Totémique
Forum familial et accessible
* Nouveautés *
2015 ★ Ouverture du Forum
02.05.17 ★ Charity est Admin !
14.01.18 ★ Nouveau design ~
18.01.18 ★ Adriàs est Admin !


★Aujourd'hui ★
Votre arrivée, Youpi !
Bienvenue à toi,

    Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe]

    Partagez
    avatar
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Dim 6 Déc - 14:48:06
    Totem du Serpent
    Totem du Serpent
    Messages : 392
    Date d'inscription : 16/10/2015
    Age : 23
    Localisation : L'Antre des roses

    Le fait qu'il lui tende la main, qu'il lui dise de garder le manteau pour le trajet, d'autres actions encore qui réchauffèrent le cœur d'Adrìas. Décidément, cette soirée aurait été un îlot de chaleur dans une mer glaciale. Il lui indiqua le chemin avec attention, étroitement serré contre lui. Il ne lui avait même pas fait faire de détour pour égrainer quelques minutes avec lui encore. Il n'eut pas vraiment le temps ni l'envie de contempler la ville cette fois-ci. Une fois arrivé à destination, il descendit du porte-bagage et tendit son manteau à Ailbe.

    "Voilà j'habite ici, au-dessus de l'Antre des roses. C'est ma boutique de fleurs." indiqua-t-il. La facade du bâtiment était plutôt sympathique, même dans la nuit. Adrìas l'avait décorée pour Noël. Non pas avec des lumières rouges et des pères noëls de toutes tailles, car il trouvait cela trop agressif dans son quartier ou rien n'était décoré, mais avec des décors en bois. Il les avait reçu il y a de cela quelques années : une de ses énième arrière-arrière-cousine les avaient dégoté dans un petit village. Maintenant sa vitrine se retrouvait agrémentée d'une douzaine de petites sculptures en bois, peintes dans des couleurs hivernales. Toutes représentaient soit un hibou, soit un sapin. Il y avait aussi deux trois lumières, mais pas très fortes, juste de quoi mettre en valeur sa décoration. Il n'en était pas peu fier finalement. A l'étage, sur le rebord de ses fenêtres trônaient quelques hibou ça et là, mais en métal cette fois.

    Il rajouta à l'attention de son compagnon d'un soir : "Tu penses pouvoir retrouver le chemin ? Dans le pire des cas repasse par ici et je t'aiderai à retrouver." Il lui sourit, mais il savait que sous le porche il était un peu dans l'ombre.
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Dim 6 Déc - 15:09:54
    Invité 
    Invité

    Il posa son vélo contre le mur et remit son manteau distraitement. Il regardait la boutique, et ses décorations pleines de goût. Il n'y avait jamais eu de fleuriste dans son village. Il en avait déjà croisé en ville, mais si impersonnels, et froid. Il ne leur avait trouvé aucun charme, aucune... Vibration riche et vivante de la terre quand elle produisait et donnait naissance, en son sein, à de magnifiques et odoriférantes plantes. Il s'accroupit devant la vitrine pour détailler les santons, les sculptures délicates. Il resta ainsi un moment, avant de finalement relever la tête vers lui.

    "Vous ne faites que les vendre, comme la plupart des fleuristes, ou les faites-vous pousser, également? Avez-vous un lopin quelque part derrière ou ailleurs?"

    La question semblait étrange, et preuve qu'il n'avait absolument rien écouté de tout le reste de ses paroles. Il songeait encore à ce que lui avait dit Charity sur ces jardins partagés à louer, mais il n'avait toujours pas assez d'argent pour se permettre une chose pareille. Mais il demandait... Il ne savait pas vraiment pourquoi il demandait, en réalité. Peut-être parce qu'il voulait encore croire qu'il y avait des gens qui songeaient à ce que les fleurs apportaient. Il n'avait pas un goût immense pour elles, pour la simple et bonne raison qu'elles ne se mangeaient pas... Mais elles étaient une extension de tout le reste. Vivaient en terre, se nourrissaient d'eau. Plus proches de l'Homme que certains pourraient le penser. Il se redressa en songeant à cet arbre qu'il avait planté. Elles étaient une émanation de pensée. En quelque sorte. Elles avaient ce langage que l'Homme leur avait donné. Celle signification intrinsèque à laquelle ils se rattachaient. Et elles étaient porteuses d'émotions, heureux ou tristes, vrais ou faux. Elles pouvaient être un mensonge comme une excuse. Mais aussi plus sincères que les paroles.

    Il se tourna vers lui en se demandant ce qu'il avait bien pu lui dire d'autre. Il était censé rentrer, non? Peu importait, en vérité... Il avait même dit "vous", partant du principe qu'il ne travaillait pas seul. Non, il était censé penser à rentrer. Il était vraiment épuisé.

    "Je me perds souvent, mais c'est toujours une bonne expérience, ne t'en fais pas..."

    Il sourit. Il avait certainement dit quelque chose dans ce sens-là. Ou alors, il l'avait invité à monter, et sa phrase n'aurait ni queue ni tête. Ou alors... Non... Pour l'instant, il pensait aux fleurs...
    avatar
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Dim 6 Déc - 15:22:41
    Totem du Serpent
    Totem du Serpent
    Messages : 392
    Date d'inscription : 16/10/2015
    Age : 23
    Localisation : L'Antre des roses

    Adrìas avait posé sa main sur la porte en bois, la clé était déjà dans la serrure. Il avait déjà tourné deux fois son poignet, et avait poussé la porte, qui s'était ouverte en grand. Il laissa ses bras tomber mollement le long de son corps, simplement parce qu'il ne s'attendait pas à ce que le jeune homme lui demande cela. Il avait gardé son jardin pour lui, il ne vendait pas ses fleurs à lui, il ne vendait que celles qu'on lui vendait. Il y cachait quelques plantes, florales, et d'autres, qui donneraient des fruits dans quelques années. Le tout était en projet, très peu présentable, il n'avait pas fini de tout installer, c'était un peu le chantier et...

    "Tu veux... entrer voir... ?" demanda-t-il simplement, la voix faiblarde, partagé entre la déception de devoir montrer quelque chose d'inachevé et la joie de pouvoir montrer quelque chose quand même. Il ébouriffa ses cheveux avant de les remettre en place. Voilà qui devenait une sale manie.
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Dim 6 Déc - 15:44:03
    Invité 
    Invité

    Il le regarda un instant. Soit il avait mal répondu, soit... Il n'en savait rien. Mais Adrìas n'avait pas l'air excessivement enthousiaste. Pourtant, il lui proposa de venir. De rentrer. Il hocha la tête. Il avait évidemment envie de voir. Envie de sentir, de toucher, de goûter. De tout embrasser, quelque part. La première chose qu'il fit en posant le pied dans la boutique fut de fermer les yeux. Baisser les paupières et inspirer profondément. Ce fut l'odeur qui l'envahit, tout d'abord. Puissante, troublante, enivrante. Elles se bousculaient dans son nez, dans son cerveau. Il les distingua un moment les unes des autres, puis elles se mélangèrent, presque écœurantes. Alors arrivèrent les souvenirs. Quelques-uns, très vagues, de sa mère, alors qu'il se traînait dans la terre à côté d'elle, et qu'elle riait, et riait encore, en cueillant des fleurs. Plus tard, celles emmêlées sur la couronne posée sur sa tombe. Et encore, encore, d'autres souvenirs, d'autres pensées. C'était ce qu'il voulait dire en parlant des fleurs génératrices de souvenirs... Oui et non, en réalité. Ce n'était pas les fleurs, c'était... L'idée de la fleur. Ou alors... Il ignorait vraiment ce qui faisait cela, mais il finit par expirer une fois, bien plus fort. Et releva les paupières.

    Il regarda le jeune homme, avec ses étranges cheveux et prunelles, et ce temps qu'il avait passé avec lui sur un caprice, alors même qu'ils ne se connaissaient même pas, en réalité. Il lui sourit.

    "Merci de m'avoir amené ici. C'est une bien meilleure soirée que ce que j'avais imaginé, quand bien même je t'ai entraîné pendant la première partie. Mais tu ne m'as pas répondu... Tu cultives les plantes?"
    avatar
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Dim 6 Déc - 16:25:39
    Totem du Serpent
    Totem du Serpent
    Messages : 392
    Date d'inscription : 16/10/2015
    Age : 23
    Localisation : L'Antre des roses

    Il devait aimer les fleurs. Adrìas était ravi, il croyait être dans un rêve. Avançant lentement jusqu'à la caisse qui se situait au fond de la boutique, il lui répondit : "Attends, je vais te montrer." Il posa ses clés sur le comptoir et alluma les lumières de la boutique, pour qu'Ailbe puisse jouir de toute le dégradé de couleurs qu'il proposait dans ses rayons, bien qu'il manque des plantes puisqu'il était livré le lendemain. Il marcha vers la porte à nouveau, la ferma. Puis à droite de la porte, sur le mur droit du magasin, il y avait un petit placard qu'il ouvrit, en sortant une lampe de poche. Il ne repassa pas par l'allée centrale, mais longea le mur de droite pour regagner la caisse par le rayon "Tout pour votre jardin" où il vendait du matériel. Les rayons des graines se situaient en face, dans les rayons à gauche de l'allée centrale. Devant, en vitrine, il y avait les compositions, et entre les deux, des plantes de tous types.

    Il fit un signe à Ailbe pour qu'il le suive. A droite de la caisse, un couloir menait jusqu'à une porte donnant sur son jardin. Il passèrent devant l'escalier montant à son appartement avant de l'atteindre. Adrìas alluma la lampe mais avait oublié ses clés sur le comptoir. Il s'excusa et alla les chercher avant d'ouvrir la porte.

    "Ce n'est pas encore très aboutit pour le moment, je viens moi aussi d'arriver en ville, enfin cela fait un mois. J'ai commencé à planter certaines choses. Je te conseille de rester sur le pas de la porte parce que je n'ai pas encore mis de copeaux dans l'allée, et tu risquerais de marcher sur mes plantations déjà effectuées." indiqua-t-il. Il ne souhaitait vraiment pas perdre les plantations qu'il avait effectué en novembre, sachant que certaines d'entre elles nécessiteraient d’attendre un an, novembre, pour les replanter. Le terrain faisait environ dix mètres par quinze, une très très belle surface pour un jardin de ville. Adrìas chassa de ses pensées la petite voix qui lui disait que cette parcelle n'avait pas été très bien acquise. Il éclaira les bouts de terrain tour à tour, désignant ce qui allait s'y trouver, à la place des tas de terre peu esthétiques qui y traînaient actuellement. "Ici, des roses, et encore là, et là.." commença-t-il, sachant très bien que les roses seraient omniprésentes. "J'ai aussi prévu un potager ici, et quelques arbres fruitiers, vers le centre là. Et dans le coin juste ici, je prévois un petit espace détente. Avec une fontaine ou bien un petit bassin, j'hésite encore. Avec un coin pour se reposer..." précisa-t-il, omettant le "avec des plantes carnivores et des statues à effigie d'une vipère velue" comme il l'avait aperçut en rêve.

    Il laissa à Ailbe le temps nécessaire pour s'imaginer l'espace avant d'ajouter : "Donc, oui, je cultiverai mon jardin dans un premier temps. Et j'ai un autre projet que je ne pourrais mettre en oeuvre seul, alors j'attends. En fait j'aimerais vraiment devenir indépendant des fournisseurs et vendre des fleurs que je fais pousser moi-même, et uniquement des fleurs "de saison" et "locales", si je peux faire l'amalgame avec les fruits et légumes.". Il finit avec un sourire discret, un peu soucieux du réalisme de son projet. Il n'avait jamais été vraiment soutenu par personne, il avait peur de se lancer dans quelque chose d'aussi grand tout seul. Même s'il avait en quelque sorte déjà trouvé un terrain pour faire pousser suffisamment de fleurs et qu'il avait les moyens de l'acheter. "Enfin plus ou moins" lança une voix dans sa tête.
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Dim 6 Déc - 16:59:30
    Invité 
    Invité

    Avec la lumière, ce fut bien plus simple de voir l'intérieur de la boutique. Ce n'était pas un fleuriste. C'était une boutique de jardinage. Couplée avec un fleuriste. Il n'avait jamais vu ça, mais il imaginait qu'une partie tournait bien moins bien que l'autre. Il avait l'impression que les gens ici n'avaient pas de jardin. Ou alors, caché derrière leurs maisons, comme des secrets honteux. Ce qui l'était plus que l'inverse à son sens, mais ce n'était pas à lui de juger. Il n'aimait pas. Il ne faisait que constater l'absurdité des comportements, en souffrir un peu, et essayer de changer les choses, avec ses maigres moyens.

    Ouvrant les yeux, donc, il vit les cascades de fleurs, les mosaïques. C'était absolument magnifique, mais un peu... Agressif, artificiel. Les plantes coupées, les compositions. Il n'avait jamais aimé cela. C'était comme tuer un animal pour offrir sa fourrure sans en manger la chair. Contre-nature. Même si la beauté pouvait être exploitée. Et il n'avait rien contre les serres, non plus. Ce n'était que jouer à Dieu sur un environnement minimal. En quelque sorte. Mais c'était loin d'être le sujet. Il le suivit donc dans les rayons, découvrant certains outils modernes sur lesquels il n'avait jamais même mis la main, travaillant bien plus artisanalement. Notamment pour retourner la terre. Les anciens avaient leur propre mode de pensée sur un tas de choses, et s'il trouvait cela nostalgique et agréable, c'était aussi fatiguant, parfois. Il regarda aisément par-dessus son épaule lorsqu'il ouvrit la porte, se rapprochant peut-être plus que nécessaire dans son enthousiasme. Il n'avait pas senti ne serait-ce que l'odeur de la terre fraîche depuis un éternité...

    Il n'avait aucun mal à imaginer les plantes une fois la floraison arriver, l'agencement de l'espace. En revanche, l'espace détente... Il ne connaissait rien en jardins d'agréments, et préférait en général les éviter. Beaucoup de travail pour peu de récompense. Et malheureusement, il n'avait que peu de temps pour rester oisif et contemplatif. Ou alors, il préférait passer ce temps plongé dans un lac. Que cela semble étrange ou non. Mais dans l'absolu, il préférait faire quelque chose. Mais il avait aussi découvert que la pêche était grandement réglementée. Bien plus que chez lui... Il chassa cette pensée rapidement. Il finit par s'adosser au chambranle de la porte en observant le jardinet.

    "C'est un peu petit pour ce que tu prévois, non? Pour tous les jours, ton usage personnel, ici, ça convient, mais pour la production que tu imagines... T'as besoin de beaucoup plus. Tu comptes planter quoi, comme fruitiers? T'as pris des godets? Et dans le potager?"

    Il réfléchissait à ce qui serait le mieux, au vu de ce qu'il connaissait du climat d'ici. C'était difficile à dire. Il ne savait même pas exactement où ils étaient, sur une carte. Cela ne changeait rien à sa vie, cependant...

    "J'ai pas de diplôme en agriculture, mais je jardine depuis que je sais marcher, si jamais t'as besoin d'aide... J'ai pas beaucoup de temps libre, mais ça peut toujours servir."

    Il lui sourit, sincère. Il aimait à travailler la terre plus que n'importe quel autre métier. Quoique... Il finissait par se faire au bar, et il y faisait d'intéressantes rencontres...
    avatar
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Lun 7 Déc - 18:04:58
    Totem du Serpent
    Totem du Serpent
    Messages : 392
    Date d'inscription : 16/10/2015
    Age : 23
    Localisation : L'Antre des roses

    Adrìas éteignit sa lampe, les lumières de la boutique arrivaient encore jusqu'ici. Il lui répondit dans un sourire, ne laissant pas vraiment la prévisualisation de son projet se dissiper de ses pensées, "Ne t'en fais pas, ça suffira pour moi, j'avais juste prévu un cerisier, que j'ai en godet et que je dois planter dans les prochains jours d'ailleurs, et un citronnier que je n'ai pas encore. Pour le potager, surtout des aromates en fait, j'aime bien. Et sinon je planterai sûrement des fraises quand j'aurais envie et peut-être des tomates. Oh, et de la rhubarbe aussi, j'aime beaucoup la rhubarbe...".

    Il s'adossa lui aussi au chambranle, face à Ailbe. Il lui sourit et lui dit encore : "Ne t'inquiète pas pour la place, j'ai un autre terrain assez grand pour tout un village à quelques mètres à peine. Beaucoup de travail c'est tout."

    Il fut surprit de la proposition d'Ailbe. Il avait besoin d'aide mais ne saurait pas vraiment la demander à un inconnu. Ça n'allait pas, il fallait qui lui donne quelque chose en échange. "Je peux peut-être envisager cela, si tu m'aides quand t'as le temps, peu m'importe les horaires. Mais cela ne suffira pas pour travailler le terrain là-bas, seulement celui d'ici. Sinon il faudrait que je t'engage à plein temps !" dit-il, mi-sérieux, mi-blagueur.
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Lun 7 Déc - 20:23:43
    Invité 
    Invité

    Il réfléchissait encore. Un cerisier et un citronnier? Pourquoi pas, mais ils n'avaient pas exactement besoin du même genre d'environnement... Enfin, ce n'était pas sa place d'ajouter quoi que ce soit à ce sujet. D'autant plus que le jeune homme devait s'y connaître autant, voire plus que lui. C'était, après tout, son métier. Si ce n'étaient que des aromates, ce n'était même pas vraiment un potager, alors... Il repoussa ses boucles plus que folles à cause de l'humidité. C'était un beau projet. Et Ailbe n'était pas particulièrement à cheval sur les mots. Juste... un peu têtu. Beaucoup, certes... Mais en l'occurrence, ça n'avait pas grande importance.

    Il le regarda parler d'un immense terrain. Assez pour un village? Ce serait vraiment immense... Cependant, il n'avait rien vu de tel en venant... Jusqu'à ce qu'il se souvienne que rien, ici, n'était vraiment montré. Encore une fois, comme si ce lien à la nature était source de honte et qu'ils devaient s'en prémunir absolument... Quelle absurdité. Cependant, encore une fois, il essayait de ne pas juger. Cependant, c'était parfois bien plus difficile qu'il l'aurait imaginé. Toutes ces questions qu'il ne s'était jamais posé avant ici, avant ces rêves, avant cet étonnant voyage en France. Vivre ici n'avait pas été un challenge économique. Lorsqu'on s'en donnait les moyens, absolument tout était possible. Partout. Il le découvrait un peu plus chaque jour. Mais en terme d'adaptation... De mode de pensée... Tout était si particulier.

    Il hocha la tête et sourit. Il pensait à l'idée, et il ne la trouvait pas mauvaise, en soi. Mais...

    "J'ai d'autres engagements, je ne pourrais pas faire un temps plein... Passer de temps à autres pour m'occuper de celui-ci, pourquoi pas, même si ma spécialité est très loin d'être les fleurs. En réalité, je n'y connais même rien. Si ce n'est les arroser éventuellement... Sinon, je ne saurais pas vraiment quoi faire avec... Après, si t'as besoin de quelqu'un pour tenir la boutique pendant que tu gères ceux qui travaillent sur l'autre terrain, j'ai l'habitude, et je peux aider pour ça aussi..."

    Ce ne serait, après tout, qu'un cinquième emploi. Rien de bien nouveau pour lui, même si un de ceux qu'il avait en ce moment commençait à devenir compliqué. Une des employés, la fiancée du patron, lui tournait un peu trop autour, selon ledit patron, et cela créait des frictions non désirées. Il préférait se retirer que causer des ennuis, ce n'était pas dans sa nature... Même si avait essayé de s'expliquer avec elle... Ce n'était pas le moment d'y songer, pourtant. Il releva les yeux vers lui et sourit.
    avatar
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Lun 7 Déc - 20:49:05
    Totem du Serpent
    Totem du Serpent
    Messages : 392
    Date d'inscription : 16/10/2015
    Age : 23
    Localisation : L'Antre des roses

    Adrìas hocha la tête avec entrain, il repenserait à l'idée, mais encore fallait-il qu'il ait des employés à gérer sur l'autre terrain, et cela risquait de prendre du temps à mettre en place. En fait il devrait peut-être d'abord prendre un rythme de vie plus calme que celui qu'il menait actuellement, entre ses nuits entrecoupées de songes, si encore il se couchait, et ses journées à la boutique... Il attendrait peut-être le printemps pour lancer tout ça.

    "En fait je veux bien que tu me files un coup de main, si ça te fait plaisir, pour tenir la boutique. Quand tu veux, ça me permettrait de faire des pauses. Bien sur je te payerais à l'heure. Tu penses être en mesure de conseiller des clients ? Le métier de fleuriste c'est aussi savoir ce que les fleurs signifient. Je pense pouvoir te faire confiance pour la partie jardin, mais pour la partie cadeau, tu serais à l'aise ?" Adrìas se rendit compte qu'il réfléchissait à voix haute alors il se tut. Il serra les dents, il devait être vraiment fatigué pour faire ça, d'habitude il ne disait mot. Il ferma la porte et commença à se diriger à nouveau vers la boutique. La ferveur du bar était un peu retombée, tout comme le romantisme du parc. C'était peut-être la fatigue ou bien il avait remit les pieds sur terre. Il garda quand même son sourire.
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Lun 7 Déc - 21:17:17
    Invité 
    Invité

    Il le regarda hocher la tête et le suivit dans la boutique. Ses doutes étaient certainement fondés. Il n'y connaissait rien et le lui avait dit. Cependant, s'il s'y mettait, il savait pouvoir le faire sans problème. Juste un peu de travail. Il continua à avancer et réprima un bâillement. Il commençait à se faire tard. Il chercha un papier et un stylo dans son sac, y griffonna quelque chose, et le posa sur le comptoir. Il se tourna vers lui en souriant.

    "Écoute, Adrìas, rien ne presse. Je t'ai laissé le numéro de téléphone de ma logeuse. Elle a l'air un peu étrange, au téléphone, mais elle est très gentille. Et elle prendra le message. Elle est toujours là sauf la nuit. Nous pourrons en rediscuter quand tu seras certain, ou plus décidé. Et ne t'inquiète pas pour le langage des fleurs. J'ai l'habitude de conseiller les clients, et le reste s'apprend. Je suis têtu quand je veux quelque chose..."

    Il lui sourit un peu plus et rangea son stylo.

    "J'ai encore du trajet et il se fait tard, je dois y aller. N'hésite pas à appeler. Bonne nuit à toi..."

    Il tourna les talons et quitta la boutique. Sa logeuse était, lui semblait-il, une prostituée. Mais il n'aurait rien affirmé. Il n'avait aucun préjugé sur ça au moins. Chacun se vendait, quelque part, dès qu'il travaillait... Elle simplement ses charmes et ses talents plus qu'un savoir, voilà tout...

      Hidden Lands