Totémique
Forum familial et accessible
* Nouveautés *
2015 ★ Ouverture du Forum
02.05.17 ★ Charity est Admin !
14.01.18 ★ Nouveau design ~
18.01.18 ★ Adriàs est Admin !


★Aujourd'hui ★
Votre arrivée, Youpi !
Bienvenue à toi,

    Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe]

    Partagez
    avatar
    Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Jeu 26 Nov - 21:41:07
    Totem du Serpent
    Totem du Serpent
    Messages : 393
    Date d'inscription : 16/10/2015
    Age : 23
    Localisation : L'Antre des roses

    Des heures s'étaient écoulées depuis qu'Adrìas avait franchit la porte discrète du bar. De la rue, si l'on excluait le rythme de la musique, personne ne pouvait soupçonner que cet immeuble abritait une piste de danse et tant de tables de billard. C'est par un escalier raide et en colimaçon qu'on accédait au second étage, où se situait le bar. L'entrée gardée par un sas en verre, doublé de deux grands vigiles, débouchait sur une salle toute en longueur où s'entremêlaient les canapés, les tables de bistrot et les tables de billard. Un ou deux flippers achevaient de donner au lieu son ambiance si cosy qu'Adrìas aimait tant. Mais le meilleur était caché par l'imposant bar en bois. Juste de l'autre côté, accessible par une ouverture dans le mur, une salle de danse. Elle était assez petite mais tellement agréable avec son parquet un peu abîmé. Vraiment plus agréable que l'autre bar, plus au nord, où Adrìas avait dû jouer des coudes ne serait-ce que pour accéder aux vestiaires. Ici, pas de vestiaires, et pour cause : le bar n'accueillait pas tant de personnes, juste assez pour mettre de l'ambiance et juste pas de trop pour que la danse soit fluide.

    Des heures qu'Adrìas dansait sur la piste, les yeux mi-clos. Ses gestes étaient aériens et lisses. Ni les cris des danseurs lorsque la musique se faisait entraînante, ni les bruits lointains de verres ou de bouteilles, ni les quelques personnes qui effleuraient son corps ne pouvaient déranger Adrìas. Il avait la tête complètement vide, lavée par des dizaines de musiques dansées à en perdre haleine. Parfois il semblait perdre l'équilibre et son corps tendait à s'étendre sur le sol, mais à la dernière seconde il retrouvait son équilibre. Pourtant il n'avait bu aucune goutte d'alcool depuis son arrivée, c'était la fièvre de la danse. Tournant, tournant, tournant encore, Adrìas finit bien sûr par percuter une jeune fille. Cette fois il ne put s'empêcher d'ouvrir les yeux, et les lumières envoyées depuis le plafond agressèrent son regard fatigué. Il marmonna un timide "Pardon", plutôt gêné, alors qu'elle se contenta de plonger un regard admiratif dans le sien. Parfois il se demandait combien de personnes le regardaient danser sans rien dire, ce qu'elles pouvaient bien en penser, entre admiration et désarroi.

    Après cet incident, il se dirigea vers le bar, il fallait bien qu'il se désaltère à un moment donné. La musique continuait de trottiner dans sa tête, et de faire bouger ses hanches. Il attendit qu'un des barmans ne viennent prendre son billet, réfléchissant à ce qu'il allait prendre. Un blond et il prendrait de l'alcool, un brun et il prendrait du soft.

    Blond ou brun ? Adrìas s'impatientait, il se mit à fredonner en rythme :
    "Je me fous bien des qu'en-dira-t'on
    Je suis caméléon
    Prenez garde à mes soldats de plomb
    C'est eux qui vous tueront...
    "

    Un des barmans était enfin libre, ce serait du soft :
    "Puisqu'il faut choisir
    A mots doux je peux le dire
    Sans contrefaçon
    Je suis un garçon
    Et pour un empire
    Je ne veux me dévêtir
    Puisque sans contrefaçon
    Je suis un garçon...
    "
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Jeu 26 Nov - 22:08:44
    Invité 
    Invité

    Il se faisait à l'idée de travailler au bar, désormais. Il oblitérait le bruit. Il devenait bruit blanc. Crépitement indiscernable à son oreille, d'où ne ressortaient que les commandes, souvent hurlées. Sur lui se mêlaient l'eau qu'il devait souvent boire rapidement pendant le coup de feu, et qui s'échappait de la commissure de ses lèvres, sa transpiration dans cette chaleur des corps pressés, des stroboscopes et de l'action, et les éclaboussures d'alcool. Un mélange pour le moins poisseux qui collait son t-shirt sur lui. Mais cela lui rappelait cette première plongée dans l'eau. Lorsque son père l'avait jeté par-dessus bord de cette petite embarcation, en plein milieu du lac, habillé, par une froide journée de pêche. Il avait eu cette même impression d'étau un peu étouffant et en même temps rassurant. Comme s'il était enserré par des tentacules glacées et entraîné vers le fond. Mais ici, aucun fond. Il était debout, sur ses deux pieds, ses tennis offrant un délicat bruit de succion inaudible à chaque pas, noyé par le bruit, son souffle libre. Il repoussa distraitement une boucle brune de son front, regardant furtivement sa montre. Dans quelques minutes, il serait relevé. Un dernier client. Et il se plongerait dans un bain mérité, après une course folle dans les rues vides, l'asphalte défilant sous les roues de son vélo, le vent glaçant ses cheveux et sa peau humides.

    Il avait relevé ses manches humides, dévoilant ses avant-bras, le droit recouvert d'un tatouage tribal serpentant jusqu'à la base de ses doigts, juste coupé par sa montre. Il cherchait quel ticket n'avait pas encore été rempli, ses yeux sombres scannant la foule du haut de sa taille imposante, jusqu'à en repérer un, de client insatisfait. L'éclairage ne facilitait pas les choses, mais ses cheveux étaient clairs et son corps fin. Il l'avait aperçu alors qu'il dansait. Il sourit. C'était le genre de choses qu'il aimait voir. L'abandon. Cela avait toujours eu quelque chose de touchant, de poignant. D'un peu tragique aussi, parce qu'il fallait que ça s'arrête, à un moment ou un autre. Il approcha donc, peu discret, et se pencha interceptant ce qu'il fredonnait. Enfin, les mots plus que la mélodie. La musique était trop forte, et son oreille trop peu sensible. Il posa les avant-bras sur le bar, le fixant avec douceur. Sa voix était basse et ses mots lents.

    "Et que puis-je vous servir, incontestable garçon?"

    Ses soucis de sens de l'humour. Autre raison pour laquelle il ne parlait pas autant qu'il l'aurait fallu. Il ne connaissait même pas la chanson, tant était que c'en fut une. Sérieusement, des gens chantaient-ils ce genre de choses?
    avatar
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Ven 27 Nov - 22:20:18
    Totem du Serpent
    Totem du Serpent
    Messages : 393
    Date d'inscription : 16/10/2015
    Age : 23
    Localisation : L'Antre des roses

    Adrìas entrouvrit ses lèvres mais aucun son ne sortit de sa bouche. Il s'était lui aussi accoudé au bar, mais s'était instinctivement reculé lorsque le brun était arrivé. Il regretta immédiatement son geste, découvrant les yeux bleu sombre de l'homme. Il aurait peut-être dû rester collé au bar, il les aurait vu de plus près, et il y serait tombé, il y aurait plongé, s'y serait noyé. Maintenant une certaine distance c'était glissée entre eux, celle qui ne faut pas briser sous peine de paraître insistant ou bien menaçant. Pourtant Adrìas n'hésita pas un instant et posa ses doigts sur le bois brillant du bar, son ticket placé juste en dessous. Il poussa le papier jusqu'entre les deux coudes de l'homme, avançant d'un pas et décrocha son regard de ses doigts justement - il avait préféré ne pas fixer l'homme en se rapprochant, cela aurait été de trop.

    "Un verre d'eau je vous prie." prononça-t-il simplement, droit comme un I, à présent les deux mains posées à plat sur le bar, et les deux yeux dans l'eau, le torse à quelques centimètres du bois. Trop près ou pas ? Il n'en avait aucune idée, mais ne bougea pas d'un pouce. Un instant son regard caressa le bleu foncé de son vêtement, avant d'onduler le long de ses boucles brunes, pour retourner plonger dans ses yeux. Soudain, une lueur frappa son esprit. Un verre d'eau ? La chose la plus simple à faire, un verre, quelques gouttes et l'intensité de son bleu foncé partirait voir d'autres clients. Il fallait plus...

    "Quoique, que pourriez-vous me conseiller ?" siffla-t-il entre ses lèvres qui s'étirèrent de part et d'autre de ses dents immaculées. "Sans alcool de préférence..." ajouta-t-il, désireux de rester lucide le plus longtemps possible.
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Ven 27 Nov - 22:50:59
    Invité 
    Invité

    Il avait reculé. Ai ne se rendait parfois compte que trop tard que sa taille faisait que, lorsqu'il effectuait un mouvement de ce genre, il se rapprochait un peu trop. Cela l'aidait la plupart du temps, pourtant. Le problème n'était pas vraiment d'entendre, la plupart du temps. C'était de distinguer les mots. D'en faire autre chose qu'un bruit pré-mâché et indistinct. Quelque chose de... Il ne savait même pas le définir. Comment un entendant aurait pu exprimer, en plus de mots qu'il n'en avait, certainement, en plus de métaphores, de poésie... Dans l'absolu, il n'était pas vexé qu'il se soit éloigné. Il ignorait s'il aurait fait la même chose si la situation avait été inversée. Il ne savait même pas s'il serait venu dans ce genre d'endroit. Il n'avait jamais vraiment eu assez d'argent pour en perdre dans un bar. Et ce n'était de toutes les façons pas bon pour ce qu'il avait. Il divaguait encore. De plus en plus fréquent à mesure que la fatigue du travail et des rêves se bousculaient en lui. Il se focalisa donc à nouveau sur ses prunelles... violettes? Ou quelque chose du genre. Il suivit du regard le ticket qui termina sa course, poussé doucement contre la surface du bar, entre ses coudes. Le mouvement avait été lent, calculé. Il avait cette impression hors du temps. Comme si rien d'autre que cette main, ce papier sur le bois, n'avaient existé. Il sentit un léger frisson remonter sa colonne.

    Il se redressa, s'admonestant mentalement, en entendant la commande. Peu lui importait, en réalité, que ce fut un verre d'eau. Il n'eut même pas besoin de bouger pour le servir, et il s'apprêtait à le lui tendre lorsque la demande changea. Pour quelque chose de plus familier. Conseiller. Cela, il le comprenait, il l'appréciait. Et d'autant plus sur les boissons sans alcool. Il lui sourit en réponse, presque innocent, honnête. Il baissa le regard sur le verre dans sa main caleuse et marquée de petites cicatrices, sous le tatouage. Il servait toujours de la main droite, bien qu'il soit gaucher. Il ne voulait pas jeter de l'eau. Mais la question se posait. Il finit par hausser une épaule et le monta à ses lèvres, le vidant d'une traite, sentant le liquide frais, apaisant, couler dans sa gorge. Il avait sans cesse l'impression d'être déshydraté. Et ce sans lien avec sa glycémie. Il sentit une goutte s'échapper, roulant dans sa barbe, le long de son cou. Il avait tellement chaud qu'il ne lui en tint pas rigueur. Il se pencha encore. Parler fort n'était pas pour lui.

    "Si vous souhaitez quelque chose de sucré, je peux vous conseiller un Apple Rose, jus de pomme, citron et framboise. Si vous êtes plus aventureux... Un Virgin Basel. Citron, poivre et tonic."

    Il ne le lâchait pas des yeux, comme s'il n'y avait que lui dans la pièce. Ce n'était pas vraiment le cas, et loin de là même, au vu du nombre de corps se pressant contre le bar. Mais c'était cette impression qu'il donnait. Ce qu'il voulait. Satisfaire, après tout, était partie intégrante de l'industrie du service. Et il aimait cela. Difficile à expliquer, peut-être... Une boucle glissa lentement de derrière son oreille pour venir chatouiller sa joue. Pourtant, il ne bougea pas. Il attendait une réponse.
    avatar
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Ven 27 Nov - 23:49:03
    Totem du Serpent
    Totem du Serpent
    Messages : 393
    Date d'inscription : 16/10/2015
    Age : 23
    Localisation : L'Antre des roses

    Adrìas dû se re-concentrer sur la réponse de l'homme pour la comprendre, tant le rapprochement l'avait perturbé. Ce n'était pas dans ses habitudes de se laisser emporter à ce point, il décida de retrouver un peu de sérieux. Il se pencha à la droite du brun pour lui parler avec plus d'aisance et moins de puissance. Ils étaient plus proches mais leurs regards ne pouvaient désormais plus se croiser. Voilà qui faciliterait l'échange.

    "Va pour l'Apple Rose, mais pas trop sucré si possible." dit-il, et il poussa son ticket plus loin encore, jusqu'à toucher un morceau de peau - il ne savait pas vraiment lequel mais peu l'importait. Il retira ensuite sa main, et se recula, reposa ses mains sur le bar, droit comme un I. Il n'osa recroiser ensuite le regard bleuté de son interlocuteur, et se contenta de fusiller de ses prunelles, l'homme à sa gauche, qui aillant un peu trop bu, venait de le bousculer.

    Puis il descendis son regard sur le bras du barman, pour suivre le cours de son tatouage, de tout son long. Il avait presque envie d'en dessiner les contours avec ses doigts, mais ceux-ci restèrent vissés sur le bois. Il allait pouvoir profiter encore de l'observation de la préparation de sa boisson avec un peu de chance. Il pourrait peut-être attraper un tabouret ?
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Sam 28 Nov - 0:29:28
    Invité 
    Invité

    Le mouvement avait été fluide, comme toujours. Trop rapide pour lui. Il n'avait rien pu faire pour l'en empêcher. Non que cet effleurement, presque ce contact, le rebute. Oh, bien au contraire. Il aimait toucher les gens autant que leur parler. Plus, peut-être, même. Il sentait légèrement son odeur, le peu de chaleur corporelle qui s'échappait de lui dans cette atmosphère déjà surchauffée. il n'avait pas assez d'imagination pour visualiser à quoi il pouvait bien ressembler, en lui parlant ainsi. Et quoiqu'il ait bien pu lui dire. Il fronça les sourcils, pas de colère, d'énervement... Mais il était désolé. Sincèrement. Et plus encore. Il ne regrettait pas souvent cette méningite, puisqu'il n'avait aucun souvenir de ce que sa vie avait été avant. Et il se retrouvait rarement dans une situation si préjudiciable. Pas pour lui, non. Mais pour son interlocuteur.

    Il sentit ses doigts sur la peau de son bras. Une caresse, à peine, subtile et presque un souvenir trop rapidement oublié. Pourtant le frisson était remonté. Il ne savait trop qu'en penser. Ou alors, il ne savait que trop bien ce qu'il aurait voulu en penser. Et ce qu'il n'en penserait pas. Parce qu'il ne savait même pas ce qu'il lui avait dit et que lui demander de répéter risquait de simplement ruiner cet instant. En sus d'être terriblement malpoli. Mais avait-il même le choix, en réalité? De toute évidence, il avait commandé, à en croire le ticket poussé vers lui. Il ne prendrait pas l'initiative de deviner. Se tromper et risquer de le vexer? Certainement pas... Après tout, il s'était remis de pire humiliation. Et il n'allait pas simplement abandonner pour cela. Il était plus qu'un tympan en moins. Il en était persuadé. La plupart du temps au moins.

    Il ouvrit la bouche une première fois et le vit chasser d'un simple regard celui qui lui était rentré dedans. Il baissa les yeux un instant sur ses bras posés sur le bar. Ferma les paupières un instant. Tout n'était plus que bruit. D'abord distinct, fort, agressif, paroles jetées et échangées, musique résonnant, un peu plate. Puis, de plus en plus, indistincte, brouhaha de son, mélange gluant de bruits de moins en moins discernable, jusqu'à ce point, proche, si proche de son oreille, où il avait senti son souffle quelques instants plus tôt, où il n'y avait rien. Un vide. Comme un angle mort auditif. Mais il n'abandonnerait pas. Il ne le faisait jamais. Quitte à y perdre quelque chose de lui. Le monde et les autres, les interactions, les échanges, tout en valait la peine, s'il se penchait sur la question. Alors il le fixa à nouveau, un sourire contrit aux lèvres, parti pour l'explication. Quitte ou double. Il avait déclenché pitié comme moqueries en s'expliquant.

    "Je suis sincèrement navré, je suis sourd du côté droit, et je n'ai pas entendu votre commande. Puis-je vous demander de la répéter, je vous prie?"

    En espérant qu'il ne croirait pas qu'il s'agissait d'une tentative pour qu'il se penche à son autre oreille. Difficile de prouver une chose pareille. Sauf que son collègue arriva pour le relever, l'appelant plusieurs fois, par sa droite. Il ne tourna pas la tête, jusqu'à ce qu'il lui tape sur l'épaule. Il se retourna vers lui, surpris, orientant son visage pour lui présenter l'autre côté. Il eut l'air surpris. Puis il hocha la tête.

    "Je m'occupe de ce dernier client et je pars. Merci."

    Il le regarda à nouveau, toujours aussi intrigué par cette impression. Et par sa danse. L'abandon. Il défit sa queue de cheval, ses boucles s'enroulant follement en tombant jusqu'à ses épaules. Il pencha la tête sur le côté.

    "Sauf si vous préférez que ce soit Damien qui vous serve?"
    avatar
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Sam 28 Nov - 20:53:50
    Totem du Serpent
    Totem du Serpent
    Messages : 393
    Date d'inscription : 16/10/2015
    Age : 23
    Localisation : L'Antre des roses

    Adrìas émit un franc sourire et ne quitta pas l'homme des yeux pendant son échange avec son collègue. Si en fait, une seconde, pour étudier ce Damien en question, mais il revint bien vite à celui aux boucles brunes. Il réitéra sa commande bien sûr, prenant soin de la diriger vers le côté gauche cette fois. Il s'était un peu penché encore une fois, il ne voulait pas parler trop fort.

    "Je ne vais pas décommander mon serveur, voyons.", dit-il clairement, un sourire toujours posé sur ses lèvres. Une douce chaleur à l'intérieur de lui semblait le mettre d'une humeur joyeuse. "Je disais qu'il me plairait de recevoir de vous un Apple Rose, pas trop sucré." et il ajouta simplement, avec un regard sincère "Désolé du contretemps, pour votre surdité partielle."

    Soudain, d'un mouvement vif, il posa sa main sur le tabouret qui venait tout juste de se libérer, l'enlevant de peu à un autre client, et le rapprocha de lui pour s'asseoir dessus en rigolant discrètement. Il était gêné par ce sentiment qui l'habitait, cette chaleur qui le rendait heureux mais nerveux. Il tira sur son polo gris, pour le rajuster. Quelle chance, il l'aimait bien ce polo, très flatteur. Il croisa les bras sur le bar, et se mit à taper le rythme du bout de ses doigts. Il rencontra le regard du serveur à nouveau, et la question fusa d'elle-même, sans qu'il n'ait le temps de la retenir : "Quel est votre nom ?". Il passa sa main dans ses cheveux, les ébouriffa, puis les remit en place. De son point de vue, il n'était plus dans un bar. Loin des ivrognes, loin des femmes, seule la musique lui rappelait où il était. Il se sentait dans un endroit plus calme, une soirée privée. Il avait effacé de son champ de vision tous les éléments parasites, il restait le bar, le tabouret, le verre qui allait venir, lui et l'homme. Et de là où il était, il avait juste envie de rire. Il ne savait pas ce qui, chez cet homme, pouvait rendre les gens aussi heureux, mais en revanche il savait que jamais il ne pourrait faire face à sa mélancolie à nouveau. Il pensait que cette tristesse permanente n'était pas si désagréable que cela, mais après avoir goutté à un moment si anodin et en même temps si fort que celui qu'il venait de vivre, il avait du mal à voir comment il allait pouvoir refaire face à la solitude et à l'obscurité.

    Mais il ne devait pas y penser pour le moment, il avait encore quelques minutes à passer avec lui, dans la moiteur toxique du bar. Le regard d'Adrìas se fit taquin et paisible, et il caressa les bras de l'homme, son corps, son visage et ses cheveux. Ses lèvres et ses mains, son tatouage et sa barbe, avant de se perdre à nouveau dans le bleu de ses yeux.
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Dim 29 Nov - 17:19:53
    Invité 
    Invité

    Il s'était attendu à un refus, en réalité. Parce que c'était sa fin de service, et aussi parce que c'était toujours problématique, de s'exposer ainsi. Il n'aimait pas particulièrement, il était même un peu fier de sa capacité à vivre une vie normale, comme celle du commun des mortels, malgré ce que d'aucuns considéraient comme un handicap, et qu'il ne considérait que comme une différence. Il n'avait jamais cherché la perfection, il ne l'aimait pas. Elle l'embarrassait, presque, l'ennuyait. Il préférait les maladresses, les incompréhensions, les tentatives, parfois échouées, qui donnaient l'envie de tenter encore. Et surtout, par-dessus tout, les gens. Parce qu'ils avaient tous une chose qui les rendaient un et unique. Et c'était cette chose, selon lui, qui leur donnait toute leur beauté. Les nuances de chacun. Comme l'eau n'était jamais toujours exactement la même, résonnant d'une façon, ou bien d'une autre, contre ses tympans. Il ne put donc tout à fait s'empêcher de sourire, un peu gêné, à cette remarque. Ne pas le décommander. Alors que d'autres l'auraient fait, pour la simple et bonne raison qu'il n'était pas... Ce qu'ils avaient attendu.

    Il le vit se pencher à nouveau et il approcha encore, cette fois du bon côté. Il hocha la tête, ses boucles retombant encore une fois sur son visage. Il s'était peut-être avancé en les détachant. Mais il aimait les laisser au naturel. Même si c'était contre les normes d'hygiène. Il salua Damien qui partit s'occuper des autres clients, alors que la musique continuait de pulser. Du coin de l’œil, il le regarda monopoliser un tabouret. Après tout, il avait terminé son service, rien ne l'empêchait de rester avec ce client jusqu'à ce qu'il ait terminé son verre. Enfin, il n'était pas censé le faire, évidemment. Il aurait dû le laisser, une fois son cocktail servi, entre les mains de Damien. Mains expertes au demeurant, bien évidemment. C'était lui qui l'avait formé. Parce que c'était le seul à parler anglais, en fait, ou à tout le moins, un anglais correct.

    Sous ses mains, la boisson prenait vie, d'une légère teinte rosâtre transparent. Il avait augmenté le citron, diminué un peu le sucre. Il espérait que cela conviendrait au client. Il y mit la paille, le posa sur une serviette, et le posa enfin devant lui, avec un sourire.

    "C'est moi qui m'excuse du contre-temps. J'espère que votre Apple Rose vous conviendra."

    Il prit sa bouteille d'eau, en buvant une gorgée, se demandant la marche à suivre. Devait-il partir au risque de se voir rappeler? Rester au risque de passer pour un drôle? Ou continuer à se dandiner d'un pied sur l'autre. Il n'avait jamais manqué de confiance en lui, parce qu'il en avait eu besoin, tout au long de sa courte vie, mais certains instants de doute provoquaient ce flottement, courant d'incertitude sous-jacent, par lequel il se laissait porter plus souvent qu'à son tour. Pour, finalement, sans enjeu, ne simplement rien faire. Or, cette fois, il avait l'impression de lui devoir quelque chose, parce qu'il avait accepté, en quelque sorte, cette exclusivité relationnelle qu'un barman pouvait parfois créer avec son client. Aussi la question, si elle le prit un peu au dépourvu, eut pour mérite de répondre pour lui. Il resterait au moins le temps de cette discussion.

    "Ailbe. Et vous-même?"

    Cela ressemblait à quelque chose comme "Olbé", dans sa bouche. C'était tellement ironique, comme nom. Le blanc alors qu'il n'était que cheveux et yeux sombres, peau tannée et vêtements foncés. Il resta pourtant devant lui. C'était une discussion. Ou en était-ce vraiment une? C'était un début. Un bon début, il n'en doutait pas. La partie la plus embarrassante ayant été évacuée, ce n'était plus que cet échange, entre un barman qui aurait dû s'occuper d'autres clients mais n'y était plus forcé, rallongeant peut-être inutilement son service, et un client qui aurait pu choisir n'importe qui le long de ce bar, et qui avait choisi de s'installer face à lui. Chance ou hasard. Il n'avait plus qu'à voir ce que la prochaine vague lui apporterait...
    avatar
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Lun 30 Nov - 22:39:12
    Totem du Serpent
    Totem du Serpent
    Messages : 393
    Date d'inscription : 16/10/2015
    Age : 23
    Localisation : L'Antre des roses

    Le liquide rosé dans le verre d'Adrìas sembla soudain le captiver. Il tourna distraitement sa paille à l'intérieur, pensif. Cela faisait longtemps qu'il n'avait approché un homme qui lui plaisait, parce que dans son ancienne ville il avait déjà vu tout ce qu'il y avait à voir. Enfin pas vraiment, il avait plutôt entendu tout ce qu'il y avait à entendre. Était-ce une bonne idée de retenter sa chance ? Était-il vraiment prêt ? Ailbe avait l'air différent, mais Adrìas ne savait pas vraiment si cette différence tenait de sa nature d'être humain, ou si elle rejoignait celle qu'il avait observé sur quelques-unes de ses nouvelles connaissances ces derniers temps. Était-il vraiment différent, ou simplement différent ?

    C'est en buvant quelques gorgées de sa boisson qu'Adrìas comprit qu'il était vraiment différent, sûrement trop pour se poser des questions ce soir. Il sourit au barman et frotta ses yeux un peu fatigués.

    "Je suis Adrìas." répondit-il avec entrain, puis il continua avec plus ou moins de facilités : "Je me demandais, vous auriez encore un peu d'énergie après votre soirée de travail pour discuter avec un client ? Le bar se vide et un tabouret vient de se libérer..." il lui suggéra le tabouret d'un coup d'oeil, le ventre un peu retourné. Il n'était plus tout à fait sûr d'un coup.
    Re: Sans contrefaçon, je suis un garçon [PV Ailbe] > le Lun 30 Nov - 23:03:02
    Invité 
    Invité

    Il suivit son regard qui se portait sur le verre. Ce n'était pas le premier Apple Rose qu'il faisait. Loin de là, même s'il ne travaillait pas ici depuis si longtemps. Ce n'était pas non plus son premier boulot de barman. Raison pour laquelle il avait été embauché, malgré qu'il ne parle pas français. D'ailleurs, il se demanderait plus tard comment ils pouvaient discuter aussi aisément. En anglais certainement. Ce serait tout de même un comble que ce soit pour les mêmes raisons pour lesquelles il avait réussi à discuter avec Mélusine. La coïncidence aurait été un peu grande. Trop, même. Ce n'était pas ce qu'il voulait se demander pour l'instant.

    Ce fut en le voyant se frotter les yeux qu'il se rappela l'avoir vu danser pendant ce qui lui semblait des heures, avant qu'il ne vienne au bar pour ce verre. Ce dernier verre, en quelque sorte. Il devait être épuisé, et il savait de source sure (absolument pas de première main, puisqu'il ne dansait jamais, mais les soirées avaient au moins cet effet sur lui) que la musique et la chaleur pouvaient endormir. Pourtant, il n'eut rien le temps de dire dans l'immédiat. Il lui sourit et hocha la tête, le laissant terminer avant de lui tendre la main, geste naturel pour lui. Ses mains n'étaient pas douces ou agréables, mais sa poignée ferme. Trop calleuses, de trop de travail, avec des ongles abîmés et ce tatouage envahissant. Qu'il adorait, évidemment. Il l'avait dessiné lui-même. Il se pencha donc pour lui répondre. Il avait remarqué que son débit avait ralenti. Aucun doute, il devait tomber de fatigue.

    "Enchanté de vous rencontrer, Adrìas. Contrairement à vous, je n'ai pas dansé, je suis encore en forme. Mais je suis désolé, c'est un peu bruyant pour moi ici..."

    Il se tapota l'oreille droite avec un sourire contrit, puis il poursuivit.

    "Et cette ambiance doit vous épuiser, à force. Je connais un endroit plus calme, si ça vous dit. C'est en extérieur, mais il ne fait pas trop froid, et au moins, vous ne sentiriez pas que j'ai transpiré comme si on m'avait plongé dans une mare."

    Il rit un peu, mouvement silencieux qui ne faisait que secouer ses épaules sans qu'il émette un son. Il espérait vraiment qu'il serait pour, mais lui devait sortir. Le bruit lui montait à la tête, et il allait falloir qu'il fasse son injection bientôt. Le problème du service étant qu'il n'avait que rarement le temps de manger, et ce soir ne faisait pas exception. Il tirait sur la corde, mais les pourboires étaient plus qu'utiles. Il se pencha donc, croisant les mains sur le bois, attendant sa réponse. Ou peut-être avait-ce été étrange, comme demande..?
    Contenu sponsorisé 


      Hidden Lands