Totémique
Forum familial et accessible
* Nouveautés *
2015 ★ Ouverture du Forum
02.05.17 ★ Charity est Admin !
14.01.18 ★ Nouveau design ~
18.01.18 ★ Adriàs est Admin !


★Aujourd'hui ★
Votre arrivée, Youpi !
Bienvenue à toi,

    Quand une simple planche de bois prend toute son importance [PV Charity]

    Partagez
    Invité 
    Invité

    Cette personne comprenait. Elle devait avoir, également, d'une façon ou d'une autre, ressenti l'appel d'une étendue. Bleue, placide ou déchaînée, verte et apaisante, blanche et fascinante. Beaucoup faisaient mine de savoir, mais ce n'était pas l'impression qu'il avait. Il sourit encore, parce que son intérêt lui faisait plaisir, comme deux grand-mères qui avaient toujours été prudentes l'une avec l'autre, et qui découvraient finalement que cette étrangeté de bridge qu'elles pratiquaient chacune de leur côté sans s'être jamais croisé constituait finalement un pont entre elles. Il sourit plus largement de son exemple mental. Le bridge comme pont. Un bon jeu de mots. Il haussa ensuite les sourcils en entendant parler de ces jardins partager. Louer une parcelle de terre pour la cultiver? Mais si personne n'en faisait rien, pourquoi la louer et ne pas laisser aux plus pauvres la possibilité de l'exploiter gratuitement afin qu'ils sortent de leur situation et parviennent à se nourrir convenablement? Peut-être ses idées n'étaient-elles pas réalistes, cependant.

    Il hocha donc la tête, pensif, avant de lui répondre. Cette discussion aurait pu être passionnante, mais elle était pour un autre lieu. Il n'était pas embauché pour parler de ses idées, ou de ses soucis financiers qui l'empêcheraient très certainement de jamais prendre part à une telle initiative. Aussi dommage que cela soit, selon lui. Il y avait tellement de gens avec des terrains qui n'en faisaient rien de plus qu'y planter de l'herbe, parfois même fausse... C'était louable et honorable de vouloir ouvrir ce genre d'espace, mais... Il y penserait plus tard.

    "Je me pencherai sur la question, merci de m'en avoir parlé, j'ignorais tout de cela..."

    Un nouveau sourire. Effectivement, il finirait par y penser, un jour ou l'autre. Ou si vraiment il ne supportait plus la ville et se retrouvait au bord de la rupture. Il n'eut pourtant pas le temps de s'appesantir sur la question plus avant que le client poursuivait, s'ouvrant cette fois plus. Il était musicien sans l'être, alors, ce frère. Ai se demanda ce que "l'Oreille" pouvait bien être. Certainement quelque chose de connu, une capacité dont il ignorait tout. En lien avec son ouïe. Il rit un peu à l'évocation de sa nature spontanée. Lui-même ne l'était pas et le vivait très bien. Il se comparait parfois au lac de son enfance, s'écoulant par rigoles paresseuses quand d'autres, comme cet homme, étaient fleuve et torrent bouillonnants. Il aurait eu du mal à le suivre, mais ce n'était pas le cas de tout le monde, apparemment. Il sourit au clin d’œil.

    "On sent quand vous parlez de lui que vous l'aimez vraiment beaucoup. Quant à notre discussion, j'espère qu'elle ne vous gâche pas la musique, que vous aviez l'air de tant apprécier. D'ailleurs, ils prendront bientôt une pause pour se déshydrater, si vous voulez les rencontrer..."

    Cela devait pouvoir s'arranger. Si besoin était, il demanderait directement à leur manager et au directeur du bar. De la bonne publicité, dans cette société consumériste... Lui voyait surtout que cela pourrait lui faire plaisir, et étoffer son article. Il ne lisait pas sur la musique, et encore moins des journaux français. Il lisait d'ailleurs assez peu de manière générale... Peu importait. Il ferait peut-être l'effort.

    "Désolé de le demander si tard, mais... Pour quel journal travaillez-vous?"

    Ce serait bien plus simple pour le retrouver...
    avatar
    Totem du Cerf
    Totem du Cerf
    Messages : 504
    Date d'inscription : 09/11/2015
    Localisation : Dans tes rêves les plus fous



    Je lui souris. J'étais contente d'avoir pu lui servir à quelque chose au moins. Même s'il avait l'air d'avoir besoin d'y réfléchir sérieusement. En même temps, jardiner au milieu des immeubles, ça cassait un peu le charme quand même. Mais bon, chacun son truc après tout, moi j'aimais m'enfermer dans un appartement pendant des jours en vivant de musiques et de livres, il aimait jardiner et nager... Bref.

    Je souris et hochai la tête. Oh ça oui, j'aimais mon frère, il me manquerait s'il n'existait pas. Il apportait de la couleur à ma vie, et il m'empêchait de trop en faire... ou pas assez. Il était la seule personne que je connaisse qui sache si bien doser mon caractère, même papa n'avait jamais vraiment réussi en comparaison. Je ris.

    « Une bonne musique en fond aide à une bonne conversation, si elle dissonait, j'aurais arrêté de discuter pour voir en quoi ça passait mal. » expliquai - je en tirant la langue malicieusement.

    Je brandis mon portable.

    « Et puis j'enregistre tout aussi ! » ajoutai – je avec un clin d’œil.

    Je pinçai les lèvres, grimaçant à moitié pour m'empêcher de rire, mais je ne pus me retenir.

    « Se déshydrater ? Je ne doute pas que sur scène ils se déshydratent, mais s'ils viennent ce sera pour se réhydrater, non ? » fis – je remarquer avec amusement.

    J'étais méchante et moqueuse, mais c'était plus fort que moi, ce contre – sens était trop amusant pour que je le laisse s'envoler loin de ma mémoire.

    « Mais merci de la proposition, ce serait avec plaisir, une petite interview donnerait plus de substances à mon article. » ajoutai – je gentiment. « J'écris pour le journal local, on m'a demandé un article par mois sur les groupes qui tournent dans le coin et qui essayent de se faire connaître. On me donne des conseil pour les trouver puis après je me débrouille et je fouine un peu. » répondis – je avec un soupir en vidant mon verre encore une fois.

    Je laissais vaguer mon regard quelques instants, observant la salle feutrée et les musiciens, et le barman avec qui j'avais cette conversation bien sympathique.

    « Tiens d'ailleurs, moi c'est Charity. » ajoutai – je en tendant la main. Anticipant une possible remarque, je continuai : « Je suis une fille, même si ça ne se voit pas. Enchantée ! »

    Je ris légèrement.
    Invité 
    Invité

    La dissonance. Elle était comme l'appréciation de la musique. Il ne savait vraiment trop qu'en penser. Ses propres goûts musicaux se limitaient à la pression de l'eau et aux battements de son propre cœur. Rien de véritablement transcendent. Les autres fonds sonores. Oh, il en doutait pas qu'il aurait certainement pu y prendre goût, s'il avait pu se poser à un endroit, et fermer les yeux en se laissant submerger par le son comme il le faisait avec l'eau. Il était certain qu'en sentant les vibrations et avec ce qu'il entendait, il aurait pu apprécier au moins une partie des genres musicaux. Mais pour cela, il aurait fallu qu'il ait le temps. En plus de l'envie. Il avait l'impression d'avoir toujours mieux à faire. Rendre service à son nouveau voisin dont le lavabo fuyait, à la personne âgée du dessus dont il fallait purger les radiateurs, et à qui il fallait faire les courses, à celui qui était parti en séminaire et dont il fallait nourrir le chat... En plus du travail. Le jour au musée, la soirée, voire une partie de la nuit ici, le tout pour essayer de payer son loyer. Après tout, ses économies n'avaient pas fait long feu et il avait rapidement dû abandonner le logement où Mélusine l'avait amené.

    La musique, pour lui, était un luxe. La lecture était encore un autre problème. Il n'avait jamais réussi à tout à fait y trouver de l'intérêt. Et cette discussion... Il avait un peu peur de vexer son interlocuteur en exposant sa pensée. Il aimait la franchise, mais il détestait blesser les gens, et il se retrouvait donc tiraillé entre deux envie contraires. Mais puisqu'il travaillait, il préférait laisser libre cours à sa sensibilité plutôt qu'à son honnêteté. Il n'appréciait pas particulièrement...

    Il eut un regard surpris lorsque le client lui montra son enregistreur. Enfin, son téléphone. Il n'en avait pas, et n'en avait jamais eu. Il ignorait même qu'ils pouvaient faire une chose pareille. Ils pouvaient avoir d'autres fonctionnalités que simplement appeler, alors... Quelque chose de plus que les téléphones fixes. La question se posait vraiment, en ce cas, mais ils étaient si chers... Se perdre dans ses pensées en écoutant distraitement (alors qu'il n'entendait déjà pas très bien) était tout à fait habituel pour lui. Menait à un grand nombre d'incompréhensions, également, mais cela faisait le sel de la vie, quelque part. D'un malentendu pouvait naître une belle histoire. Pourtant le rire avait quelque chose d'inimitable. D'autant plus lorsque l'on riait aux dépens de quelqu'un. Lui ou un autre, cela ne changeait rien. Il y réfléchit cependant, très sérieusement, les sourcils froncés. Avait-il confondu les mots? Peut-être bien, oui, certainement, même. S'il le disait. Il sourit doucement, indulgent.

    "Bien sûr.... Au temps pour moi."

    Il n'ajouta rien de plus, ce n'était pas nécessaire. Ce n'était pas sa surdité qui l'empêchait de prononcer correctement ou qui le rendait prompt aux mélanges de ce genre. Non, il était simplement distrait par moment. Il l'écouta parler en préparant un nouveau verre, accompagné d'un verre d'eau très fraîche. Il n'était pas là pour le rendre saoul. Il posa le tout devant lui et hocha la tête.

    "Le responsable lit souvent le journal local à la recherche d'un article sur le bar. Il ne dira pas non, et les artistes sont friands de ce type de publicité."

    Lui-même ne le lisait pas, puisque le français lui restait encore terriblement obscur. Et il avait appris à ses dépens que les faux-amis en étaient vraiment. Il limitait donc ses tentatives au minimum, ou utilisait l'aide de certaines personnes plus au fait de la langue anglaise que d'autres. Dépendre d'eux ne se faisait qu'en échange d'une contre-partie, il n'aurait rien accepté d'autre. Et les journaux... Ce n'étaient que des excuses, il n'en avait jamais beaucoup lu...

    Il fut encore une fois pris par surprise. Cela devenait une habitude avec lui... Non, avec elle. Il lui sourit et lui serra la main, poignée ferme sans pour autant être écrasante. Il but une gorgée d'eau à sa bouteille.

    "Enchanté de faire votre connaissance, Charity. Je m'appelle Ailbe. J'avoue que je ne m'en serais pas douté si vous ne l'aviez pas dit..."

    Et son sourire était sincère. Il ne souhaitait absolument pas la blesser en disant cela. En réalité, il trouvait cela attirant, dans un sens totalement neutre. Cette affirmation d'androgynie décomplexée en faisait un être positivement original et par-là même intriguant. Et Ai aimait l'originalité. Il n'avait pas cherché à se décider avant, malgré son hésitation, justement parce que c'était partie prenante de ce qu'elle était. Après tout, sa conversation n'en était ni plus ni moins intéressante. Il ne commenta donc pas plus avant.

    "Ils jouent depuis un moment, ils ne vont certainement pas tarder à faire leur pause. Je vais aller demander au patron si ça ne le dérange pas, d'accord?"

    Ce ne serait certainement l'affaire que de quelques minutes, et il ne doutait pas de revenir avec une réponse positive...
    avatar
    Totem du Cerf
    Totem du Cerf
    Messages : 504
    Date d'inscription : 09/11/2015
    Localisation : Dans tes rêves les plus fous



    Je hochai la tête, c'était en effet tout bénéfice pour tout le monde. Ça allait attirer des gens dans le bar – ce qui plairait au patron - , et ça allait aussi augmenter le nombre demandes pour les musiciens - et ajouter du beurre dans les épinards. Parce qu'être intermittent du spectacle, j'avais pu voir à quel point c'était compliqué. Mon frère était plutôt doué du coup, il trouvait assez de boulot pour vivre. Mais bon, ce n'était pas le cas de tout le monde. Tiens, en fait, aucun de nous deux n'avait un travail très assuré sur le long terme maintenant que j'y pensais. Papa devait se faire un sang d'encre pour nous, constamment en fait, quand on voyait combien il avait un monde stable autour de lui. Et que nous, nous devions batailler pour trouver de quoi gagner des sous. Bah ! On était heureux, je crois que c'était ce qui lui importait le plus.

    Sa main était chaude et ferme. Je lui fit un grand sourire.

    « Je sais bien, c'est pour ça que j'ai précisé. Je sais que parfois les gens ont des doutes, j'en joue parfois mais bon… Vous m'êtes sympathique, je n'avais pas envie de vous embêter trop longtemps. »

    J'aimais bien jouer sur le doute des gens, mais je n'aimais pas trop me faire passer pour ce que je n'étais pas. Une fois, une fille m'avait dragué, j'avais vite fait en sorte de lui remettre les pieds sur terre. Elle avait été horrifiée, et ça m'avait beaucoup fait rire. En fait, j'étais franchement méchante quand je m'y mettais… Bah ! Tant pis si je manquais singulièrement d'empathie. J'étais comme ça. Je m'en fichais. Mais lui, je l'aimais bien, je n'avais pas trop envie de me moquer de lui.

    « Okay ! » m'exclamai-je avec un enjouement que je n'aurais pas eu si je n'avais pas descendu deux verres d'alcool. Peu importait, le gin était bon. Et il m'avait gentiment servi un petit verre d'eau que je sirotais tranquillement en attendant son retour, les yeux dans le vague.

    Je lui souris quand il revint.

    « Alors ? » demandai-je d'un ton un peu traînant, laissant ma phrase en suspension, attendant une réponse – certainement positive, non ? « Sinon, c'est pas grave, ça passera quand même dans le journal, hein. C'est juste un petit plus l'interview. » remarquai-je.
    Invité 
    Invité

    Ai avait une qualité qui aurait pu être, et qui était parfois, couplée à une autre, un énorme défaut. Il était honnête. Franc. Et ne réfléchissait pas toujours avant de parler. Le tact n'avait jamais exactement été sa tasse de thé, malgré qu'il n'ait jamais de mauvaises intentions. C'étaient elles qui comptaient selon certains, mais le résultat pouvait avoir son importance. Et en l'occurrence, il ne put vraiment contrôler le mélange de ces défauts spécifiques, et sa surprise. Voire même son incompréhension.

    "Comment ça, m'embêter? En quoi est-ce que c'est censé changer quoi que ce soit que vous soyez un homme, une femme, ou même encore autre chose? Notre discussion n'en devient pas moins intéressante, ni vous... Ou alors si, selon vous?"

    Ailbe était têtu. Et il l'était autant pour ce qui était d'accomplir quelque chose avec cette vie et les cartes qu'il avait reçues à la naissance, que pour comprendre ce qui lui paraissait insaisissable. Façon dont il avait fini par maîtriser le jardinage, la peinture, la cuisine... Et d'autres. Il partit pourtant voir son patron qui hocha la tête avec enthousiasme et partit en parler avec le manager du petit groupe. Voilà une affaire qui se passait bien. Et c'était ce qu'il aimait aussi dans un bar. D'être de conseil, mais aussi une interface entre ces gens qui ne se seraient peut-être pas parlés s'il n'avait pas été là. Il avait l'impression d'apporter sa pierre à l'édifice de façon plus métaphorique qu'à l'ordinaire.

    Il revint en souriant, mais remarqua son discours un peu traînant. Il avait dosé son deuxième gin comme il le faisait en Irlande, et ce n'était apparemment pas une bonne idée. Le prochain serait moins alcoolisé. Il retira les verres vides et lui désigna le patron.

    "Ils sont tous très enthousiastes à l'idée de vous rencontrer. Apparemment vous êtes connue. Mais je vous attendrai au bar après avec un autre gin. Et peut-être pourrez-vous me donner une réponse à ce moment-là?"

    Il lui sourit. Il ne lâcherait pas l'affaire. Damien le détestait de temps à autres pour ça. Mais il oubliait vite. Et il ne lui en voulait jamais longtemps. Il parcourut la salle des yeux, se demandant si les autres clients qui la dévoraient des yeux savaient qui elle était, ou ce qu'elle était. Ou s'il ne s'agissait vraiment que de charisme. Ou d'attrait du mystère. La différence faisait peur, mais elle attirait aussi l'attention...
    avatar
    Totem du Cerf
    Totem du Cerf
    Messages : 504
    Date d'inscription : 09/11/2015
    Localisation : Dans tes rêves les plus fous



    Je le regardai monter au créneau pour moi, contre moi, avec des yeux ronds. Je souris de plus en plus au fur et à mesure de ses paroles et éclatais de rire lorsqu'il eut fini le regardant avec affection, il était vraiment adorable ce mec.

    J'allais ouvrir la bouche pour répondre mais il partit, puis revint avec un sourire.

    « Connue ? Ah bon ? » Je haussai les épaules. « Bah, j'imagine qu'ils doivent lire ce genre de truc donc forcément… Mais j'ai pas non plus la sensation d'être connue quoi. Enfin peut-être, je sais pas... » Réflexion intéressante que celle là. Mais pas ce soir, ce soir j'étais là pour le travail, et je sentais qu'un verre de plus me serait fatal. Le sérieux professionnel tout ça, c'était important. Et je recommençais à mal dormir la nuit donc l'alcool était plus trop mon copain ces derniers temps. Je soupirai, me levai, finis le verre d'eau et lui fit un clin d’œil.

    Les musiciens étaient effectivement enthousiastes et ils répondirent à mes questions avec cette candeur que j'avais fini par associer aux groupes de moins d'un an. Leur optimisme retomberait ensuite, comme c'était le cas en général. Parce que c'était extrêmement dur de se faire un nom dans ce monde, et encore plus à l'ère de l'électronique et des dumbs artificiels. Une musique aussi… instrumentale, la plupart de ceux qui écoutaient la musique de masse n'aimeraient pas… Bon débarras, ça nous en faisait plus pour nous. Mais quel dommage aussi, car personne ne perçait pour rehausser les standards. Bah, peu importait, j'avais de quoi faire un beau papier bien rempli.

    Je revins donc au bar avec un sourire énorme et les salutations joyeuses des musiciens qui retentissaient dans mon dos. Le patron vint me saluer quelques minutes qui retourna à son service. La musique reprit, pleine d'entrain. J'espérais vraiment que ça allait les aider, mais j'en doutais, à long terme du moins. Je me retournais vers mon barman préféré de la soirée.

    « Pour en revenir à ce que vous avez dit avant de partir comme un ninja… Je ne voulais pas dire ça comme ça. Mais il est vrai que certaines personnes n'apprécient pas d'être trompé sur quelque chose d'aussi trivial que le genre. Perso, peu m'importe – mais pour beaucoup, c'est une plaisanterie de mauvais goût. Aussi ai-je pris l'habitude de lever le voile rapidement en présence de personnes qui me sont agréables, pour ne pas me les mettre à dos. J'apprécie votre réaction néanmoins et je vous en remercie. » dis-je avec honnêteté.

    Et avec un sourire en coin, je tapotai le bois du bar, attendant le gin promis quelques dizaines de minutes auparavant. Je crois que j'avais un peu l'espoir que boire beaucoup me couperais les jambes et me ferait tomber comme une masse dans mon lit, pour réussir à peut-être faire une nuit complète. On ne savait jamais, ça pouvait marcher. Et puis je profitai au passage d'une bonne ambiance. C'était tout bénef.
    Invité 
    Invité

    Tout avait l'air de se passer à merveille. Il ne les écoutait pas vraiment, mais il aurait déjà eu un retour furieux de son patron dans le cas contraire. Il continua de servir l'un et l'autre avec bonhomie, discutant avec un de ses habitués du vendredi. Lui aussi aimait la musique. Presque autant que la journaliste. Il se demandait parfois si lui-même ne jouait pas un peu. Ils en parlèrent un peu, et il finit par lui dire que oui, de la batterie et du saxophone. Le barman vogua donc, jusqu'à ce que Charity revienne vers lui. Il se pencha pour écouter ce qu'elle avait à dire, puis lui servit ton tonic quand elle tapota le bar du doigt. Il sourit.

    "Vous n'avez pas à me remercier, ça me paraît... Normal. Après tout, les gens sont ce qu'ils sont, et c'est le fond plus que la forme qui est intéressant. Comme je trouve absurde ces gens qui refusent de parler à un sans-abri parce qu'il en est un. Certains sont aussi, voire plus intelligents que certains, et n'ont juste pas eu de chance. Mais cet endroit..."

    Il haussa les épaules pour passer sur sa théorie. La ville, encore et toujours. Mais ce n'était pas vraiment le débat. Il but un peu d'eau pour l'accompagner.

    "Je vous mets un café avec, pour que vous puissiez au moins rentrer à peu près sur vos deux jambes?"

    Il avait essayé de moins le doser en gin, mais on ne se refaisait pas vraiment. Il lui sourit.
    avatar
    Totem du Cerf
    Totem du Cerf
    Messages : 504
    Date d'inscription : 09/11/2015
    Localisation : Dans tes rêves les plus fous



    Je haussai les sourcils, la comparaison était, euh, flatteuse. Mais j'étais plus à ça près, je comprenais l'esprit de sa réponse. Je ris lorsqu'il me proposa un café.

    « Euh, m'voyez, là comme ça on dirait pas mais boire est un nouvelle technique pour essayer de faire une fichue nuit complète sans rêves. Alors le café, non merci. Dans l'optique, j'aimerais dormir. Et même si je me sens en effet fort joyeuse, je suis encore assez sobre. Je crois. Enfin presque. Tant que je reste assise. »

    Je plissai les yeux pour réfléchir, ce fut légèrement compliqué, je devais donc admettre que l'alcool me tournait la tête – comme Edith Piaf. Je ricanai à ma propre blague mentale.

    « J'espère que ça va pas vous déranger mais j'ai décidé de manière totalement arbitraire que je vais vous tenir compagnie tout le reste de la soirée qui devrait finir dans... » je filai un coup d’œil à ma montre. « … trois heures. Ah oui, quand même...» dis-je.

    J'avais le temps de lui tenir compagnie. Je voulais m'arrêter assez pour pas être bourrée, mais pour être quand même bien titubante.
    Invité 
    Invité

    Il fronça les sourcils. Boire pour dormir? Il ne savait pas si c'était une bonne idée, mais il n'avait jamais été particulièrement adepte de la boisson. De tout ce qui pouvait être dangereux, en réalité, pour son diabète. La perte de contrôle pouvait justement devenir exactement ça, une perte de contrôles... Il préférait autant ne pas risquer cette vie que d'autres avaient eu tant de mal à conserver. Pourtant les rêves... Il hocha la tête, et parla comme toujours sans réfléchir plus avant à la portée de ses paroles.

    "Je comprends que l'on veuille pouvoir s'en débarrasser. Certains sont terribles, mais la plupart..."

    Il sourit. Comprenait-il, ou parlait-il simplement dans le vide galactique qui séparait ses rêves (et non ses cauchemars) de ceux envoyés... Selon Mélusine, envoyés par un esprit supérieur qui souhaiterait de lui à ses côtés pour... Quelque tâche ou une autre. Il n'en avait clairement aucune idée, en réalité. Il verrait en temps voulu, et pour l'instant, il vivait assez bien ses rêves. Ils ne l'empêchaient pas vraiment de dormir. Les rêves lucides étaient évidemment les plus étranges. Mais rien qui le trouble trop pour le tenir éveillé alors qu'il enchaînait deux emplois sept jours sur sept (pas toujours les deux même, cependant).

    Il laissa de côté l'idée de lui offrir un café, après tout, ce n'était effectivement pas le mieux pour s'enjoindre à dormir. Mais quand elle regarda sa montre, il fit de même, leva son poignet droit devant ses yeux. Et il ne put s'empêcher de rire un peu, mouvement silencieux qui remuait ses épaules et accentuait son sourire sans émettre un son. Il se pencha vers elle.

    "Alors tenez-moi compagnie, ce sera avec plaisir, Charity. Commandez ce que vous voulez, je peux le faire. Ou presque... Mais sachez que je fais l'ouverture, mais pas la fermeture. Je termine dans une heure. C'est Damien qui me remplacera. Il est très bon dans ce qu'il fait, il m'a appris... Surtout le français, en fait, mais bon..."

    Il sourit comme un enfant effronté. Il ne faisait pas souvent de plaisanteries, et elles n'étaient pas souvent perçues comme telles, mais ça ne l'empêchait pas d'essayer. Il rapprocha le shaker et la regarda donc.

    "Qu'est-ce que je vous sers?"
    avatar
    Totem du Cerf
    Totem du Cerf
    Messages : 504
    Date d'inscription : 09/11/2015
    Localisation : Dans tes rêves les plus fous



    Je vidai mo verre et le regardais en fronçant les sourcils. Il me parlait de rêves… De Rêves comme je faisais ou des rêves en général ? C'était bizarre dans la formulation, ça me perturbait…

    « Oui… Et la forêt m'oppresse tellement... » dis-je l'air de rien. Je verrais bien s'il réagissait.

    Il regarda lui aussi sa montre. Chiotte. Moi je voulais pas changer de barman, je l'aimais bien lui. C'était pas possible ! Je protestai ! Je ne laisserai pas cela arriver. C'était hors de question. Niet. Nada. Nope. Jamais. Never. Always et Nana.

    « Ah ! Non ! C'est vous ou rien, je m'en irai si vous partez aussi ! Nah ! » m'exclamai-je un peu fort.

    Du coin de l’œil je vis quelques têtes se retourner. Je les regardais en face et leur tirai la langue avant de revenir sur Ailbe. Je lui fis un grand sourire.

    « Et puis le français c'est une belle langue. On dirait pas quand on vous entend que vous venez d'ailleurs. Vous venez d'ailleurs ? » remarquai-je.

    Un autre grand sourire, voire un rire qui essayait de sortir, sans raison. Mais j'étais vraiment curieuse. Il parlait vraiment pas comme un étranger, pas d'accent, rien… C'est qu'il a un talent pour les langues.

    « Un truc qui arrache la tronche en sucre. » demandai-je en ayant une petit voix dans ma tête qui se demandait si c'était bien raisonnable.

      Hidden Lands