 Jan - 21:26:16
Il ne prêta pas vraiment attention au bruit de fond, trop peu habitué à l'idée qu'il y ait quelqu'un chez lui (ou l'inverse) et bien trop au fait d'habiter dans un immeuble bouillonnant d'activités. Surtout en fin de nuit. Quoiqu'ils ne soient plus exactement en fin de nuit... Il continua de manger, à peu près satisfait des résultats auxquels sa réflexion l'avait mené. Ce serait du travail, mais ça ne lui faisait pas peur. Avec un diplôme de traducteur et de guide, il serait beaucoup mieux payé pour travailler moins. Et il pourrait donc se laisser plus de temps. C'était une situation gagnante pour tout le monde. Il finit par voir Adrìas arriver, pourtant, puis repartir avant qu'il ait le temps de le saluer, enroulé dans son plaid et visiblement mal réveillé. Il haussa les sourcils et but son thé, seulement pour finir par le voir revenir, s'installant... Avec précaution? Sur la chaise. Il savait d'expérience que dormir dans un canapé n'était pas forcément confortable. Ce qui lui faisait encore se demander pour quelle raison il n'avait pas utilisé sa chambre? Ou avoir Ailbe ici l'inquiétait? C'était aussi possible.

Il lui tendit pourtant une tasse de thé et une assiette de légumes cuisinés. Sorte de brunch du dimanche, mais sans le bacon ou les œufs brouillés. D'habitude, il avait du tofu grillé avec, et même un peu de soupe, mais il n'avait pas vraiment eu le temps... Il lui sourit, toujours aussi avenant. Après tout, il profitait de lui, non? Il tira un peu sur son marcel, qui dévoilait des bras musclés et couverts de petites cicatrices, d’homme habitué à travailler manuellement, dehors, et par tous temps. Il était rentré dans un pantalon noir et sobre. Il était encore pieds nus, mais ses cheveux étaient attachés en queue haute, dégageant son visage.

"Bonjour. J'espère que ça ne te dérange pas que j'ai cuisiné? T'as pas l'air dans ton assiette..."

Le jeu de mots le faisait rire intérieurement alors qu'il lui passait des couverts. Il finit par reprendre.

"Il faudrait aller faire des courses, je ne sais pas si tu veux venir ou pas, t'as l'air vraiment fatigué."

Il l'était aussi, mais en général, ça ne se voyait pas trop. Une bonne chose, d'ordinaire. Et il ne voulait ni inquiéter son nouveau propriétaire, ni se faire plaindre. Il allait avoir besoin de pas mal d'ajustements, il s'en rendait compte. Mais il adresserait les choses une à la fois, comme toujours. Et tout irait bien.
Adrìas Indigo
avatar
Totem du Serpent
Totem du Serpent



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Dim 10 Jan - 23:53:17
Adrìas laissa ses mains retomber le long de son visage puis les posa sur la table en bois. Ailbe glissa une assiette jusque devant lui, ainsi qu'une tasse de thé. Il considéra un instant les légumes cuisinés et esquissa un sourire hésitant.

"Je n'ai pas l'habitude de manger des légumes au petit déjeuner... Je suis plutôt fruits. Mais ça me va très bien, je vais tester !"

Il présenta un enthousiasme mesuré. Puis il se rendit compte qu'il n'avait pas de couverts pour manger, alors il recula sa chaise avec une lenteur extrême, se leva en serrant son plaid contre lui, et avança tant bien que mal vers un tiroir d'où il sortit une fourchette. Il revint à sa place avec la même lenteur, le tout dans un silence de plomb. S'il avait gémit on se serait cru en plein dans le moment mélodramatique d'un mauvais film.

Devant le regard mi-abasourdi mi-inquiet d'Ailbe, il se raisonna à s'expliquer.

"Je ne suis pas de très bonne compagnie le matin..."

Il tira une mine déconfite puis rajouta :

"Et j'ai un torticolis."

Il but un peu de thé dans l'espoir que cela le remette d'aplomb sans succès.

"À part si tu as un remède miracle contre le torticolis, je ne suis pas sûr d'être d'une grande aide. Je peux faire la liste, si tu veux..."


La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. FICHE - JOURNAL
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Lun 11 Jan - 14:37:59
Plutôt fruits... Il s'en souviendrait, même s'il préférait les fruits en journée qu'au matin. Et quoique ce ne soit plus vraiment exactement le petit-déjeuner. Il finit de manger et nettoya sa vaisselle, avant de se réinstaller en face de lui. Il s'inquiétait sans s'inquiéter, toujours trop perturbé par l'idée de ne plus être seul sous un toit. Cela remuait en lui de si vieux souvenirs... Son père non plus n'avait jamais été du matin, mais parce qu'il buvait beaucoup. Il lui fallait toujours être prudent, marcher sur la pointe des pieds, ne pas faire de bruit. Préparer Aine, au début, pour qu'elle ne pleure pas, et l'emmener chez la nourrice. Puis revenir préparer le petit-déjeuner. Il ne se rendait jamais vraiment compte de ce qu'il mangeait, donc il pouvait adapter son repas. Et quand, enfin, il se levait, il rajoutait une rasade de whisky dans son café, et beaucoup de sucre, puis avalait son repas avant de retourner s'installer dans son fauteuil avec sa bouteille. Sans parler, pendant longtemps. Jusqu'à la mort de sa sœur, en réalité. Après, il avait commencé à avoir des coups de sang, en plus de l'alcool. Pourtant, il n'avait jamais été violent. ni avec lui, ni envers d'autres. Ou alors, il n'en avait aucune idée. Il était plus... mélancolique qu'énervé. Presque las. Raison de plus pour être surpris le jour où il avait été arrêté.

Il sortit de ses préoccupations. Après tout, il avait un interlocuteur, de façon absolument certaine, puisqu'il était physiquement en face de lui. Un torticolis. Ah oui, les souvenirs de nuits passées sur le canapé. Il ne l'avait pas fait souvent. Il n'avait pas eu tant d'amis que ça chez qui dormir, et n'avait toujours vécu que dans la demeure familiale avant d'arriver en France. Par contre, dans la balancelle devant chez lui, oui. Et il avait toujours mal au dos en en sortant. Bien qu'il l'appréciât grandement par ailleurs. Ce qui l'amena jusqu'à une autre période. Quand il avait eu une relation très branchée ayurvédique. Et massages relaxants. Il n'avait pas d'huile, mais il se souvenait des mouvements. Il faudrait justement faire attention, il était bien plus musclé qu'à l'époque. L'idée ne serait pas de l'étrangler. Tout du moins si ça ne le dérangeait pas. Il se redressa donc.

"Tu peux écrire la liste, si tu veux... Quoique ce n'est pas forcément une bonne idée. J'ai encore du mal à lire le français. Mais je peux te faire un massage. Peut-être que ça n'aiderait pas plus que ça, mais on ne sait jamais. Ça fonctionnait bien à une époque. J'irai faire les courses ensuite."

Après tout, il avait un peu de temps, et il était beaucoup moins loin qu'avant des commerces.
Adrìas Indigo
avatar
Totem du Serpent
Totem du Serpent



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Lun 11 Jan - 15:59:40
La proposition d'Ailbe surprit beaucoup Adrìas. S'il pouvait lui faire un massage ? O-oui ! Bien évidemment ! Son cerveau partit tout seul vers des mondes où Ailbe n'avait pas proposé cela que pour lui venir en aide. Mais il s’efforça de chasser vite fait cette idée de ses réflexions, bien qu'elle s'évertuait à rester dans un coin de sa tête. Non, le jeune homme devait juste avoir pris des cours de massage alors il se proposait gentiment de lui venir en aide. N'empêche que l'idée d'avoir un masseur, même amateur, dans son appartement l'arrangeait bien ! Lui qui revenait si souvent après une journée dans le jardin, le dos en compote, ce serait génial que... Adrìas se rendit compte que jamais il ne devait demander un massage à Ailbe pour autre chose qu'un torticolis, ce serait de l'exploitation et ce serait... assez équivoque.

Il se força à tenir une réponse correcte.

"Je ne vais pas te laisser faire les courses tout seul et rester sur mon fauteuil affalé toute la journée... Ce ne serait pas sympathique. Je veux bien tenter un massage si cela ne t'ennuie pas, ce sera plus rapide de faire les courses à deux. Et puis nous pourrons nous mettre d'accord sur les choses à acheter."

Il sourit à Ailbe, toujours sans bouger la tête. Ce qu'il devait avoir l'air quiche...


La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. FICHE - JOURNAL
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Lun 11 Jan - 16:41:33
Il eut l'impression d'attendre sa réponse un long moment. Mais c'était probablement juste parce qu'il avait fini de manger, et son thé, et que l'horloge tournait. Il partait au travail plus tard dans la journée, après tout. Mais il se tint en se demandant ce qui lui passait par la tête. Il avait fait cette proposition pour lui rendre service, mais ne s'était-il pas un peu avancé en la matière? Après tout, il avait beau absolument vouloir être le plus aimable possible, le plus arrangeant, il lui arrivait de temps en temps de faire des propositions qui n'étaient pas nécessaires. Voire absolument pas bienvenues. Peut-être en était-ce une, et le jeune homme cherchait-il le meilleur moyen de rejeter sa proposition poliment. Tout à fait plausible. Il se faisait une liste de courses mentale en attendant donc une réaction, comportant un passage obligé et coûteux par l'épicerie bio. La pharmacie, il le ferait un jour où il serait seul. Quoique, s'il y allait seul, il pourrait toujours y passer...

Il releva la tête en entendant son début de réponse. Quant à l'idée de se mettre d'accord... Il sourit et vint lentement se placer derrière lui. Un torticolis était très douloureux. Il retira le plaid des épaules d'Adrìas et passa donc d'abord la main sur sa nuque, cherchant un point chaud ou douloureux. Puis il commença à appuyer doucement, du bout des doigts, commençant par ses omoplates, remontant le long de sa colonne, jusqu'à la base du crâne, puis redescendant sur les côtés cherchant les muscles noués. Il appuya, massa, dénoua, tapota, jusqu'à finir par trouver l'endroit. Il recommença alors à parler.

"Si je fais à manger, je préfère gérer ce qu'on met dans le frigo. D'autant plus que le régime végétalien est très particulier. Mais si tu as d'autres choses à acheter, pas de problème."

Il ne s'était pas arrêté de masser tout du long de son petit discours.
Adrìas Indigo
avatar
Totem du Serpent
Totem du Serpent



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Mar 12 Jan - 23:02:12
Le fait qu'Ailbe se positionne comme ça juste derrière lui tendit un peu Adrìas, mais dès l'instant où ses mains chaudes se posèrent sur sa nuque, il se détendit. Plus que le massage en lui-même, c'était l'intention d'Ailbe qui l'apaisait. Inconsciemment, Adrìas savait sûrement qu'une personne généreuse diffusait autour d'elle une sorte d'aura bienfaitrice, même s'il ne réfléchissait pas à ces choses là. Il se contenta d'apprécier (savourer serait un mot plus juste peut-être) la pression qu'exerçait les doigts d'Ailbe dans son dos. À la fois puissants et doux, un peu secs et chauds, on aurait dit qu'il maîtrisait parfaitement l'art de dénouer les torticolis.

Une fois qu'il eut fini, Adrìas eut l'impression qu'un baume avait été passé dans sa nuque : le torticolis avait disparu. Il sourit de toutes ses dents et lança un coup d'oeil amical à Aible.

"Merci beaucoup."

Il faillit ajouter "je te revaudrais ça", mais se souvenant que le jeune homme préférait venir en aide plutôt que d'être aidé, au vu de comment il avait réagit à chacune de ses propositions, il préféra s'abstenir de peur de le vexer. D'habitude, il aurait surement dit ce qu'il pensait sans faire attention, mais ce n'était plus pareil désormais. Il finit rapidement son assiette, qui en passant lui convint très bien, même en tant que petit déjeuner, puis rangea ses affaires. Debout dans la cuisine, entrain de nettoyer la table, il se sentit timide de ne porter sur lui qu'un simple débardeur. Il rattrapa assez vite son plaid, puis lança à l'intention d'Ailbe :

"Je vais me changer et on pourra partir, je tiens à t'accompagner quand même."

Il ne précisa pas plus la raison de sa venue, parce qu'il n'y avait pas de raison autre que la volonté de rester aux côtés d'Ailbe. Enfin, si, peut-être qu'il voulait s'assurer qu'Ailbe ne paye pas tout de sa poche, mais mieux valait ne pas le préciser.

En quelques minutes, il fut prêt à partir.


La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. FICHE - JOURNAL
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Mer 13 Jan - 10:57:38
Il retira ses mains de sa nuque, plutôt satisfait de ce qu'il avait réussi à faire. Il avait une bonne mémoire des muscles, à défaut du reste. Et cette sensation de torticolis... Il l'avait suffisamment ressentie à la suite d'une harassante journée sur les chantiers, en plus de beaucoup d'autres choses. Il se contenta de hocher la tête. S'il voulait l'accompagner, ça voulait dire qu'il fallait qu'ils y aillent à pied. À moins qu'il ne prenne le vélo avec les paniers pour porter au retour? Quitte à marcher à côté... Oui ce serait probablement le mieux. Il doutait qu'Adrìas ait un de ces paniers à roulettes que beaucoup de ses voisins avaient utilisés pour faire le marché. Bien pratique la plupart du temps, par ailleurs. Il alla finir de s'habiller aussi, enfilant une chemise à carreaux par-dessus son marcel, puis ses chaussures et son manteau, prenant les paniers du vélo. Il le rejoignit à la porte.

"Je ne sais pas si tu as tes préférences pour les magasins, ou si on va là où j'ai l'habitude d'aller? Ce n'est pas si loin d'ici, mais autant prendre le vélo. D'ailleurs, tu me diras si jamais il y a un autre endroit pour le garer que devant la boutique. Il fait un peu tache dans le quartier."

Il sourit. Il n'avait pas honte de sa condition. Ce qui lui faisait penser qu'il allait falloir qu'il fasse bientôt les deux transferts en Irlande. Pour la maison, et surtout, surtout pour son père. Il lui enverrait une lettre aussi... Il allait falloir qu'il prenne des enveloppes. Mais il y penserait, certainement. Il enfourcha le vélo après avoir installé le panier à l'avant.

"Tu montes?"

Sauf s'il lui disait avoir le sien. Ce serait certainement beaucoup plus facile, mais il ne se faisait pas trop d'illusions. De moins en moins de gens semblaient avoir de cycles, ici. Ou alors, les férus, véritablement. Il en riait parfois. De temps à autres. Rarement, certes. Il trouvait plutôt ça dommage qu'un tel moyen de transport soit devenu plus le fait de quelques passionnés et de rares conscients taxés de "boboïsation" ou quelque chose du genre. Il ne comprenait pas vraiment le concept, mais ce n'était pas trop sa tasse de thé. En parlant de thé... Il allait aussi falloir qu'il trouve quelque chose. Il se tourna vers lui en réfléchissant.

"Je ne sais plus si je t'ai demandé s'il y avait quelque chose que tu ne mangeais pas, ou que tu aimais en particulier?"
Adrìas Indigo
avatar
Totem du Serpent
Totem du Serpent



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Sam 16 Jan - 21:25:41
Après une nuit si courte et passée sur un canapé, Adrìas était assez fatigué, d'où son état peu frais. Il s'était aspergé d'eau froide et se sentait mieux désormais, même s'il n'était toujours pas dans une forme sensationnelle. Le jeune homme répétait mécaniquement ses gestes quotidiens, à demi absent. Il suivit Ailbe jusque dans la rue.

"J'ai bien mes habitudes, mais je suppose que tes boutiques privilégiées ont plus de choix dans le végétalien. Nous n'avons qu'à aller dans un magasin que tu connais. De plus, je ne crois pas en connaître un qui est ouvert le dimanche. Je ne sais pas si t'as remarqué, parce que moi j'avais pas remarqué avant, mais on est dimanche."

Il attendit avant de prendre place sur le vélo, afin d'indiquer une chose encore à Ailbe. Il avait failli s'asseoir et parler mais se rendit compte qu'Ailbe ne pourrait pas l'entendre. Il lui désigna une petite voiture, au profil très anguleux et à la couleur d'une souris. Elle paraissait propre, mais vraiment vieille.

"En réalité, j'ai une voiture. Je ne m'en sers pas beaucoup à part pour faire les courses. Tout ce dont j'ai besoin se trouve dans la ville alors j'évite de la prendre, je préfère marcher. D'autant plus qu'elle atteindra une limite dans peu de temps. Elle sera bientôt bonne pour la casse !"

Il enchaîna en parlant de son vélo, toujours dans son élan sur ses moyens de transport.

"J'ai un vélo aussi, mais il date de la période où je vivais encore chez mes parents. Autant dire qu'il n'est plus du tout à ma taille. Et depuis le temps qu'il traîne dans le jardin, il doit avoir rouillé. Je ne m'en suis pas acheté un neuf, car je ne m'en servais que rarement. Là encore, je préfère la marche. Toi aussi tu pourrais le ranger dans le jardin, mais il risque de se salir."

Il sourit à Ailbe avant de monter sur le vélo derrière lui et de s'accrocher dans son dos.


La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. FICHE - JOURNAL
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Mar 19 Jan - 11:25:28
Dimanche. Il n'avait pas oublié que c'était le dimanche, et ça ne le dérangeait pas foncièrement, en réalité. Il faisait toujours ses courses ce jour-là. Le reste était qu'effectivement, ses magasins étaient orientés et adaptés. Il était plutôt satisfait qu'il le laisse décider, en définitive. Il suivit aussi son regard jusque la voiture. Il avait son permis, en Irlande. Il se souvenait que ç'avait été compliqué de le passer, parce qu'il n'était pas censé pouvoir le faire, avec le handicap que représentait théoriquement sa quasi-surdité. Mais il en avait eu besoin pour un emploi, et quelques arrangements avaient été passés. Mais il n'était jamais tout à fait à l'aise dans ces boîtes métalliques vrombissantes, dans le flot des autres véhicules. Car autant il connaissait sa façon de conduire, autant celle des autres lui restait inconnue. Et puis, l'exercice était aussi bon pour lui. D'où le vélo. Il s'en tenait à un régime sain, le plus possible, simplement parce qu'il ne pouvait se permettre autre chose. Réguler son diabète avait toujours fait partie de ses plus grandes peurs. L'idée de simplement être trop faible pour faire quoi que ce fut d'autre. Jamais de la vie.

Il attendit qu'Adrìas soit monté sur le vélo pour répondre. Il savait qu'il l'entendrait, même si l'inverse n'était pas vrai. Il souriait un peu en pédalant tranquillement. Avoir quelqu'un sur le porte-bagages était plutôt inhabituel. Mais ça ne le dérangeait nullement. C'était même plutôt agréable. Savoir qu'il n'était pas seul. Et dans le même temps, il était parcouru de sentiments contradictoires à ce sujet. Être seul était autant un mode de vie qu'une résignation prise après des années à l'être, simplement. Il avait bien fallu faire avec.

"S'il est sale, je le nettoierai. Mais je préfère ne pas le laisser dans la rue. Pas par peur qu'on me le vole, juste parce qu'il ne rend pas hommage à ta vitrine."

Ils arrivèrent au magasin et firent donc les courses, Ailbe prenant ce dont il avait besoin pour cuisiner pour deux pour la semaine. C'était étrange, d'ailleurs. De se dire qu'il allait cuisiner pour quelqu'un. Il paya à la caisse, devant une jeune femme qui le connaissait apparemment, et avec qui il discutait dans un français approximatif, souriant. Elle aussi semblait surprise qu'il prenne pour deux. Il lui sourit en lui disant qu'il avait emménagé avec un ami. Puis il chargea tous leurs achats avant de remonter sur le vélo. La logistique pour caler les courses, plus volumineuses qu'à l'habitude, fut un peu complexe, mais ils finirent par s'en sortir et revinrent à... "la maison". Il lui faudrait encore un peu de temps pour considérer l'endroit de cette façon. Mais il s'y sentait déjà plutôt bien... Il prit les courses, donc.

"Si tu veux attacher le vélo. Je repars dans un peu plus d'une heure. Je vais monter ça. Par contre... Je ne sais pas si tu veux déjeuner, vu que l'on a brunché tard?"
Adrìas Indigo
avatar
Totem du Serpent
Totem du Serpent



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Ven 19 Fév - 13:04:37
Pendant le trajet Adrìas se retint de parler pour ne pas importuner Ailbe, mais il se fit la réflexion qu'Ailbe était bien flatteur de lui dire que son vélo ne mettait pas en valeur sa vitrine. C'est faux, son vélo était très bien, et sa vitrine n'était pas des plus transcendante. Encore une fois Ailbe faisait preuve d'une politesse et d'une gentillesse dont il n'avait pas l'habitude.

Le magasin qu'Ailbe avait l'habitude de fréquenter était des plus accueillant et chaleureux, surtout les vendeurs et vendeuses qui semblaient connaître tout le monde et donnaient des conseils. Il se rappela qu'un jour il avait fait les courses dans une boutique différente qu'à l'accoutumée et le client devant lui avait discuté pendant plus d'un quart d'heure avec le caissier sur les bienfaits du bicarbonate. C'était un magasin biologique il lui semblait, le caissier s'était présenté comme naturopathe. À y réfléchir ce devait être l'une des plus belles façon de gérer un magasin, que de donner des conseils à ses clients. Adrìas s’efforça de retenir les produits qu'Ailbe sélectionnait, afin de ne pas être pris de court si un jour il devait faire les courses.

Une fois revenu, Adrìas lui indiqua qu'il ne souhaitait pas déjeuner. En revanche il lui tendit l'argent des courses et lui posa la question qui l'avait trituré dans les rayons.

- Je ne veux pas te déranger ni te blesser, mais je suppose que tu n'es pas végétalien par choix, si ?


La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. FICHE - JOURNAL
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Dim 6 Mar - 13:43:39
Plus encore que la solitude, c'était au silence qu'il était habitué. Non que la présence d'une personne le dérangeât, mais c'était... Nouveau. Ça signifiait également qu'il devait s'expliquer plus souvent qu'à son tour. Sur des choses qui ne lui seraient même pas venues à l'esprit. Il sortit lentement les courses des sacs. Le vélo en était le meilleur exemple. Tout ce qu'il faisait lui paraissait éminemment normal, parce qu'il l'avait toujours fait. Ne pas le laisser traîner devant parce qu'on lui avait dit, un jour, qu'il valait mieux laisser une devanture libre à la vue des clients potentiels. Entre autres choses. Mais il y voyait aussi de bons côtés. Déjà, il serait forcé de s'habituer à ses prothèses, puisqu'il devrait les porter tout le temps, sauf si Adrìas apprenait le langage des signes. Mais il ne se sentait pas de le lui demander. En réalité, c'était même tout l'inverse. Il aurait voulu que ça vienne de lui. Et en même temps, il ne voyait pas pourquoi il aurait voulu qu'il lui demande. C'était un énorme changement pour lui de ne pas vivre seul. Dans de très nombreux aspects. Ne pas être seul, point positif. Ne pas pouvoir profiter du silence, et en même temps, se sociabiliser. D'accord, il ne savait plus vraiment où il en était. Mais c'était très récent, et s'il était habitué à faire contre mauvaise fortune bon cœur, il ne savait pas vraiment comment se débrouiller avec sa bonne fortune. Personne, et surtout pas lui, n'aurait pensé qu'une soirée passée sur un banc à parler des étoiles qu'ils ne voyaient pas à cause de la pluie résulterait en une colocation. Il n'attendait jamais rien en retour, et il ne calculait pas ses coups. La surprise avait été grande. Plus encore de s'entendre répondre positivement, d'ailleurs.

Il termina de ranger et se servit un grand verre d'eau. Pour sursauter en entendant la question d'Adrìas. Il avait baissé l'intensité de son appareil et n'avait pas entendu ses pas du tout. Il vérifia qu'il ne s'était pas renversé d'eau dessus en réfléchissant à la réponse. Il ne comptait pas lui mentir, bien évidemment, ça n'avait aucun intérêt, et quoi qu'il arrive, il n'avait jamais été doué pour ça. S'il le faisait, ça se verrait, et ça ne ferait que confirmer. Il inspira l'odeur de l'eau, quelque chose de bizarrement apaisant, et se retourna vers lui en réglant à nouveau ses petites machines. Il se demanda un moment ce qu'il se passerait s'il les coupait complètement. S'il ne l'entendait plus et qu'il lui parlait. La colocation c'était une chose, mais la colocation avec un sourd, c'était encore différent... Il revint s'appuyer sur le comptoir, retrouvant presque cet environnement de bar. En plus calme. Mais rassurant en soi aussi.

"Beaucoup de gens choisissent ce genre de régime pour des raisons diététiques ou sanitaires. Pour ma part, c'est juste une intolérance à la protéine animale, sous quelque forme que ce soit. Mais si tu veux sortir pour manger un steak, je ne t'en empêcherai pas, je ne suis pas prosélyte en la matière. Chacun mange ce qu'il veut, et vit comme il l'entend."

Il lui sourit doucement en finissant son verre. Il leva le regard en cherchant une horloge.

"Je ne pars pas avant quinze heures, tu veux faire quelque chose en attendant?"
Adrìas Indigo
avatar
Totem du Serpent
Totem du Serpent



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Dim 6 Mar - 17:26:13
Adrìas vint lui aussi poser sa hanche contre le bar. Il avait pu voir qu'il avait surpris Ailbe. Il en était un peu désolé et aurais vraiment souhaité pouvoir faire quelque chose pour cette histoire de surdité partielle. Surtout que, s'il ne s'y trompait pas, le phénomène semblait empirer. Peut-être qu'il pourrait y faire quelque chose ? En attendant, il écouta avec attention la réponse d'Ailbe, bien que l'attention soit chez Adrìas toujours un peu relative.

- Cela doit être difficile à gérer cette intolérance, je comprends. En tout cas ne t'inquiète pas pour moi, je suis tellement content que l'on me fasse à manger que je ne vais pas chercher à aller ailleurs.

Après réflexion, il n'aurait peut-être pas dû dire ça. Cela sous-entendait plus ou moins qu'il s’attendait à ce qu'Ailbe lui fasse à manger tous les jours. Non pas que cela lui déplaise, mais il ne faudrait pas qu'Ailbe croit avoir à faire à un parfait fainéant, ce qu'il était totalement. Il préféra rectifier le tir.

- Et puis tu pourras m'apprendre à cuisiner à ta façon. Je pense effectivement que c'est une manière plus saine de se nourrir. Comme ça, si un jour tu t'en vas, je serais à même de cuisiner moi-même.

Il sourit, posant un voile apaisé sur son visage alors qu'en réalité il était un peu affolé d'avoir sous-entendu qu'Ailbe pourrait rester indéfiniment. Il aurait pu changer de sujet immédiatement, mais il préféra malgré tout laisser sa dernière phrase résonner dans la pièce. De toute manière, même si Ailbe comprenait son intention, le pire qu'il pouvait risquer c'est une réponse négative, rien de plus. Ce ne serait pas pire que ce qu'il avait déjà vécu, sinon un rappel de sa souffrance passée, sans plus sans moins. Il sera peut-être surpris de la vivacité de sa blessure, mais pas plus affaiblit qu'il ne l'était déjà.

- Je ne sais pas, moi j'ai tout mon temps et pas grand chose à faire... Quelque chose te plairait en particulier ?

Il s'en voulait de ne pas être inventif. S'il avait eu une idée, il aurait pu passer plus de temps en sa compagnie alors que là... s'il ne trouvait pas vite Ailbe risquerait de vaquer à ses occupations. Mais il ne savait rien sur lui au fond, il ne savait pas ce qu'il pouvait aimer faire. Adrìas avait quelques jeux de société mais comment savoir si Ailbe aimait cela ? Il espérait vraiment que ce dernier avait une idée derrière la tête, même s'il en doutait.


La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. FICHE - JOURNAL
Adrìas Indigo
avatar
Totem du Serpent
Totem du Serpent



MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement) Ven 15 Avr - 17:07:42
La collocation dura quelques temps avant qu'Ailbe ne disparaisse mystérieusement.


La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. FICHE - JOURNAL
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre Adrìas et Ailbe (exclusivement)
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
» Relations entre Politique, CIA et le Sida

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les lumières de la Ville :: Quartier Résidentiel-
Sauter vers: